Virée en ville : le parc du Mont-Royal

Daniel Baylis

Daniel Baylis est auteur et aventurier. Britanno-Colombien, il a installé ses pénates à Montréal convaincu qu’il y écrirait de la poésie, apprendrait le français et trouverait le grand amour. Ayant connu divers degrés de succès dans ces domaines, ses nouveaux passe-temps incluent les marinades artisanales.

La « montagne » est un petit bijou où il fait bon se promener en été. Avec ses aires arborées et ses grandes pelouses, le parc du Mont-Royal vous donnera l’impression d’être enfin passé en mode vacances.

Son histoire

Le mont Royal est un véritable symbole de l’identité montréalaise. Inauguré en 1876, le parc du Mont-Royal a été conçu par Frederick Law Olmsted (oui, c’est bien le gars qui a aménagé Central Park, à New York). Ce merveilleux espace vert urbain de 200 hectares abrite une merveilleuse biodiversité, des beautés naturelles et un spécimen unique : le Montréalais.

Ce qui semble n’être qu’un sommet est en fait constitué de trois collines distinctes. En juin 2017, à l’occasion du 375e anniversaire de Montréal, la Ville a officiellement renommé le sommet d’Outremont Tiohtià:ke Otsira’kéhne (« autour du feu, sur l’île où le groupe se sépare », en mohawk), afin d’illustrer le fait que les Premières Nations utilisaient déjà l’endroit comme balise lumineuse.

Ses attraits

Aucune chance que vous soyez à l’étroit au parc du Mont-Royal : il fait plusieurs centaines d’hectares.

Le chemin Olmsted, du nom de l’architecte paysagiste mentionné plus haut, est son sentier le plus fréquenté. Ce chemin de gravelle a la largeur d’une route à deux voies, ce qui permet de respecter les directives de distanciation physique actuelle. Les activités estivales les plus prisées sur celui-ci sont la marche, la course, le vélo et le ski à roulettes.

L’attrait principal du chemin Olmsted est le belvédère Kondiaronk, au sommet de la montagne. L’endroit rêvé pour voir la ville et, bien sûr, prendre le selfie de rigueur. Pour faire une randonnée plus longue, vous pouvez emprunter la boucle qui contourne la croix du mont Royal, un crucifix de plus de 31 m de haut érigé en 1924 et illuminé de DEL.

La maison Smith est rouverte et offre une gamme de services et d’activités. On peut notamment s’y procurer une carte des sentiers.

Les fameux tam-tams du dimanche, un rassemblant percutant, continuent d’avoir lieu au pied du monument de Sir-George-Étienne-Cartier (surnommé la « statue de l’ange »), le long de l’avenue du Parc. Si vous y prenez part, assurez-vous d’appliquer les consignes actuelles de distanciation physique.

Autres idées d’activités sur le mont Royal

L’observation d’oiseaux. Cette liste des centaines d’oiseaux à observer sur la montagne, dont le grand pic, le passerin indigo, le troglodyte familier et le jaseur des cèdres, vous donnera plein de bonnes raisons de gazouiller.

La méditation en forêt. Dans les 280 hectares du parc, vous trouverez sans mal des coins tranquilles où contempler la nature. Pour faire une méditation guidée, téléchargez une appli gratuite comme Headspace, Calm, ou Insight Timer.

Jouer au badminton. N’oubliez pas d’emporter avec vous raquettes et volants.

Faire une visite guidée. Les visites guidées ne sont pas seulement faites pour les touristes. Elles peuvent vous permettre d’en apprendre davantage sur votre ville (ou, dans ce cas-ci, le mont Royal) et de soutenir l’économie locale. Bref, c’est gagnant-gagnant. Essayez celles de Fitz & Follwell ou des Tours Spade & Palacio.

Manger. Justement, nous y venions.

À table !

Depuis le 20 juin, les visiteurs peuvent prendre une bouchée (du genre sandwichs et salades) au Café des amis du pavillon du Lac-aux-Castors et du Chalet du Mont-Royal. Des boissons et des plats froids y sont également offerts pour emporter. Les nouvelles heures d’ouverture sont de 11 h à 17 h, tous les jours. Par temps chaud, des kiosques proposent des crèmes glacées près du pavillon du Lac-aux-Castors, de la maison Smith et du Chalet du Mont-Royal.

Si vous pique-niquez dans le parc, jetez vos déchets. Ne laissez aucune trace de votre passage.

Petit coin…

Une question qui revient sans cesse, ces jours-ci : où faire pipi ? Pour l’instant, trois toilettes sont ouvertes au public : au sous-sol du Chalet du Mont-Royal (au belvédère Kondiaronk), on passe par l’arrière ; au pavillon du Lac-aux-Castors et dans le parc Jeanne-Mance (cherchez Place Fletcher’s Fields dans Google pour trouver les coordonnées exactes).

Un petit rappel : c’est toujours une bonne idée d’avoir du désinfectant pour les mains sur soi !

Après la balade

Après votre exploration du parc, l’endroit idéal où se balader et prendre un repas est l’avenue Laurier Ouest. La plupart de ses boutiques et restaurants ont rouvert leurs portes.

Voici certains de nos endroits favoris où s’asseoir ou commander des plats à emporter :

  • Mikado
  • Il Pagliaccio
  • Fiorellino
  • Restaurant Leméac
  • Au Pain Doré
  • Chez Lévêque

Et voici quelques-unes de nos boutiques préférées :

  • Boutique 5e Avenue
  • Billie le Kid
  • Henriette L.
  • Sarah Pacini
  • Chez Isabelle
  • Michel Brisson
  • Multimags

Renseignements complémentaires

Si vous arrivez au parc en auto, recherchez « stationnement mont Royal » dans Google. Vous pouvez aussi vous garer à l’arrière du pavillon du Lac-aux-Castors (également mentionné dans Google). Le tarif est de 4 $ l’heure.

Veuillez noter que le belvédère Camillien-Houde, qui offre un panorama sur l’est de la ville depuis la voie du même nom, est présentement fermé pour rénovations.

Certaines autres attractions dans les environs du parc, comme le cimetière du Mont-Royal ou l’oratoire Saint-Joseph, sont toujours fermées. Des mises à jour seront faites prochainement sur cette page. Visitez le site Web du parc du Mont-Royal pour les dernières nouvelles.

Avis de non-responsabilité : Tourisme Montréal préconise une approche de réduction des risques sanitaires en ce qui trait à la visite de la ville. Nous souhaitons en effet que vos visites soient bénéfiques aux entreprises locales tout en promouvant le respect strict des consignes de santé publique, soit le maintien d’un espace de deux mètres (six pieds) entre les individus et le port du masque ou d’un couvre-visage dans les espaces publics achalandés tels que les transports en commun, les épiceries, les parcs, etc.

Daniel Baylis

Daniel Baylis est auteur et aventurier. Britanno-Colombien, il a installé ses pénates à Montréal convaincu qu’il y écrirait de la poésie, apprendrait le français et trouverait le grand amour. Ayant connu divers degrés de succès dans ces domaines, ses nouveaux passe-temps incluent les marinades artisanales.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité
[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus