Où prendre le thé à Montréal

S’il est vrai que les cafés se sont taillé une place de choix dans le mode de vie montréalais, il n’en reste pas moins que nos salons de thé sont de formidables endroits où lever le petit doigt avec un plaisir non dissimulé, piquer une jasette entre amis, relaxer, cogiter ou lire. Voici une liste de ces secrets bien gardés où prendre le thé, ainsi qu’une pause bien méritée.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

Le salon de thé du quartier

À quelques pas seulement du parc La Fontaine, Le Parloir, véritable salon de thé à l’anglaise dans une jolie rue résidentielle du Plateau, est l’endroit idéal où recharger ses batteries après une balade. Son personnel amical et sa clientèle de locaux en font un lieu authentique, et typiquement montréalais.

La culture du thé pour les nuls

« Être heureux en dégustant le thé », c’est ce que vous souhaite le Cha Do Raku, le salon-boutique spécialisé en thés japonais, qui offre également des ateliers sur sa préparation, ainsi que sur la culture du thé en général, en Asie. La propriétaire, Shiho Kanamaru, vous aidera à choisir parmi les variétés offertes, si vous répondez en ligne (en anglais) à quelques questions simples sur vos goûts.

Thumbnail

Thé, délices et volupté dans le Mile End

Dans le Mile End, accordez-vous un peu de répit dans l’étincelant bien que confidentiel Salon de thé Cardinal, qui surplombe le boulevard Saint-Laurent. Vous pourrez y commander un thé et y manger un petit quelque chose, dans le lustre rétro de son intérieur intimiste que meublent un piano demi-queue et des conversations feutrées.

L’univers du thé révélé

Véritable laboratoire, la maison Camellia Sinensis propose une impressionnante carte mondiale des thés qui vous fera momentanément délaisser Earl Grey et autres English Breakfast. Son école offre aussi de vous informer sur les techniques d’infusion et les cérémonies, dans des ateliers ouverts à tout amateur de plus de sept ans.

La communauté des amateurs de thé

« Vous informer à propos du thé et des tisanes afin de ponctuer différents moments de votre journée », c’est la mission que s’est donnée Thé Kiosque. Conjuguant l’éducation au plaisir, l’endroit se fait un devoir de tout vous révéler : origine, type d’infusion, goût, etc. Un espace réservé aux groupes et aux ateliers fait de ce salon en constante évolution un commerce bien implanté dans son quartier.

Thumbnail

Oasis de paix dans le tohu-bohu urbain

Malgré ses rues pavées et ses édifices anciens, le Vieux-Montréal manque cruellement de salons de thé. Mais deux cafés ayant depuis peu pignon sur rue ont changé la donne. Verdi de plantes vertes suspendues, Tommy, à un coin de rue de la basilique Notre-Dame, est un lumineux espace fréquenté des créatifs du quartier.

Thumbnail

Les trésors du thé dans une ancienne banque

Sous son très haut plafond voûté, Crew Collective & Café tire aussi son épingle du jeu. Quand vous détournerez enfin votre regard de la cloison supérieure de cette ancienne banque, vous constaterez que d’autres que vous sirotent un Assam Banaspaty ou un Red Moon Rooibos.

Thumbnail

Sa majesté est servie

Pour un high tea à l’anglaise, il y a bien sûr le Ritz-Carlton, où l’on sert en après-midi petits sandwichs, scones tièdes, crème et confitures dans l’un des endroits les plus chics à la ronde. Et puisqu’on est au Ritz, on fait évidemment glisser le tout avec un Dom Pérignon, brut ou rosé. Au menu, une leçon d’histoire, qui révèle que sans la Duchesse de Bedford, Anna Maria Russell, point de délicieux goûter : prise de fringales en raison de l’horrible coutume édouardienne qui voulait que l’on soupe à 21 h, la dame a en effet ordonné qu’on lui serve une collation d’après-midi…

Mark Hamilton

Mark Hamilton, blogueur et gestionnaire de communauté pour Queer MTL

Homme dans la mi-/fin trentaine, grand et barbu. Aime les promenades romantiques sur le mont Royal, les longues randonnées à vélo, les produits pour la barbe et les guides touristiques anciens. Il a la mauvaise habitude de tomber amoureux d’hommes dans des photos d’époque qui ont certainement déjà rendu l’âme depuis longtemps. Objectif de carrière : devenir flâneur professionnel. D’ici là, il passe son temps à écrire, à faire de la musique et à vagabonder.

Facebook / Instagram / Twitter / Musique

 

Pour connaître nos collaborateurs habituels, cliquez ici.