Théâtre : rentrée culturelle 2018 sur les planches

Laure Juilliard

Cet automne, les grands classiques côtoient les œuvres contemporaines et expérimentales sur la scène du théâtre montréalais. Rideau!

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Théâtre classique et contemporain

Pour sa saison 2018-2019, le Théâtre du Nouveau Monde met en scène les préoccupations de notre monde en réinterprétant les grands classiques. « Textes porteurs de repères », « quête identitaire nécessitant l’engagement collectif » et « prise de parole artistique affirmée », voilà de quoi il en retournera. Une programmation visionnaire qui vous fera découvrir ou redécouvrir Candide ou l’Optimisme, de Voltaire (du 11 septembre au 6 octobre) et Bilan, de Marcel Dubé (du 13 novembre au 8 décembre).

DUCEPPE présente des pièces qui abordent les idées et les enjeux de l’heure. Duceppe vous invite à découvrir une programmation contemporaine axée sur les créations québécoises et les œuvres anglo-saxonnes adaptées en français. La saison débutera avec la pièce Oslo, de J.T. Rogers (du 5 septembre au 13 octobre), suivie de Des souris et des hommes, de John Steinbeck (du 24 octobre au 1er décembre) et enfin de Consentement, de Nina Raine (du 12 décembre au 2 février).

Le Monument-National présente Le Mystère d’Irma Vep, de Charles Ludlam (du 24 octobre au 24 novembre), pièce gotico-ridiculo-kitsch qui vous transportera en 1840, quelque part dans les landes anglaises, derrière les murs du manoir de Mandacrest.

À l’ESPACE GO, temple du théâtre contemporain qui accorde une place prépondérante à la création féminine et à l’ouverture du dialogue, la compagnie met au programme Le reste vous le connaissez par le cinéma, réécriture par Martin Crimp de la pièce Les Phéniciennes d’Euripide (du 11 septembre au 6 octobre), Le désert Mauve, de Nicole Brossard et Simon Dumas (du 27 au 29 septembre), Le déclin de l’empire américain, en reprise, d’après le scénario de Denys Arcand (du 12 au 27 octobre), et le nouveau projet de théâtre documentaire de Porte Parole, L’assemblée, écrit par Alex Ivanovici, Annabel Soutar et Brett Watson (du 13 novembre au 2 décembre).

À sa deuxième saison au Théâtre de Quat’Sous, le directeur artistique Olivier Kemeid souhaite approfondir « notre lien avec le corps social ». La programmation automnale, qui s’articule autour des multiples sens du mot « pouvoir », s’amorcera avec Les barbelés, d’Annick Lefebvre (du 4 au 26 septembre). Suivront Chapitres de la chute, de Stefano Massini (du 16 octobre au 3 novembre) et Souveraines, de Rose-Maïté Erkoreka (du 20 novembre au 8 décembre).

Pour sa rentrée 2018, Théâtre La Licorne vous fait la promesse d’une relation vraie et directe. Autrement dit, « rien de fake ». La Licorne accueillera 12 spectacles en codiffusion, dont Chroniques d’un cœur vintage, d’Émilie Bibeau, mis en scène par Sophie Cadieux (du 4 au 22 septembre), L’Art de la chute, écrit par un collectif d’auteurs (du 11 au 29 septembre), Bonne retraite Jocelyne, de Fabien Cloutier (du 9 octobre au 10 novembre), Je suis mixte, de Mathieu Quesnel (du 1er au 26 octobre), Huff, de Cliff Cardinal (du 29 octobre au 3 novembre), Perplex(e), de Marius Von Mayenburg (du 12 novembre au 14 décembre), et Foirée Montréalaise, du Théâtre Urbi et Orbi, en codiffusion avec La Manufacture (du 4 au 21 décembre).

La saison 2018-2019 marque le 50e anniversaire du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Pour l’occasion, une programmation anniversaire soulignera le début des festivités avec Neuf [titre provisoire], de Mani Soleymanlou (du 25 septembre au 20 octobre), Okinum, d’Émilie Monnet (du 2 au 20 octobre), Centre d’achats, d’Emmanuelle Jimenez (du 13 novembre au 1er décembre), Nos ghettos, de J‑F Nadeau et Stéfan Boucher (du 13 novembre au 1er décembre), et La nuit du 4 au 5, de Rachel Graton (du 11 au 21 décembre).

Depuis plus de 50 ans, le Théâtre Denise-Pelletier propose dans ses deux salles de spectacle des pièces d’hier et d’aujourd’hui, d’ici et d’ailleurs. Inspirée des déchirements et des rapprochements qui touchent l’art et l’éducation, la saison prend son envol avec Je cherche une maison qui vous ressemble, de Marie-Christine Lê-Huu (du 11 au 29 septembre), puis continue avec Prouesses et épouvantables digestions du redouté Pantagruel, œuvre de Rabelais, que s’est approprié l’auteur Gabriel Plante (du 26 septembre au 20 octobre), La place rouge de Clara Prévost, qui trouve sa source au cœur de l’œuvre d’Anton Tchekhov (du 9 au 27 octobre), La Convivialité, d’Arnaud Hoedt et Jérôme Piron (du 30 octobre au 10 novembre), Bonjour, là, bonjour, de Michel Tremblay (du 7 novembre au 5 décembre), Temps zéro, de Marc-André Brunet (du 13 novembre au 1er décembre), et Avant l’archipel, d’Emily Pearlman (du 4 au 19 décembre).

Pour la 70e saison du Théâtre du Rideau Vert, la directrice artistique Denise Filiatrault consacre une place de choix aux femmes metteures en scène. Le programme automnal débutera avec Les fées ont soif, de Denise Boucher (du 25 septembre au 27 octobre), et se conclura avec 2018 revue et corrigée, la tradition théâtrale préférée du temps des Fêtes, que perpétueront l’équipe d’auteurs chargée de décrypter pour vous tous les événements marquants de 2018.

Théâtre expérimental

Pour sa saison 2017-2018, le Théâtre La Chapelle dévoile 23 projets multidisciplinaires et une série d’événements qui seront présentés parallèlement à sa programmation régulière. Le calendrier automnal s’amorcera avec Youngnesse, du collectif projets hybris, une réflexion sur l’énergie politique de la jeunesse née au lendemain du mouvement étudiant de 2012 (du 24 au 28 septembre). Gabriel Plante présentera ensuite une relecture du classique de Corneille Le Cid (du 10 au 19 octobre). À la fin de l’année, Christian Lapointe et le Collectif Quatorze18 feront de même avec le texte de Marcel Dubé Les Beaux Dimanches, interprété par onze nouveaux diplômés de l’École Nationale de Théâtre (du 8 au 15 décembre).

L’Usine C entamera sa saison 2018 avec Golgotha Picnic, une adaptation du texte de Rodrigo García par l’audacieuse Angela Konrad, chercheuse associée à l’Usine C (du 18 au 29 septembre).

Vitrine pour la dramaturgie étrangère et foyer de plusieurs générations de créateurs et d’interprètes, le Théâtre Prospero propose une programmation singulière qui donne « accès à d’autres visions du monde et réalités poétiques ». La saison commencera avec Écoutez nos défaites END, d’après le roman de Laurent Gaudé (du 10 au 22 septembre), puis se poursuivra avec Omi Mouna, de Mohsen El Gharbi (du 2 au 20 octobre), Le dire de Di, de Michel Ouellette (du 23 octobre au 3 novembre), et Platonov, amour, haine et angles morts, d’après Anton Tchekhov et adapté ici par Angela Konrad (du 20 novembre au 15 décembre).

Voyez aussi les programmations des petits théâtres tels le Théâtre Aux Écuries et l'Espace Libre. À découvrir également : les programmations en anglais ou bilingue du Théâtre Sainte-Catherine, du Centre Segal des arts de la scène, du Théâtre MainLine, du Geordie Theatre, du Théâtre Rialto, et du Théâtre Centaur. Pour ce qui est du théâtre pour enfants, La Maison Théâtre offre une programmation adaptée au jeune public.

Bonne rentrée théâtrale!

Laure Juilliard

Laure Juilliard, blogueuse

Laure est la fondatrice du blogue « Une Parisienne à Montréal ». Rédactrice et gestionnaire de communautés, Laure est aussi une globe-trotteuse épicurienne toujours en quête de concepts innovants et de bonnes adresses. Début 2016, elle a cofondé Slow Journeys, un webzine sur le tourisme écoresponsable et design.

Blogue / Facebook Instagram / Twitter / Linkedin

Pour consulter la liste de nos collaborateurs habituels, cliquez ici.