Grands moments de l’histoire LGBTQ de Montréal

Montréal est aujourd’hui une destination LGBTQ de choix. Mais ses citoyens ont dû se battre pour qu’elle devienne la ville queer inclusive que l’on connaît. Voici quelques grands moments de l’histoire LGBTQ montréalaise.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

1648

Montréal n’est qu’un avant-poste de la Nouvelle-France quand un joueur de tambour militaire gai, à la garnison française, est accusé d’avoir commis « le pire des crimes » et condamné à mort.

Sa vie est sauvée lorsque les jésuites de Québec interviennent en sa faveur et que l’évêque de l’Église catholique lui propose un marché : périr ou devenir le premier bourreau de Nouvelle-France.

Il devient bourreau.

1869

Le premier établissement gai en Amérique du Nord est l’Apples and Cake Shop de Moise Tellier, rue Craig (aujourd’hui rue Saint-Antoine), non loin du boulevard Saint-Laurent, où les hommes se rencontrent pour y avoir des relations sexuelles.

1958

Les hommes gais peuvent pour la première fois danser ensemble dans la Tropical Room du Downbeat Club (au 1422 rue Peel), le 27 août 1958, pour célébrer le 23e anniversaire de la célèbre drag-queen Armand Monroe, alias « La Monroe ».

1968

De 1968 à 1983, Denise Cassidy, une figure de proue de la nuit montréalaise plus connue sous le nom de Babyface, un surnom que lui a valu une brève carrière de lutteuse professionnelle, dirige certains des premiers bars lesbiens en ville : La Source, La Guillotine, Baby Face Disco, Chez Baby Face et Face de bébé (au 1486 boulevard René-Lévesque Ouest), qui ferme en 1983.

Thumbnail

1973

Le Lime-Light, une discothèque légendaire, ouvre à Montréal au 1254 rue Stanley. C’est là qu’œuvre, de 1973 à 1981, le grand manitou du disco montréalais, le DJ Robert Ouimet, élu meilleur DJ nord-américain par le magazine Rolling Stone, en 1976, puis DJ de l’année, en 1977, par le magazine Billboard.

Thumbnail

1976

Vestige du fameux red-light district montréalais, boulevard Saint-Laurent (surnommé la Main), le Café Cléopatra (1230 boulevard Saint-Laurent) ouvre ses portes. L’édifice abrite néanmoins un cabaret depuis 1895.

Au-dessus du club d’effeuilleuses du rez-de-chaussée est installé un cabaret, où la communauté transgenre montréalaise s’est toujours sentie en sécurité et où sont encore organisés des performances de drag-queens, des fêtes fétichistes et des spectacles de burlesque. Le décor des années 1970 et les lumières disco en font un lieu irrésistiblement rétro.

Thumbnail

1977

Le 22 octobre, la police montréalaise organise une descente au bar de rencontres gai Le Truxx et au Mystique (1428 et 1424 rue Stanley). Cinquante policiers armés de mitraillettes arrêtent 146 hommes au motif qu’ils se trouvent dans une maison de débauche. Le lendemain, plus de 2000 hommes gais et leurs alliés manifestent contre le harcèlement policier.

L’indignation du public force l’Assemblée nationale du Québec à modifier la Charte des droits et libertés pour interdire la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Ce vote du 15 décembre 1977 est historique.

Le Québec devient ainsi la première province au Canada à bannir la discrimination en raison de l’orientation sexuelle.

Le Truxx est depuis considéré comme le « Stonewall montréalais ».

Thumbnail

1979

Le célèbre militant gai montréalais John Banks, secrétaire personnel de Marlene Deitrich pendant de nombreuses années, forme La Brigade rose. Cette dernière organise le premier défilé de la Fierté à Montréal, qui attire 52 participants en juin 1979.

Le drapeau arc-en-ciel créé par Gilbert Baler pour le Gay Freedom Parade de San Francisco en 1978 n’étant pas encore un symbole communautaire, Banks coud ensemble deux draps, les teint en rose et les coupe en triangle. C’est en compagnie de la drag-queen montréalaise La Monroe (Armand Monroe) qu’il agite ce « drapeau » en tête de cortège.

1983

Fondé par Ross Higgins et Jacques Prince, l’organisme sans but lucratif les Archives gaies du Québec présente régulièrement des lectures publiques, des expositions dans des musées et galeries ou encore d’affiches. Sa collection permanente comprend des milliers de clichés du photographe montréalais Allan B. Stone, connu pour ses photos de culturistes. En juillet 2013, les Archives ont déménagé du 4067 boulevard Saint-Laurent pour s’installer à leur emplacement actuel au 1000 de la rue Amherst.

L’édifice du 4067 boulevard Saint-Laurent a son importance dans la communauté puisque, outre les Archives gaies du Québec, il a également abrité les bureaux du festival image+nation et de Divers/Cité.

Thumbnail

1984

Le Village gai montréalais doit son nom à l’entrepreneur gai Bernard Rousseau, qui ouvre le Cinéma du Village, un cinéma porno, aujourd’hui la salle de spectacles Le National (au 1220 rue Sainte-Catherine Est).

Les bars queer se déplacent vers l’est, dans le Village. En effet, avant le début des Jeux olympiques de 1976, plusieurs descentes de police ont lieu dans les établissements LGBTQ du centre-ville, et plus particulièrement au Bud (1250 rue Stanley), où 75 officiers accusent 122 hommes de se trouver dans une maison de débauche.

1988

Le premier festival de cinéma LGBTQ canadien, image+nation, est fondé. Les premiers films et vidéos présentés traitent de résistance, de libération, de sida et de VIH. Image + Nation a une influence significative et son directeur actuel, Charlie Boudreau, et sa directrice de la programmation, Katharine Setzer, continuent de rassembler des films faits par et pour les queer.

Thumbnail

1990

La police montréalaise perquisitionne au Sex Garage, au petit matin du 15 juillet, dans un loft situé au 494 rue de la Gauchetière. Plus de 25 policiers ôtent leur badge et frappent 400 participants dans la rue. Cette nouvelle descente de police génère 36 h de protestation et d’affrontements entre la communauté LGBTQ montréalaise et les forces policières.

Le Sex Garage politise une génération entière de militants LGBTQ qui change le paysage politique québécois, organise le défilé Divers/Cité et crée des groupes d’action pour les droits civils de la communauté LGBTQ et l’amélioration de ses conditions de vie à Montréal.

À l’instar du raid de police de 1977 au Truxx, la descente policière décisive au Sex Garage est considérée comme un « Stonewall montréalais ».

1991

Le célèbre party montréalais Black & Blue nait après la descente policière au Sex Garage. Son fondateur, Robert Vézina, explique : « nous pensions que Montréal avait besoin d’un bon bol d’air frais ». L’événement a lieu chaque année durant la fin de semaine de l’Action de grâce canadienne (qui correspond au Columbus Day américain).

Sa fréquentation est record en 1999, quand le festival accueille 17 000 personnes au Stade olympique. L’année suivante est celle du thème Candles and Ribbons, qui voit le terrain du stade illuminé de 25 000 bougies pour créer un gigantesque Ruban d’espoir représentant le ruban du sida comme entrée spectaculaire à l’événement.

Thumbnail

1993

En réponse à la perquisition au Sex Garage, le premier véritable organisme montréalais de la Fierté, Divers/Cité, est fondé par les militants LGBTQ Suzanne Girard et Puelo Deir. Quelque 5000 personnes prennent part au défilé inaugural. Avec le Black & Blue, Divers/Cité place Montréal dans la liste mondiale des villes gaies.

Thumbnail

2006

Montréal accueille les premiers World Outgames, qui réunissent plus de 10 000 athlètes LGBTQ du monde entier, du 29 juillet au 5 août.

K.d. Lang se produit devant 40 000 personnes au Stade olympique, où les athlètes Martina Navratilova et Mark Tewksbury lisent la Déclaration de Montréal, qui demande aux Nations unies un statut international des droits de la personne LGBTQ.

2007

Fierté Montréal organise le grand défilé du défunt Divers/Cité et conserve les dates du festival gai en août. Fierté Montréal est à ce jour la plus grande célébration de la Fierté dans le monde francophone.

Thumbnail

2017

Fierté Montréal reçoit Fierté Canada Pride, première célébration pancanadienne de la Fierté, et accueille à Montréal 96 organismes de tout le pays, alors que la ville et la nation célèbrent leurs 375e et 150e anniversaires respectifs. Fierté Canada attire 2,7 millions de visiteurs.

2019

Le 16 mai, l’Assemblée nationale du Québec reconnaît officiellement le statut particulier du Village gai de Montréal (que les locaux appellent simplement le Village), le plus vaste quartier LGBTQ en Amérique du Nord après celui de Castro, à San Francisco, comme lieu de refuge et d’émancipation.

Fierté Montréal est candidate à la tenue de la WorldPride de 2023 dans la métropole québécoise.

Richard Burnett

Richard Burnett, journaliste

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram 

Consultez la liste de nos collaborateurs habituels.