Rafael Payare rejoint l’OSM

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Le chef d’orchestre Rafael Payare, applaudi partout sur la planète, deviendra le nouveau directeur musical de l’Orchestre symphonique de Montréal au début de la saison 2022-2023.

Rafael Payare est présentement artiste en résidence de l’OSM et en sera le directeur musical désigné le 1er septembre, succédant à Maestro Kent Nagano, primé aux prix Grammy, qui a occupé ce poste de 2006 à 2020.

M. Payare deviendra le neuvième directeur musical de l’histoire de l’OSM, un des orchestres les plus réputés au monde, et le premier Sud-Américain à tenir ce rôle.

« J’ai dirigé l’OSM pour la première fois comme invité en septembre 2018 », se remémore l’homme dont la nomination a été entérinée à l’unanimité par le comité de sélection de l’organisation. « J’ai ressenti une forte connexion avec les musiciens dès la première répétition, comme si nous nous connaissions depuis très longtemps. J’ai compris que je vivais une expérience musicale très spéciale, puissante et magique. Le lien était fort; j’ai senti une confiance qui nous a permis de prendre des risques sur le plan musical et cela s’est amplifié au fur et à mesure des répétitions et concerts. »

Charismatique, flamboyant et jeune, Rafael Payare, 40 ans, est l’un des chefs d’orchestre les plus en demande de sa génération. Après avoir remporté la prestigieuse Malko International Competition for Young Conductors au Danemark, en 2012, il a été à la tête de l’Orchestre d’Ulster de 2014 à 2019 et dirige la San Diego Symphony depuis 2019. Le contrat entre le chef d’orchestre et l’OSM est d’une durée d’au moins cinq ans.

M. Payare a aussi dirigé plusieurs orchestres prestigieux de la planète, dont ceux de Berlin, de Vienne, de Londres, de Munich, de Chicago et de Paris.

« Je suis à la fois emballé par les nombreuses initiatives communautaires de l’OSM, entre les concerts gratuits dans les parcs et la Virée classique, et par le programme éducationnel rigoureux de l’orchestre, ajoute-t-il. Cette présence bien ancrée dans la communauté s’arrime parfaitement avec le rôle social qu’un orchestre symphonique peut – et doit – jouer à mon avis. » 

De fait, le pan communautaire semble être inscrit dans l’ADN du chef d’orchestre vénézuélien. « Je suis issu d’El Sistema, un programme éducatif musical lancé au Venezuela il y a plus de 45 ans par Maestro Jose Antonio Abreu dans le but de démontrer que la musique doit faire partie de l’éducation de toutes et tous, que c’est un droit et non un privilège, explique M. Payare. Je comprends ainsi l’importance capitale des initiatives communautaires afin de rendre la musique accessible au plus grand nombre, peu importe les classes sociales. »

Amoureux de musique mais aussi des langues, Rafael Payare apprend le français afin de communiquer plus facilement avec les résidents de la deuxième plus importante ville francophone de la planète. « Je ne parle pas encore le français aussi bien que je le voudrais, mais je travaille fort afin de m’imprégner de la beauté et de la subtilité de cette langue magnifique », dit celui qui est marié à la violoncelliste américaine Alisa Weilerstein depuis 2013. « En plus des cours intensifs que je suis, je peux compter sur une enseignante exigeante : ma fille, qui fréquente l’école française à San Diego. Même si elle n’a que quatre ans, elle évalue les progrès de son père avec sérieux, surtout en matière de prononciation! »

En tant qu’artiste en résidence de l’OSM, M. Payare est cet hiver à la tête de trois concerts : Rafael Payare dirige la Première symphonie de Brahms, diffusé gratuitement sur medici.tv jusqu’au 11 avril; Charles-Richard Hamelin et le Concerto no 24 de Mozart, webdiffusé jusqu’au 2 février; et la magistrale Symphonie no 7 de Dvořák, présentée le 2 février, qui sera accessible en ligne jusqu’au 16 février.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité
[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus