Les expos printemps-été dans les musées de Montréal

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Cet article a été mis à jour le 16 mai 2022.

L’ère des Vikings et la vie créative et privée de l’icône du rock Nick Cave sont parmi les thèmes abordés au printemps et à l’été 2022 par les expositions incontournables dans les musées montréalais.

Les Vikings reviennent en Amérique

Le musée d’archéologie Pointe-à-Callière, dans le Vieux-Montréal, présente Vikings – Dragons des mers du Nord du 14 avril au 10 octobre. La grande exposition immersive met en montre 650 objets et artéfacts issus des collections du Musée national du Danemark.

Les familles apprécieront également l’exposition permanente À l’abordage! Pirates ou corsaires?. Il est recommandé d’acheter ses billets en ligne avant sa venue au musée.

 

 

À découvrir au MBAM

Au Musée des beaux-arts de Montréal, l’exposition Nicolas Party : L’heure mauve (jusqu’au 16 octobre), dont le titre s’inspire d’une toile du symboliste canadien Ozias Leduc tirée de la collection permanente de l’établissement, illustre le vaste univers artistique de l’étoile montante de la peinture Nicolas Party, qui en est à sa première expo solo au Canada. À travers quelque 100 œuvres et une série de murales in situ, l’artiste né en Suisse dévoile un parcours onirique s’inspirant de la nature. 

L'expo Adam Pendleton : Ce qu’on a fait ensemble (jusqu’au 10 juillet) comprend quatre nouvelles toiles monumentales qui s’inscrivent dans la série iconique de l’artiste new-yorkais Untitled (WE ARE NOT).

Parmi les expositions à venir, notons Vues de l’intérieur : Portraits de l’espace habité (à partir du 1er juillet), qui rassemble des œuvres de la collection du musée mettant en lumière une ou plusieurs évocations de l’espace intérieur, Musée d’art actuel/Département des invisibles, œuvre conceptuelle et performative de l’artiste montréalais Stanley Février (du 15 juin au 28 août), ainsi que Devant le palais du Moi, une installation multisensorielle de l’artiste canadienne Shary Boyle mettant en scène des dessins, des céramiques, des automates grandeur nature, des miroirs sans tain, une sculpture actionnée par des pièces de monnaie et une bande-son interactive (à partir du 31 août).

Les visiteuses et visiteurs doivent obligatoirement réserver leurs billets en ligne et sélectionner le jour et l’heure de leur visite. Les billets sont horodatés pour contrôler l’afflux de visites. Cela assure la sécurité du public, en plus de permettre une exploration plus intimiste du musée. À noter que le Beaux-Arts Bistro et le Beaux-Arts Restaurant sont pour le moment fermés.   

 

 

Familles queers et histoire autochtone

Du côté du Musée McCord, les images et histoires positives à propos des communautés LGBTQ+ sont au cœur de l’œuvre de JJ Levine, photographe trans de Montréal qui se spécialise dans le portrait intimiste. Des photos tirées de ses séries Queer PortraitsAlone Time et Switch seront présentées dans le cadre de son expo solo Photographies queers (jusqu’au 18 septembre).

Art et nature (à partir du 10 juin) est la première rétrospective consacrée au puissant esthétisme du photographe de nature sauvage canadien Alexander Handerson (1831-1913). Les photos sont tirées des archives du McCord, qui abritent la plus importante collection du célèbre photographe.

 

 

L’exposition permanente Voix autochtones d’aujourd’hui : Savoir, trauma, résilience rassemble 100 objets savamment sélectionnés parmi la collection des Cultures autochtones du musée, alors que Piqutiapiit – un hommage de l’artiste Niap à l’œuvre créative des femmes inuites – est présentée jusqu’au 21 août.

Si vous n’avez pas encore vu Parachute : Mode subversive des années 80, autour de la marque montréalaise Parachute dont la célèbre clientèle incluait MadonnaDuran Duran et Peter Gabriel, sachez que l’expo à succès s’étire jusqu’au 24 avril.  

 

 

Expositions d’envergure

Le populaire festival Art souterrain prend d’assaut six kilomètres du réseau piétonnier souterrain du centre-ville de Montréal pour sa 14e édition, présentée jusqu’au 30 juin. L’événement propose des œuvres de 40 artistes d’ici et d’ailleurs tournant autour du thème « Voies-Voix résilientes ».

Le Festival international de jazz de Montréal présente en première nord-américaine l’exposition Nick Cave : Stranger Than Kindness jusqu’au 7 août à la Galerie de la Maison du Festival, située au-dessus du Studio TD. Nick Cave agit comme cocommissaire et codesigner de l’expo qui présente plus de 300 objets amassés ou créés en 60 ans de vie créative et privée par le musicien, conteur et icône culturelle.

L'expo World Press Photo revient à Montréal au Marché Bonsecours du 31 août au 2 octobre.

La première nord-américaine de l’exposition Frida Kahlo : La vie d’une icône est présentée à Montréal à l'Arsenal art contemporain, du 19 juin au 24 juillet. Saluée par la critique, l'exposition se présente sous forme de biographie immersive et propose un voyage à travers la vie de l'une des artistes les plus influentes de l'histoire. La visite dure environ 90 minutes.

Art avant-gardiste au PHI

Au Centre PHI, la SAT et le Goethe-Institut accueillent la première nord-américaine de TECHNO WORLDS, une exposition multidisciplinaire itinérante du Goethe-Institut qui explore la scène techno multiforme, les genres et les projets politiques qui ont émergé des sous-cultures des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, ainsi que les processus d’appropriation culturelle et économique. Du 13 mai au 19 juin, TECHNO WORLDS présente plusieurs disciplines (œuvres visuelles, photos, films, sculptures et installations sonores) dans un parcours au Centre PHI, à la SAT et au Goethe-Institut.

À l'occasion de son 15e anniversaire, la Fondation PHI pour l'art contemporain présente Yayoi Kusama : DANCING LIGHTS THAT FLEW UP TO THE UNIVERSE, la première exposition solo de l'artiste japonaise au Québec (du 6 juillet au 15 janvier 2023). Cette exposition inclut des œuvres signature de l'artiste, notamment trois sculptures de citrouilles en bronze de différentes tailles.

L'entrée de l'exposition est gratuite mais il est nécessaire de réserver un créneau afin d'éviter les temps d'attente et garantir une expérience fluide dans l'exposition.

 

L’art de l’architecture

Le Centre canadien d’architecture n’est pas qu’un bijou architectural au cœur du centre-ville de Montréal, c’est aussi un musée d’architecture et un centre de recherche de renommée mondiale qui croit que « l’architecture est d’intérêt public ».

À l’affiche : Une portion du présent : Les normes et rituels sociaux comme sites d’intervention architecturale (jusqu’au 1er mai); l’expo Vente finale, qui étudie les mondes entremêlés de l’architecture, de la mode, des affaires et de l’art (jusqu’au 23 octobre); et le projet d’exposition et d’édition ᐊᖏᕐᕋᒧᑦ/Ruovttu Guvlui/Vers chez soi, dirigé en grande partie par des commissaires autochtones, qui explore la façon dont les Inuits, les Sámis et autres communautés de l’Arctique créent des espaces d’autodétermination (à partir du 11 juin).

Comme le dit si bien la fondatrice du CCA, Phyllis Lambert : « Nous ne sommes pas un musée qui expose des objets et qui déclare : “Ceci est l’architecture.” Nous essayons de faire réfléchir les gens. »

 

 

Muséums d’Espace pour la vie

Les enfants de tous âges peuvent découvrir de nouveaux univers à Espace pour la vie, le plus grand complexe de muséums nature au Canada.

Espace pour la vie comprend le Jardin botanique, le Planétarium, la Biosphère, l’Insectarium et le célèbre Biodôme.

Au Planétarium, les dômes qui abritent les théâtres du Chaos et de la Voie lactée sont équipés de projecteurs laser offrant une expérience ultra-HD. Le Planétarium présente chaque jour ses programmes doubles.

Du côté du Jardin botanique, en plus des plantes carnivores, le public peut apprécier chaque jour dans les serres les passiflores et bégonias en fleurs et admirer les bananes, caramboles, durians et papayes pousser dans les arbres fruitiers.

À l’affiche présentement au musée environnemental de la Biosphère : Couleurs du monde (jusqu’au 30 juin), une expo présentant 50 photos du National Geographic qui célèbrent la diversité naturelle et culturelle de notre planète.

Le Biodôme guide les visiteuses et visiteurs à travers cinq écosystèmes des Amériques. L’endroit ravit les foules à tout coup.

L’Insectarium, où d’importantes rénovations viennent de se terminer, est le premier musée en Amérique du Nord où il est possible d’observer une foule d’insectes vivants (dont certains en liberté) sous un même toit. Le site rouvre ses portes le 13 avril. 

L’achat de billets horodatés en ligne est fortement recommandé. 

 

Zoo Ecomuseum

Seul zoo extérieur sur l’île de Montréal, le Zoo Ecomuseum offre au public une expérience en nature unique : la chance de voir 115 espèces animales de la vallée du Saint-Laurent, y compris des ours noirs, des caribous des bois, des loutres de rivière, des tortues, des lynx du Canada et des aigles. L’espace populaire de 11 hectares est situé à Sainte-Anne-de-Bellevue, à 25 minutes de voiture du centre-ville de Montréal. Le stationnement est gratuit pour les visiteuses et visiteurs.

Le Zoo Ecomuseum est ouvert tous les jours de 9h à 17h. La dernière entrée sur le site se fait à 16h. Les billets doivent être réservés en ligne.

 

Centre des sciences de Montréal

Installé dans le Vieux-Port, le Centre des sciences de Montréal, adoré des enfants, présente plusieurs expositions permanentes. Le cinéma IMAX qu’il abrite projette des films pour tous les âges. Consultez ici l’horaire des films.

Le Centre des sciences de Montréal présente également l'exposition La science des records mondiaux Guinness jusqu'au 5 septembre. Après votre visite, essayez-vous à des sports extrêmes dans le cadre de l'exposition Au-delà des limites humaines !

 

OASIS immersion

Les chefs-d’œuvre de Van Gogh subissent un traitement numérique du tonnerre dans la nouvelle exposition immersive VAN GOGH – Distorsion, présentée à partir du 28 avril dans le plus grand espace intérieur immersif au Canada, OASIS immersion, situé dans le Palais des congrès de Montréal. L’expo convie le public à un voyage vif et coloré à travers 225 toiles, dessins et esquisses du célèbre peintre néerlandais. L’expérience d’environ 65 minutes est ponctuée de 119 haut-parleurs ambiophoniques et 105 systèmes au laser permettant des projections à 360 degrés sur les murs et les planchers de trois galeries. Les départs aux places limitées s’effectuent aux 20 minutes. Les billets sont en vente au oasis.im ou ticketpro.ca. Il est recommandé d’arriver 10 minutes avant l’heure de départ inscrite sur le billet.

 

Château Ramezay – musée et site historique de Montréal

Construit en 1705 comme demeure du gouverneur de Montréal de l’époque, Claude de Ramezay, le Château Ramezay est le plus vieux musée d’histoire privé du Québec. Ses expositions permanentes et temporaires mettent en lumière la riche histoire de Montréal, mais c’est encore le bâtiment comme tel qui est le plus évocateur. L’endroit a servi de quartiers généraux canadiens pour l’armée pendant la Révolution américaine en 1775-1776 et Benjamin Franklin y a logé lorsqu’il a tenté de convaincre Montréal de se joindre à la révolution. 

À l’affiche du côté des expos temporaires : Monde inuit – La collection Saladin d’Anglure, avec ses 40 objets inuits, et Leçons de l’Arctique, qui raconte le parcours de l’explorateur norvégien Roald Amundsen. 

Le Château Ramezay accueille le public tous les jours de 10h à 17h. Aucune réservation n’est requise.

 

 

Notre-Dame-de-Bon-Secours

Les visiteuses et visiteurs replongent dans le temps au Site historique Marguerite-Bourgeoys, qui comprend la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, en plein Vieux-Montréal.

Construit en 1771 sur les ruines de l’ancienne chapelle, le site abrite aujourd’hui un musée dédié à sainte Marguerite Bourgeoys, la Française qui a fondé la congrégation de Notre-Dame de Montréal et a été la première enseignante de la colonie, en 1653 (Marguerite Bourgeoys a été canonisée par le Vatican en 1982). Elle est enterrée dans la chapelle.

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est aussi surnommée l’église des matelots, et ce, non seulement parce qu’elle surplombe le fleuve, mais aussi parce qu’elle était un lieu de pèlerinage pour les marins qui arrivaient au port (aujourd’hui le Vieux-Port).

Le public peut monter au belvédère de la chapelle pour rejoindre les « anges de Ville-Marie » et apprécier les vues spectaculaires sur le Vieux-Port et le Vieux-Montréal, de même que visiter l’exposition permanente Osez Marguerite!, qui explore la vie et l’œuvre de Marguerite Bourgeoys.

Le site historique est ouvert du mardi au vendredi, de 11h à 16h, ainsi que les samedis et dimanches, de 11h à 17h, et ce, jusqu’au 14 mai. Du 15 mai au 15 octobre, l’endroit est ouvert tous les jours, de 11h à 16h. Les billets peuvent être achetés en ligne ou à la porte. L’entrée à la chapelle est gratuite.

 

 

Sainte architecture

L’exposition permanente du Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal présente les trois siècles d’histoire du premier hôpital de Montréal, l’Hôtel-Dieu, de même que celle des Hospitalières de Saint-Joseph, une communauté de femmes pionnières qui ont posé les bases du système de santé, à Montréal et ailleurs au Canada. Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 12h et de 13h à 17h. 

Le MAC à Place Ville Marie

Le Musée d’art contemporain de Montréal (le MAC, pour les intimes) présente l’exposition immersive de l’artiste d’origine chilienne résidant à New York Mika Rottenberg, du 21 mai au 10 octobre. L'exposition est constituée de 3 installations vidéos (NoNoseKnows (2015), Cosmic Generator (2017), and Spaghetti Blockchain (2019)), également accompagnées d'objets et sculptures insolites qui leur font écho.

Cette expo est présentée dans les espaces temporaires du MAC, à Place Ville Marie, alors que les pavillons principaux de l’établissement se refont une beauté dans le cadre de travaux estimés à 57 millions de dollars devant prendre fin en 2024. Le nouveau MAC devrait ouvrir en 2025.

Cliquez ici pour les billets et les coordonnées de l’espace temporaire.

 

 

Écomusée du fier monde

Explorant l’histoire de la classe ouvrière de Montréal, l’Écomusée du fier monde est ouvert du mercredi au dimanche.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité