Montréal rend hommage à Leonard Cohen

Richard Burnett

Leonard Cohen adorait sa ville, Montréal, et les Montréalais le lui rendaient bien en lui vouant un amour inconditionnel. Cette idylle était si forte que l’artiste avait même autorisé la tenue d’une exposition très attendue, Leonard Cohen : Une brèche en toute chose / A crack in Everything actuellement présentée au Musée d’art contemporain (MAC).

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

L’œuvre d’une vie

Présenté par John Zeppetelli et Victor Shiffman, les deux commissaires de l’exposition, l’événement Cohen au MAC s’inspire de l’univers de l’artiste et des grands thèmes de sa vie et de son œuvre. Il s’agit de la première exposition majeure consacrée entièrement à l’imaginaire du légendaire auteur-compositeur-interprète et homme de lettres et à l’héritage laissé par ce dernier.

« Quand nous avons eu l’idée de cette exposition, nous sommes d’abord allés chercher l’accord de Leonard Cohen qui a tout de suite été ravi de ce projet et de l’angle qu’on lui proposait, explique John Zeppetelli. Dans le contexte récent de sa mort, notre exposition prend un sens nouveau. Elle devient aussi un hommage à cette icône planétaire. »

Leonard Cohen : Une brèche en toute chose / A crack in Everything sera présentée jusqu’au 9 avril 2018.

Par ailleurs, la 12e édition du Colloque international Max et Iris Stern (les 6 et 7 avril 2018) lui sera aussi consacrée.

Thumbnail

40 artiste de 10 pays

En préparation depuis deux ans, Leonard Cohen : Une brèche en toute chose / A crack in Everything réunit des artistes multidisciplinaires et visuels, des performeurs, des musiciens, des auteurs et des cinéastes de partout qui ont tous créé une nouvelle œuvre pour l’occasion. Une série de concerts et d’événements qui illustreront sa création littéraire et musicale et l’influence énorme qu’elle a eu, notamment dans le monde de la musique, sera également à l’affiche.

Lou Reed, intronisé au Temple de la renommée du rock and roll en 2008, a dit de Cohen qu’il était « au plus haut et plus influent échelon des auteurs-compositeurs-interprètes. »

Pour l’exposition montréalaise, les artistes réunis ont exploré les différents thèmes qui ont marqué sa vie : l’ombre, la lumière, la religion, la politique, l’amour, le désir, l’intimité, la poésie.

Thumbnail

De vibrants hommages

Au nombre des 18 nouvelles œuvres présentées, il y a une installation vidéo de l’artiste sud-africaine Candice Breitz intitulée I’m Your Man (A Portrait of Leonard Cohen) dans laquelle on peut voir des admirateurs de l’artiste chanter la chanson du même nom (tirée d’un album de 1988) accompagnés du chœur d’hommes de la synagogue Shaar Hashomayim de Westmount, que Cohen a fréquentée toute sa vie.

Le cinéaste israélien Ari Folman a réalisé une « depression box » dans laquelle les visiteurs pourront se confronter aux affres de la dépression, un thème qui caractérise toute l’œuvre de Cohen. Sa collaboratrice de longue date, Sharon Robinson (qui a coécrit avec lui le classique Everybody Knows) a quant à elle créé une nouvelle chanson, Goodbye Stranger, et un clip vidéo qui seront présentés en grande première.

Thumbnail

Un répertoire gigantesque

Il existe quelque 2000 versions des titres que Cohen a enregistrés. L’installation Listening to Leonard présentée dans le cadre de l’exposition permettra aux visiteurs d’écouter de nouvelles interprétations d’artistes d’ici et d’ailleurs tels qu’Ariane Moffatt et l’Orchestre symphonique de Montréal, Chilly Gonzales et Jarvis Cocker avec le Kaiser Quartett, Moby, The National, The Barr Brothers, Half Moon Run, Feist, Socalled et Jean Leloup.

Le MAC, en collaboration avec le festival POP Montréal, proposera également une série de cinq concerts dans l’intimité de la salle Gesù durant lesquels musiciens et chanteurs invités interpréteront cinq albums essentiels de Leonard Cohen : New Skin for the Old Ceremony, le 14 décembre (avec Pierre Kwenders et Katie Moore); Songs from a Room, le 18 janvier (avec Marie-Pierre Arthur et Laura Sauvage); The Future, le 15 février (avec Dear Criminal et Un Blonde); et Songs of Leonard Cohen, le 28 mars (avec Cœur de Pirate et Ariane Moffatt).

Thumbnail

Sur les traces de Leonard Cohen

L’œuvre musicale de Leonard Cohen est fermement enracinée à Montréal, où il a fréquenté la Herzliah High School (où enseignait son mentor littéraire, le poète Irving Layton) et la Westmount High (où existe aujourd’hui le programme Leonard Cohen Poet-in-Residence).

Des fans du monde entier continuent de lui rendre un dernier hommage à son domicile du 28 rue Vallières, dans le Plateau montréalais. Deux murales le représentant sont à voir, sur le côté de l’édifice Cooper, boulevard Saint-Laurent, et rue Crescent, au centre-ville.

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +