Où (et comment) repérer des vedettes à Montréal

Thom Seivewright

Vous connaissez l’expression : À Rome, on fait comme les Romains. À Montréal, on se la joue cool. Prenez les célébrités, par exemple. Il serait très anti-montréalais de perdre ses moyens à la vue d’une star d'Hollywood. Ici, on demeure plutôt discret, allant même jusqu’à prétexter ne pas avoir vu la vedette!

Vous comprendrez que ce climat si détendu plait bien aux célébrités qui viennent à Montréal pour le travail ou le plaisir. Ils et elles apprécient qu’on les laisse tranquilles. Par ailleurs, Hollywood adore venir tourner à Montréal. Pas étonnant qu’on y croise les plus grandes stars!

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

Bien sûr, Montréal possède son lot de vedettes locales issues de la scène culturelle québécoise. Les personnalités de la télé, du cinéma et de la chanson sont nombreuses et ont bâti un star-système unique qui fait rouler l’industrie locale. Et les Montréalais les traitent avec le même respect qu’ils ont pour le gratin international. 

Si vous visitez la ville et que vous tombez sur une célébrité, rappelez-vous qu’à Montréal, on fait comme les Montréalais! Pour vous aider à adopter la bonne attitude, voici un petit guide vous indiquant quoi faire en cas de rencontre avec une grande vedette à Montréal.

Rencontre du (célèbre) type

Imaginez la scène : vous étiez à Montréal l’Halloween dernier, plus précisément dans le Village gai. Vous auriez pu croiser Lady Gaga, qui a été aperçue sur la rue Sainte-Catherine Est, déguisée en Édouard aux mains d’argent. Dans ce cas précis, la réaction appropriée aurait été de marcher simplement et de montrer votre petite patte de « Monster ». Tellement cool que ça fait peur. Vous êtes né ainsi.

Prenons un autre exemple : vous visitez les galeries d’art de la rue Sherbrooke Ouest. En sortant de l’une d’entre elles, vous tombez sur la vedette de Hunger Games, Jennifer Lawrence, qui aurait un pied-à-terre dans le voisinage. Lors d’une entrevue, à l’automne 2017, elle a affirmé : « J’aime Montréal. Il faut que j’aime Montréal, car c’est chez moi. J’aime les gens, ils sont si gentils. J’aime la gastronomie, si bonne. J’aime les restaurants. Les boîtes de strip-tease sont folles! » La meilleure chose à faire? La saluer poliment et lui dire : « Hey Jen! On se voit ce soir! »

Grand Prix : le jet-set roule à plein gaz

Si vous êtes en ville pendant le Grand Prix de Formule 1, sachez que vos chances de voir une célébrité sont décuplées. L’instant d’un week-end, les grands noms s’agglutinent à Montréal comme les usagers dans une voiture de métro japonais. Et ils et elles envahissent les bars et les restaurants de la ville. On peut également les apercevoir à l’extérieur des paddocks. Quelques exemples? Patrick Stewart, Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones sont des habitués de l’événement. Si vous avez la chance de participer à l’une des fêtes de la F1 (comme celle tenue chaque année au Ritz-Carlton), vous pourriez y voir, par exemple, Jerry Seinfield. Peu importe ce que vous lui dites, assurez-vous de débuter votre phrase par : « What’s the deal with… » Il adore. 

Attirer les stars par le ventre

Les véritables vedettes à Montréal se trouvent aux fourneaux. Normal, donc, que les vedettes internationales en visite en ville se tournent vers des restaurants renommés comme Joe Beef, où la star de Game of Thrones Kit Harrington a été aperçue en train de goûter aux plats des chefs vedettes David McMillan et Fred Morin. Lorsque Katy Perry et Neil Patrick Harris ont un petit creux, ils poussent la porte du Park afin de connaître ce que le réputé chef Antonio Park leur réserve. Johnny Depp et Bill Clinton, eux, craquent pour la cuisine romaine d’Emma Risa, du resto Da Emma, alors que Justin Bieber reste fidèle à ses origines et fait la file… chez Tim Hortons. La diva locale Céline Dion, copropriétaire du Schwartz’s, s’est déjà arrêtée à la célèbre institution de la Main et a payé la note de tous les clients présents. Dans ce cas, la seule chose à dire est : « Merci, Céline. »

Rencontres inopinées

Avec son atmosphère décontractée, Montréal inspire la spontanéité. Prenez la fois où Régine Chassagne et Win Butler (du super groupe local Arcade Fire) ont tenu un événement caritatif pour Haïti au Centre Phi et que la reine des reines, Madonna, a décidé d’y faire un saut. La chimie a fait son œuvre et la Madonne s’est rapidement retrouvée sur scène aux côtés de Win Butler (qui agissait ce soir-là sous son nom d’alter ego, DJ Windows 98) pour chanter et l’accompagner à la cloche à vache! Devant une telle improvisation, la meilleure chose à faire est de profiter du moment et de danser comme s’il n’y avait pas de lendemain. Le cadre intimiste du Centre Phi, un espace artistique multidisciplinaire, est parfait pour le statut informel mais sophistiqué de Montréal. Son ambiance artistico-techno est idéale pour des moments improvisés du genre. Que vous soyez connu ou non, il y a fort à parier que vous vous sentirez comme une star!

Thom Seivewright

Thom Seivewright, blogueur

Thom aime alimenter les clichés montréalais : il est fou de Leonard Cohen, il maîtrise parfaitement le franglais et il est accroc au sirop d’érable. Il adore jouer au touriste dans sa propre ville, mais lorsqu’il voyage, il fait tout pour se fondre dans la foule locale.