Montréal, une capitale de l’art déco

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Montréal se classe parmi les meilleures villes mondiales en matière d’architecture art déco. Le style art déco a été hautement populaire dans les villes entre 1920 et 1940. Il met en avant formes géométriques et couleurs vives. À Montréal, plusieurs perles architecturales art déco sont toujours debout et renvoient à une ère menée par l’élégance. Ces repères stimulent encore aujourd’hui l’imaginaire des adeptes d’architecture.

De Paris à Montréal

En 2021, la Coalition internationale des sociétés d’art déco a choisi avril comme Mois mondial de l’art déco, et le 28 avril comme Journée mondiale de l’art déco. Cette date commémore l’ouverture, en 1925, de l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, l’expo parisienne qui devait donner son nom au style. Chez nous, c’est Art déco Montréal qui fait la promotion du patrimoine art déco dans la ville.

La présidente fondatrice de cet OBNL, l’historienne de l’architecture Sandra Cohen-Rose, est l’autrice de Northern Deco: Art Deco Architecture in Montreal, le premier livre sur l’art déco canadien, publié en 1996. « À Montréal, l’art déco ne se concentre pas qu’à un seul secteur comme c’est le cas dans plusieurs villes, indique-t-elle. Il est partout. Et je trouve que l’art déco de Montréal reflète particulièrement l’esprit des gens de l’époque. »

Voici quelques trésors d’art déco à découvrir à Montréal.

 

Édifice Aldred | Place d’Armes, Vieux-Montréal

Érigé en 1929, l’édifice Aldred est une icône de Montréal. Le bâtiment de calcaire de 23 étages de style « ziggourat » a été dessiné par l’architecte Ernest Isbell Barott, de la firme Barott and Blackader, pour Aldred and Company, une entreprise internationale de finances basée à New York. Il a été nommé en l’honneur de John Edward Aldred, président de la Shawinigan Water & Power Company, annexée à Hydro-Québec en 1963.

 

Maison Cormier | 1418, avenue des Pins Ouest

La maison Cormier, conçue et bâtie en 1930 et 1931 par l’architecte Ernest Cormier pour en faire sa résidence, est intimement liée à l’ex-premier ministre Pierre Elliott Trudeau, qui a acquis la propriété du Mille carré doré et y a habité jusqu’à sa mort, en 2000. Sandra Cohen-Rose note qu’elle est « l’une des rares maisons de style art déco à avoir gardé son lustre original ».

 

Jardin botanique de Montréal | 4101-4601, rue Sherbrooke Est

 

Pensé par l’architecte Lucien Kéroack, le pavillon central du Jardin botanique de Montréal a été construit en 1932. C’était l’un des 20 bâtiments de style art déco commandé par le populaire maire de la ville Camillien Houde pendant la Dépression, dans un dessein gouvernemental de ramener les gens au travail. Aujourd’hui, le Jardin botanique de 75 hectares abrite plus de 20 jardins thématiques et 10 serres, et fait partie d’Espace pour la vie, le plus important complexe muséal dédié aux sciences au Canada, qui comprend aussi le Planétarium Rio Tinto Alcan, le Biodôme, la Biosphère et l’Insectarium. 

 

Marché Atwater | 138, avenue Atwater

 

Autre projet pour contrer les effets de la Grande Dépression : le marché Atwater, dessiné par l’architecte Ludger Lemieux et son fils Paul. L’endroit a ouvert en 1933 et abrite encore aujourd’hui un marché animé.

 

Holt Renfrew | 1300, rue Sherbrooke Ouest

Bâti en 1937, le légendaire bâtiment Holt Renfrew a valu une médaille de l’Institut royal d’architecture du Canada à ses architectes, Ross et Macdonald. L’édifice arbore des coins arrondis caractéristiques de l’architecture art déco. En 2020, le bâtiment a été acquis par Brasswater Group Quint et est depuis converti en espace hybride de commerces et de bureaux. Entre-temps, Holt Renfrew a déménagé dans le magasin Ogilvy (1307, rue Sainte-Catherine Ouest), ce qui a mené à la création du détaillant de luxe Holt Renfrew Ogilvy.

 

Bâtiment Crescent | 1411, rue Crescent

Les lettres dorées qui coiffent l’entrée du bâtiment Crescent, dessiné en 1930 par les architectes Perrault et Gadbois, permettent une unité dans le design. À l’intérieur, le foyer est magnifique.

 

Magasin Robert Simpson | 977, rue Sainte-Catherine Ouest

 

Abritant aujourd’hui la grande boutique Simons, l’ancien magasin Robert Simpson, qui prit plus tard le nom de Simpsons, a été conçu en 1930 par Chapman et Oxley. Heureusement, comme le mentionne Sandra Cohen-Rose, « les splendides décorations de métal art déco de sa devanture sont demeurées intactes ».

 

Banque de Montréal | 1601, rue Sherbrooke Ouest

 

La branche de la Banque de Montréal installée au coin nord-ouest des rues Guy et Sherbrooke a été dessinée en 1928 par les mêmes architectes à l’origine de l’édifice Aldred, Barott et Blackader. Près d’un siècle plus tard, le bâtiment a peu changé et loge toujours une succursale de BMO.

 

Poste de police et caserne de pompiers no 10 | 1684, boulevard de Maisonneuve Ouest

 

Tous les postes de police et les casernes de pompiers de Montréal construits au début des années 30 sont de style art déco, y compris le poste et la caserne no 10, sis au coin sud-est du boulevard de Maisonneuve et de la rue Saint-Mathieu. Conçu par Shorey et Richie, le bâtiment de calcaire, avec sa tour art déco, a reçu le premier prix dans la catégorie des bâtiments publics de l’Institut royal d’architecture du Canada, en 1931. Aujourd’hui, la caserne de pompiers qui dessert le Village Shaughnessy occupe toujours les lieux.

 

Université de Montréal | 2900, boulevard Édouard-Montpetit

Le pavillon principal de l’Université de Montréal, iconique, est la dernière pierre d’art déco posée à Montréal. Sa construction s’est déroulée de 1924 à 1942 et a été pilotée par le célèbre architecte montréalais Ernest Cormier, qui a conçu une cinquantaine d’édifices au cours de sa brillante carrière.

 

Encore plus d’art déco

 

Parmi les autres bâtiments art déco notoires, notons le Drummond Medical Building (1414, rue Drummond), dessiné par Percy Erskine Nobbs en 1929, et l’Hôpital général juif (3755, chemin de la Côte-Sainte-Catherine), conçu par l’architecte J. Cecil McDougall et son associé C. Davis Goodman, puis construit en 1931.

Vous pouvez aussi admirer la légendaire pinte de lait Guaranteed Pure Milk, un château d’eau de 6 tonnes et de 10 mètres de haut qui trône sur le bâtiment de style art déco de la Guaranteed Pure Milk Company (1025, rue Lucien-L’Allier), dessiné par les architectes Hutchison, Wood et Miller en 1930.

La chapelle votive, à l’intérieur du majestueux oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, un lieu historique national du Canada et l’une des plus impressionnantes basiliques du monde (où la tombe du frère André est sculptée dans le marbre noir), a été conçue selon le style art déco. 

Si vous gagnez Montréal en train, assurez-vous d’observer les fresques en bas-relief art déco de la Gare centrale (895, rue de la Gauchetière Ouest). Elles racontent la vie au Canada et ont été dessinées par Charles Comfort et réalisées par Sebastiano Aiello. La gare a été inaugurée en 1943.

 

Déco nordique

Dans son livre à propos de l’art déco montréalais, Sandra Cohen-Rose souligne que les bâtiments de déco nordique « sont résolument différents de ceux d’architecture déco de Los Angeles, de New York, de Washington, de Détroit ou de Miami. Entre le high-style deco de l’édifice Aldred, les lignes classiques de l’Université de Montréal et les visées modernes du Holt Renfrew, l’architecture montréalaise embrasse pleinement le style ornemental contrairement au mouvement international sans fioritures. »

 

Cliquez ici pour visiter la page Facebook Art Deco Montréal, et consultez artdecomontreal.com pour une carte et la liste des édifices art déco de la ville.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité