Le Montréal queer au-delà du Village

Villeray - Place de Castelnau piétonnisée
Mark Andrew Hamilton

Mark Hamilton

Cet article a été mis à jour le 26 avril 2023.

Le Village gai de Montréal est l’un des plus anciens et importants du monde. L’endroit est depuis longtemps considéré comme un lieu de rassemblement et un milieu de vie queer vibrant, dont la notoriété est ponctuée chaque année par les célébrations du tonnerre entourant Fierté Montréal. Mais le Montréal queer s’étend un peu partout en ville, permettant à une communauté de plus en plus colorée de se retrouver aux quatre coins de la métropole. C’est un peu comme si le Village était la maison-mère et qu’il existait partout autour des salles et événements satellites pour toutes les formes d’expression, créant ainsi des espaces sécuritaires ici et là. Répétez après nous : Nous sommes queers, nous sommes ici pour de bon et nous irons où bon nous chante. Restez à l’affût de tout ce qui se fait de queer à Montréal grâce au bulletin des choses à faire de QueerMTL publié chaque mois.  

Kiki Vogue Ball au Bain Mathieu

Toutes les couleurs de l’arc-en-ciel

Avec une multitude de lieux en ville, le milieu LGBTQ+ de Montréal est assez diversifié pour combler l’ensemble de la communauté altersexuelle. Que ce soit dans un club bondé d’une des grandes artères du Plateau ou dans un recoin de Saint-Henri, le queer est partout à l’honneur!

C’est l’heure du kiki

Se consacrant à la culture des bals et du voguing, Mtl-KBA (Montreal Kiki Ballroom Alliance) et Ballroom 4 Community diffusent régulièrement de l’info sur les bals, cours de danse et autres événements proposés dans la ville. Les membres très impliqué·es de ces groupes produisent aussi d’autres soirées qui mettent en scène des pros du voguing et des DJ de renommée internationale, y compris Bring It!, présenté un mardi sur deux au bar Champs. Vous y trouverez tout ce que vous cherchez, entre cours pour parfaire votre technique et défilés pour les mettre en application.

Unies soient les femmes!

Ellelui tient une panoplie d’événements réguliers – que ce soit des soirées pop ou des compétitions de ping-pong – dans le but de favoriser l’esprit de communauté et de mettre les femmes en réseau. L’organisation invite régulièrement des platinistes et des artistes; il offre aussi la possibilité à de nouveaux talents de se faire connaître auprès de la communauté lesbienne et queer montréalaise.

Ça fait pop!

Les populaires soirées d’HomoPop vont de l’hommage aux plus grandes divas de la chanson jusqu’aux partys de sous-vêtements. Elles proposent aussi régulièrement des prestations d’artistes drag, par exemple données par des visages aperçus dans les franchises de Drag Race. Et elles ne s’attardent pas qu’à un seul quartier, faisant danser les gens de Saint-Henri au Plateau.

Homochelaga!

Avec la tour du Stade olympique comme phare, Hochelaga-Maisonneuve, un des quartiers de l’est de Montréal, est le théâtre de plusieurs fêtes dansantes, comme LuvHaus, qui se tient au Blockhaus. Il s’agit d’une des soirées LGBTQ+ de Montréal qu’il ne faut surtout pas manquer. L’atmosphère conviviale et inclusive encadre la superbe programmation constituée de platinistes et de prestations spéciales.

 

Café Cléopâtre - House of Laureen - Demone LaSlave

Ce n’est plus un secret

Depuis sa fondation en 2012, Lez Spread the Word (LSTW) est devenue une joueuse majeure dans la ville. Aujourd’hui, LSTW a plusieurs cordes à son arc : superbe magazine imprimé (sur lequel se sont retrouvées en couverture les musiciennes Tegan & Sara, la modèle Ève Salvail, les actrices Jacqueline Toboni et Barbie Ferreira, la créatrice Lena Waithe, la chanteuse Charlotte Day Wilson et la grande cheffe bispirituelle Kahsennenhawe Sky-Deer), collaborations avec le monde du cinéma (et ce, jusqu’à Cannes) et source d’information essentielle pour les lesbiennes francophones et anglophones. Bien que les soirées Où sont les femmes?, qui mettent en vedette des DJ de calibre international dans des lieux comme Fitzroy et Renard, se font plus rares qu’avant (c’est que l’équipe est occupée!), les événements spéciaux de LSTW demeurent des incontournables de la vie nocturne montréalaise.

Le mec plus ultra

La soirée Mec Plus Ultra, ou MPU pour les intimes, est un « méga party hors Village » qui a lieu dans un club du Plateau sur une base régulière. Organisé au Belmont (que vous n’aurez aucun mal à trouver en raison de l’interminable file de fêtards sur leur 36 qui attendent dans la rue pour entrer), MPU se tient dans un esprit d’inclusion et de fête, avec des sets de DJ, des prestations et même des démos de voguing. Le thème de chaque soirée, pensé pour provoquer rencontres et interactions (quelle que soit leur nature), change chaque fois. Lors d’une édition passée, les participants ont reçu un autocollant à coller sur leur épaule représentant une des créatures du jeu Space Invaders. Quand ils rencontraient une personne portant le même autocollant sur le bras, ils devaient leur offrir un verre au bar.

Plus qu’une enseigne au néon

Bar de strip-tease à ses débuts, le Café Cléopâtre fait aujourd’hui le bonheur d’une clientèle hétéro, homo, trans, drag et queer. Lieu de prédilection pour les spectacles drag, le Café Cléopâtre présente également l’événement bimensuel Bareoke. Il s’agit d’une soirée queer qui réunit deux passe-temps populaires : chanter en public et se dénuder! Si le cœur vous en dit, chantez à pleins poumons tandis que vous vous déshabillez devant la foule.

 

Rythmes latins queers

DISCOÑO remplit toujours les salles où sont présentées ses soirées dansantes, que ce soit au Newspeak ou ailleurs. Grâce à cette organisation, le «L» dans LGBTQ+ représente maintenant aussi la communauté queer latinx. Misant sur une programmation riche en prestations et qui compte sur une panoplie de platinistes de talent, DISCOÑO propose une incontournable expérience festive axée sur la musique techno, le funk carioca et l’afrobeat.

Les rois des rois

Présenté par le drag daddy suprême Charli DevilleManSpread est un événement où sont à l’honneur les drag kings, une scène qui est en plein essor à Montréal. Ayant lieu de façon semi-régulière dans certains des cabarets les plus populaires de la ville, ManSpread est toujours couru (nous vous recommandons chaudement de réserver vos billets).


 

Never Apart

Pour l’amour de l’art LGBTQ+

La communauté LGBTQ+ montréalaise joue depuis longtemps un rôle important dans la création et la diffusion artistiques. Les lieux montréalais qui suivent offrent une vitrine à l’art queer. (Et pour celles et ceux qui souhaitent mettre en pratique leurs propres talents ne doivent surtout pas manquer la soirée mensuelle Drink & Draw, au bar Le Cocktail, lors de laquelle il est possible de dessiner des modèles vivants.)

Des archives émotionnelles

Accessibles au public, les Archives gaies du Québec offrent un aperçu de l’histoire des associations et des individus qui ont contribué à faire de Montréal la Mecque queer qu’elle est aujourd’hui. L’endroit présente aussi des expositions temporaires dans ses espaces, par exemple à propos d’affiches liées au sida ou encore de photographes ou d’artistes du collage locaux. Appelez les Archives ou envoyez-leur un courriel pour en savoir davantage.  

Le désir de lire

Les adeptes de littérature queer seront servi·es grâce à The Violet Hour, un organisme local qui présente régulièrement des soirées de lecture ainsi qu’un club de lecture mensuel, le Violet Hour Book Club. N’hésitez pas à vous procurer vos copies des livres en vedette à la libraire L’Euguélionne. 

Des maisons du peuple

Situées l’un en face de l’autre, la Casa del Popolo et la Sala Rossa sont extrêmement animées. On y présente régulièrement des expositions artistiques et des concerts de musique; leurs programmations – souvent queers – sont parmi les plus excitantes et les plus expérimentales de Montréal.

Tous pour un et un pour tous

Si Never Apart n’est plus ouvert au public en tant que lieu artistique, son site web demeure une riche mine d’informations en matière de culture queer locale et d’expression artistique LGBTQ+.

 

Dépanneur Le Pick-up

À boire et à manger

Partir à la découverte du Montréal LGBTQ+ suppose avoir quelques points de chute où prendre un verre et manger une bouchée. Ces lieux où tout le monde est bienvenu pourront vous ravitailler.
 

Un arc-en-ciel pastel

Établi dans le Mile End, le Pastel Rita est à la fois un café, un bar à vin nature, un salon de tatouage, mais surtout un lieu de rencontre queer pour les personnes créatives, la communauté étudiante et les adeptes du café. Grâce à un décor aux nuances pastel, vert éclatant et doré, c’est aussi l’endroit idéal pour votre prochain égoportrait #mtlmoments.

Juste au coin de la rue

Plus qu’un simple dépanneur, le Pick Up est l’endroit idéal où commander un sandwich et une petite douceur. Installez-vous sur sa terrasse et profitez-en pour zieuter la population diversifiée qui vit dans le quartier Mile Ex. À noter que l’établissement a ouvert une deuxième succursale dans Hochelaga; on peut tout autant s’y désaltérer et prendre plaisir à observer les gens.

Chanter haut et fort

De l’extérieur, le bar Notre Dame des Quilles a des allures de simple bar de quartier aux fenêtres embuées, mais en poussant la porte, on découvre tout un monde. Outre les allées de quilles en libre-service, le NDQ présente également des spectacles d’humour, du karaoké, des performances et des soirées de speed dating pour la communauté queer.

Une expérience immersive

Le Club Social Le Scaphandre met en valeur les jeunes talents queers de Montréal en présentant des événements réguliers comme les soirées jeu-questionnaire de Pam Demic, les projections cinématographiques Trannavision de Tranna Wintour, des prestations musicales et des marchés artisanaux. Situé en plein centre de la ville, dans le boulevard Saint-Laurent, l’endroit est un point de rencontre idéal.

 

 

Mark Andrew Hamilton

Mark Hamilton

Mark Hamilton est gestionnaire de communauté pour QueerMTL et un musicien qui voyage partout dans le monde grâce à ses projets Woodpigeon et Frontperson. Également étudiant des cycles supérieurs en histoire, il mène des recherches sur l’activisme LGBTQ+ dans la métropole. Résident de Montréal depuis 2015, on le retrouve le plus souvent en route sur un vélo BIXI, avec quelques minutes de retard.

Voir les articles de Mark