Expos d’automne et d’hiver dans les musées de Montréal

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Jean-Paul Riopelle, les trésors incas et la haute couture de Christian Dior font partie des thèmes abordés par les expositions incontournables de l’automne et l’hiver 2020 des musées de Montréal.

Mesures de sécurité à respecter dans les musées

Le port du masque ou du couvre-visage dans les lieux publics fermés est obligatoire. Plusieurs mesures ont été mises en place dans les musées afin d’assurer la sécurité du public et du personnel des établissements. Les précautions ainsi que les consignes à suivre pour chaque musée sont clairement indiquées ci-dessous. 

Postimpressionnisme et Jean-Paul Riopelle au MBAM

L’exposition à succès Paris au temps du postimpressionnisme : Signac et les Indépendants nous transporte au premier Salon des Indépendants, tenu à Paris en 1884, et présente plus de 500 œuvres de Paul Signac (quelque 100 peintures et œuvres graphiques) et des avant-gardes :  des impressionnistes (Degas, Monet, Morisot), des fauves (Dufy, Friesz, Marquet), des symbolistes (Gauguin, Redon), des nabis (Bonnard, Denis, Lacombe, Sérusier, Ranson, Vallotton), des observateurs de la vie parisienne (Anquetin, Ibels, Picasso, Steinlen, Toulouse-Lautrec) et, bien sûr, des néo-impressionnistes (Cross, Luce, Pissarro, Seurat, Van Rysselberghe). L’exposition est présentée jusqu’au 15 novembre.

La nouvelle exposition Riopelle : À la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones s’ouvre le 21 novembre au MBAM. Elle comporte plus de 175 œuvres ainsi que 200 documents et objets qui explorent la fascination de Jean-Paul Riopelle pour la nordicité du Canada. L’exposition porte un regard nouveau sur la production de l’artiste des années 1950 aux années 1970 en retraçant les voyages et les influences qui ont nourri son intérêt pour les paysages du Nord et les communautés autochtones et nordiques. En mettant en évidence l’utilisation par l’artiste de thèmes et de motifs autochtones, l’exposition soulève la question de l’appropriation culturelle à la lumière des événements des dernières années. L’exposition est présentée jusqu’au 21 mars 2021.

À noter également : L’exposition Manuel Mathieu : Survivance est le premier solo muséal de l’artiste en Amérique du Nord (du 17 septembre au 28 mars 2021). L’exposition Yehouda Chaki : Mi Makir - À la recherche des disparus souligne le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz-Birkenau en 1945 (du 7 octobre au 7 mars 2021). L’exposition GRAFIK ! Cinq siècles d’arts graphiques allemands et autrichiens comporte plus de 80 œuvres de la collection MBAM et des collections publiques et privées canadiennes (du 28 novembre au 21 mars 2021).

Les services suivants ne seront pas offerts jusqu’à nouvel ordre au MBAM : vestiaire, location d’audioguides sur place, restaurant et café, ateliers, visites guidées et activités éducationnelles. De plus, les salles des collections permanentes ne sont pas accessibles.

Les visiteurs doivent obligatoirement réserver leur billet en ligne et sélectionner la date et l’heure de la visite. Les billets seront horodatés afin de contrôler le flux de personnes. Cette règle assure la sécurité du public et permet de vivre une visite plus intimiste.

Plusieurs mesures ont été mises en place au MBAM afin d’assurer la sécurité du public et du personnel.

Les Incas et les Italiens de Montréal

L’expo phare Les Incas... c’est le Pérou ! à Pointe-à-Callière explore le monde des Incas et de la culture des Andes (majoritairement du Pérou), de la Préhistoire aux époques contemporaines, à l’aide de près de 300 artéfacts, y compris des pièces d’or et d’argent, des ornements, des bijoux, des vases, des vêtements, des masques funéraires et des objets de rituel époustouflants. Bien que leur domination se soit étendue sur moins d’un siècle (de 1450 à 1532), les Incas ont bâti un des empires les plus impressionnants que le monde a connu, entre l’Équateur et le Pérou, la Bolivie et le Chili. L’exposition est présentée jusqu’au 4 octobre.

Également à l’affiche, en plus de la majorité des collections permanentes du musée, l’exposition temporaire Dans la Chambre des merveilles invite à entrer dans l’univers mystérieux et singulier des cabinets de curiosités (jusqu’au 10 janvier 2021).

Il est fortement recommandé d’acheter ses billets en ligne à l’avance. Plusieurs mesures ont été mises en place à Pointe-à-Callière afin d’assurer la sécurité du public et du personnel.

L’âge d’or de la haute couture

À partir du 25 septembre, le Musée McCord présente la grande exposition Christian Dior, qui rassemble plus de 50 créations de la riche collection Dior, de 1947 à 1957 environ. L’exposition explore le génie derrière les créations spectaculaires qui ont relancé la haute couture parisienne après la Deuxième Guerre mondiale. Elle réunit des modèles du riche fonds Dior de la collection permanente du Musée royal de l’Ontario, une douzaine de tenues de la collection Costume, mode et textiles du Musée McCord et des prêts de Dior Héritage, Paris. L’exposition est présentée jusqu’au 3 janvier 2021.

Le McCord explore également l’univers du dessinateur québécois emblématique Serge Chapleau dans l’exposition saluée par la critique Chapleau – Profession : Caricaturiste, qui a été prolongée jusqu’au 7 mars 2021. Le public pourra y apprécier plus de 150 œuvres, esquisses et illustrations originales créées par l’artiste multidisciplinaire. 

Par ailleurs, l’expo Griffintown – Montréal en mutation du photographe montréalais Robert Walker a également été prolongée, jusqu’au 14 février 2021.    

Les enfants de tous âges peuvent revivre la magie hivernale des vitrines mécaniques de Noël du magasin Ogilvy au Musée McCord du 21 novembre au 3 janvier 2021.

Plusieurs mesures ont été mises en place au McCord afin d’assurer la sécurité du public et du personnel. Il est fortement recommandé d’acheter ses billets en ligne.

Artistes d’ici au MAC

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) dévoile son exposition québécoise La machine qui enseignait des airs aux oiseaux le 8 octobre. Le public découvrira le travail de 34 artistes locaux, dont la plupart vivent et travaillent à Montréal et dans ses environs, et qui n’ont jamais (ou rarement) exposé leurs œuvres au MAC. L’exposition a pris forme après plus de 80 visites dans les ateliers d’artistes locaux afin de créer un spectacle innovant qui reflète les temps tumultueux que nous vivons actuellement. L’exposition sera présentée jusqu’au 4 avril 2021.

Deux autres nouveautés de la saison : le MAC présente l’installation vidéo à trois canaux de l’artiste britannique John Akomfrah Vertigo Sea (du 31 octobre au 31 janvier 2021) et la nouvelle installation immersive à sept écrans de l’artiste originaire de Vancouver et établi à Berlin Jeremy Shaw Phase Shifting Index, qui explore les neurosciences ainsi que l’expérimentation transcendantale et méditative (à partir du 12 novembre). Le MAC est le seul arrêt de la tournée de Phase Shifting Index, qui a été lancée à Paris en juillet dernier, au Centre Pompidou.

Le MAC a mis en place des mesures spéciales afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs et de ses employés, ainsi que des mesures d’hygiène qui sont reconnues et recommandées par le gouvernement du Québec.

Les services suivants ne sont pas offerts jusqu’à nouvel ordre : vestiaire, ateliers, visites guidées, visites de groupe et fêtes d’enfants. Le restaurant et la boutique sont également fermés.

L’histoire au Stewart

Situé dans le parc Jean-Drapeau sur l’île Sainte-Hélène, le Musée Stewart, sis dans un fort militaire britannique construit entre 1820 et 1824, présente son exposition temporaire Nuits (jusqu’au 7 mars 2021) qui transporte les visiteurs dans quatre univers nocturnes à travers des récits originaux de quatre écrivains québécois de renom : Heather O’Neill, Simon Boulerice, Dominique Demers et Éric Dupont. Leurs histoires prennent vie dans une mise en espace théâtrale aux côtés d’une variété d’artéfacts surprenants issus des collections des musées Stewart et McCord.

Plusieurs mesures ont été mises en place au Stewart afin d’assurer la sécurité du public et du personnel.

Sainte architecture

L’exposition temporaire Victor Bourgeau. Un évêque et son architecte est toujours ouverte au Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal. Le public y découvrira le travail de Victor Bourgeau, le principal architecte du diocèse montréalais sous l’épiscopat de Mgr Bourget. L’architecte a construit plus de 200 bâtiments au Québec, y compris le très reconnaissable couvent des Sœurs grises, de même que l’Hôtel-Dieu de Montréal, en 1861. L’exposition se concentre sur le travail d’architecte au 19e siècle et explore les œuvres ecclésiastiques de la carrière de Bourgeau.

Plusieurs mesures ont été mises en place au Musée des Hospitalières afin d’assurer la sécurité du public et du personnel.

Art avant-gardiste à la Fondation PHI

La Fondation PHI pour l’art contemporain présente son exposition collective Relations : la diaspora et la peinture, qui explore les significations complexes et multiples de l’idée de la diaspora, sa condition et ses expériences telles qu’elles s’expriment dans la peinture. L’exposition est présentée jusqu’au 29 novembre.

Les installations sont pensées et aménagées de manière à ce que le public puisse vivre, de façon sécuritaire et agréable, une expérience enrichissante en toute quiétude, alors que plusieurs mesures ont été mises en place afin d’assurer leur sécurité ainsi que celle du personnel.

Château Ramezay – Musée et site historique de Montréal

Construit en 1705 comme résidence privée de Claude de Ramezay, qui était alors gouverneur de Montréal, le Château Ramezay est le plus ancien musée historique du Québec. Ses expositions permanentes et saisonnières illustrent l’envergure de l’histoire de Montréal, mais le Château Ramezay est lui-même témoin du riche passé de la ville. En effet, il a servi de quartier général à l’armée américaine pendant l’invasion de 1775-1776, et Benjamin Franklin y a demeuré lorsqu’il a essayé de convaincre Montréal de se joindre à la cause américaine. 

Situé derrière le Château, le Jardin du Gouverneur, qui est ouvert tous les jours de 9 h à 16 h jusqu’au 31 octobre, évoque les jardins de Nouvelle-France. 

L’exposition temporaire Paysages montréalais – œuvres d’art de la collection de Power Corporation du Canada met en vedette 30 tableaux de Montréal réalisés par 15 artistes et provenant de l’une des plus importantes collections d’œuvres d’art au pays. L’exposition est présentée jusqu’au 4 octobre.  

Le musée a été réaménagé pour offrir aux visiteurs une expérience sécuritaire et agréable, conformément aux règles sanitaires. À noter que les activités culturelles, les visites guidées et les conférences sont interrompues jusqu’à nouvel ordre.

Notre-Dame-de-Bonsecours

Le public effectue un retour dans le temps au Site historique Marguerite-Bourgeoys, où se dresse la chapelle Notre-Dame-de-Bonsecours, situé dans le Vieux-Montréal.

Construit en 1771 sur les ruines d’une ancienne chapelle, le Site historique Marguerite-Bourgeoys abrite un musée dédié à sainte Marguerite Bourgeoys, qui a fondé la congrégation de Notre-Dame de Montréal et a été la première enseignante de la colonie en 1653 (elle a été canonisée par le Vatican en 1982). Marguerite Bourgeoys repose dans la chapelle.

Notre-Dame-de-Bonsecours possède aussi le surnom de « chapelle des marins » non seulement parce qu’elle donne sur le port, mais aussi parce qu’elle était un arrêt populaire de pèlerinage pour les marins qui arrivaient dans le port (aujourd’hui le Vieux-Port) au 19e siècle. 

Le public peut grimper au belvédère pour rejoindre les « anges » et apprécier des vues magnifiques sur le Vieux-Port et le Vieux-Montréal et partir à la découverte de l’épopée et de l’héritage de Bourgeoys avec l’exposition permanente Osez Marguerite !

Toutes les mesures prescrites par le gouvernement en matière de santé sont appliquées afin d’assurer la sécurité du personnel et du public. Les visiteurs peuvent réserver leur billet en ligne ou l’acheter à la porte. Entrée libre à la chapelle.

Voyage dans l’espace

Les enfants pourront, à travers les cinq zones de Voyage dans l’espace, découvrir les dangers et les difficultés auxquels les astronautes sont confrontés lorsqu’ils vivent dans l’espace. L’exposition se déroule au Centre des sciences de Montréal dans le Vieux-Port jusqu’au 10 janvier 2021.

L’exposition Voyage dans l’espace et le cinéma IMAX® TELUS sont ouverts, mais les autres salles d’expositions permanentes et les aires de restauration intérieures sont temporairement fermées. Le vestiaire et les casiers ne sont pas disponibles actuellement. Plusieurs mesures ont été mises en place à afin d’assurer la sécurité du public et du personnel, dont l’achat de billets en ligne obligatoire.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité
[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus