Le club des ex de Montréal : Mile-Ex et Parc-Ex

Isa Tousignant

Le combat des quartiers est lancé! Mais non. Nous sommes tous amis à Montréal, mais il va sans dire que les visiteurs – et même les Montréalais – confondent souvent le Mile-Ex et Parc-Ex. Où débute l’un et ou se termine l’autre? Comment se différencient-ils? Laissez-nous vous aider. Voici la petite histoire des deux ex de Montréal…

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Le Mile-Ex pour les nuls

Le Mile-Ex est un quartier de Montréal situé au nord du branché Mile End et à l’ouest de la Petite-Italie. Il est délimité au sud par le chemin de fer Van Horne, et s’étire au nord jusqu’à l’avenue Beaumont et à la rue Gary-Carter, juste au nord de Jean-Talon. D’ouest en est, le Mile-Ex va de l’avenue du Parc au boulevard Saint-Laurent. Son nom découle du fait qu’il soit installé à mi-chemin entre le Mile End et Parc-Ex (enfin, presque – voir plus bas). Le terme « Mile-Ex » a gagné ses lettres de noblesse en 2012 lorsque le restaurateur Grégory Paul a ouvert son établissement du même nom dans les limites du quartier. 

Le Mile-Ex en architecture et en démographie

Autrefois connu comme un secteur très industriel de la Petite-Italie, le Mile-Ex est devenu un secteur en soi lorsque les hipsters l’ont pris d’assaut pour y construire leurs maisons, entre les manufactures et les ateliers de carrosserie. L’endroit est désormais réputé pour l’audace de son architecture : aux côtés de bâtiments industriels et de duplex d’ouvriers ont poussé des résidences modernes et impressionnantes – autant des adresses uniques que des copropriétés. Peu de familles italiennes qui ont fait ce quartier y habitent encore aujourd’hui; elles ont cédé leur place, en majorité, à des professionnels trentenaires.

Ce que les résidents aiment du Mile-Ex

Ici, on semble parfois être catapulté au milieu de nulle part, ce qui rend le quartier discret et presque impénétrable, du moins pour les voitures (il y a tellement de cul-de-sac, de rues en épingle et de sens uniques changeants que seuls les chauffeurs de taxi les plus intrépides s’y aventurent). Ajoutez à cela une liste de restaurants acclamés qui s’allonge, ainsi que des cafés, des galeries, des barbiers et des salons de coiffure, et vous obtenez un village digne du magazine Dwell installé en plein cœur d’un secteur animé de la ville.

Quoi faire dans le Mile-Ex

Il vous faut d’abord manger. Planifiez votre journée autour d’un souper au Manitoba (cuisine du marché raffinée) ou d’un lunch à la Dinette Triple Crown (cuisine barbecue du Sud décadente). Et enfilez vos espadrilles! Le quartier est petit, donc vous pouvez l’arpenter en zigzaguant d’un bout à l’autre en trois temps. Après avoir apprécié l’art de Never Apart, dirigez-vous vers le café Dispatch pour une dose de carburant, ou décompressez au salon Teashop si vous êtes plutôt amateur de thé. Puis, pomponnez-vous au salon de barbier Emporium ou aux Brossés. Pour un verre de fin de soirée, vous avez l’embarras du choix : Harricana (une brasserie qui sert de délicieux plats), Le Ritz PDB (un bar à spectacles qui a beaucoup à offrir) ou Alexandraplatz (si c’est l’été, car ce pub des beaux jours est saisonnier). Amusez-vous! 

Parc-Ex pour les nuls

Beaucoup plus étendu que le Mile-Ex, Parc-Ex est l’abréviation de Parc-Extension, un coin de la ville qui s’étend, comme son nom l’indique, au-delà de l’avenue du Parc. Le quartier est délimité par les voies ferrées qui le séparent d’Outremont, puis par Ville Mont-Royal, à l’ouest, et Villeray, à l’est. En d’autres mots, il s’étire de Beaumont à Crémazie, et de Durocher à l’Acadie. Le quartier ne borde donc pas directement le Mile-Ex, même s’il passe très près. On peut dire que les deux sont voisins.

Parc-Ex en architecture et en démographie

Parc-Ex est l’un des quartiers les plus multiculturels de Montréal, avec Côte-des-Neiges. Refuge pour les nouveaux arrivants de partout sur le globe, l’endroit regorge de restaurants et de commerces sud-asiatiques, africains, grecs, vietnamiens, équatoriens, juifs et est-européens. Autour des artères commerciales que sont Jean-Talon, Jarry et de Liège, son architecture est surtout résidentielle. Le parc immobilier, construit majoritairement entre le milieu des années 1940 et les années 1970, comporte de petits bungalows, des duplex et des immeubles d’appartements.

Ce que les résidents aiment de Parc-Ex

Le caractère multiculturel et intergénérationnel du quartier représente bien la face de la planète. Et l’embourgeoisement ne l’a pas encore gagné. On y remarque aussi un civisme propre aux vieux pays, comme en fait foi les salutations du matin entre inconnus, les fêtes de quartier au parc Jarry et les actes de tricot-graffiti (yarn bombing). Et que dire de la nourriture! Entre foufou ghanéen et dosas nord-indiens, vous pouvez goûter de tout ici. Et vous en redemanderez! 

Quoi faire dans Parc-Ex

Venez satisfaire votre appétit. Si vous avez envie de pakistanais, essayez le 786 (commandez le tilapia entier et les lentilles au beurre), rue Jean-Talon, ou le Sana (viandes grillées à des prix renversants), rue Jarry. Les plats bangladais du Dera sont tout aussi délicieux. Les amoureux de cuisine indienne peuvent choisir parmi une vingtaine d’adresses de la rue Jean-Talon (entre Parc et l’Acadie) et une bonne poignée d’autres dans la rue Jarry. Vous avez envie de grec? Rendez-vous au chic Panama ou à la réputée grilladerie Marven’s. Si vous êtes dans le coin avec des enfants, faites un arrêt à Jouets LOL. Les fashionistas apprécieront quant à eux les trouvailles rétro du Little Shop ainsi que les nombreuses boutiques de saris du quartier.

Isa Tousignant

Isa Tousignant, blogueuse

Isa Tousignant est une journaliste art et style de vie résidant dans le quartier multiculturel Parc Extension de Montréal. Elle est collaboratrice à la rédaction du magazine Canadian Art et écrit à la pige pour une variété de revues et de marques. Elle crée également des bijoux et se passionne pour le costume animalier et son rôle dans l’art contemporain.