Quoi faire à Montréal du 18 au 24 mai

Isabelle Wolfmann

Cette semaine, Roméo et Juliette sont à l’opéra, Gérard Depardieu est à l’Olympia, les punks sont au Pouzza et les danseurs au Piknic Électronik ou à la convention de salsa.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

Libre

Il faudrait inventer un proverbe qui illustrerait le retour de la belle saison à Montréal. Il irait comme suit : boules accrochées dans le Village amène soleil et grand déballage. Oui ! quand les boules multicolores (autrefois roses) composent une joyeuse canopée au-dessus des terrasses du Village, il est temps de sortir sa garde-robe d’été (gardez quand même une petite laine, au cas où). Pour la 11e année consécutive, Aires Libres, rue Sainte-Catherine Est (entre la rue Saint-Hubert et l’avenue Papineau), donne le coup d’envoi des réjouissances printanières et estivales à Montréal (du 3 mai au 24 septembre).

Thumbnail

Vert

Passez aux Jardins Gamelin ! Du 17 mai au 30 septembre, cet espace public se fait petit coin de verdure en ville, avec potagers, activités culturelles et casse-croûte. Idéal pour lever le pied à midi ou à la sortie d’une réunion, ou pour prendre un verre entre copains à l’apéro (esplanade du métro Berri-UQAM, à l’intersection des rues Sainte-Catherine et Berri).

Au centre-ville, dans le Quartier des spectacles, on célèbre le retour du printemps avec des répliques d’arrière-cours montréalaises (où les locaux passent le plus clair de leur temps dès les premiers rayons de soleil). Installation ludique et colorée, Dans ma cour ! célèbre la passion que vouent les Montréalais à la vie au grand air après un hiver rigoureux (jusqu’au 27 mai).

Dansant

Pourquoi attendre la nuit pour danser ? Oui, pourquoi ne pas danser en plein jour et en plein air ? Activité phare de la belle saison, Piknic Électronik est un événement extérieur de musique électronique qui se déroule au parc Jean-Drapeau, sur une île du Saint-Laurent à cinq minutes du centre-ville. Un petit tour en métro (ligne jaune, station Jean-Drapeau), et hop ! on se déhanche et on se détend. Des DJ du monde entier y sont programmés. Programmation ici (du 20 mai au 30 septembre).

Les salseras y salseros se retrouvent, eux, au Hyatt Regency Montréal, un hôtel du Complexe Desjardins (Quartier des spectacles), où ils pourront comparer leurs jeux de bras et de pieds, voir des artistes du monde entier, prendre part à la compétition et participer à des ateliers à la Convention de Salsa de Montréal. ¡Vamos a bailar!
(du 17 au 21 mai)

Thumbnail

Techno

Le Printemps numérique est une éclosion annuelle d’activités servant de vitrine à l’art et à l’industrie numériques. Jusqu’au 21 juin, la cinquième édition de l’événement présente des expositions, des spectacles, des installations et des créations sur tout le territoire montréalais, et plus particulièrement au centre-ville. Sa programmation s’entrelace à celle d’autres événements d’importance, comme la conférence C2 Montréal. Il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges, et à foison.

Dépaysant

Depuis 23 ans, le Festival Accès Asie célèbre le patrimoine de tout un continent avec une foule de spectacles et d’activités présentés dans divers lieux de la ville. Les arts visuels, la danse, le théâtre, la vidéo, le cinéma, la musique, la littérature, les nouveaux médias et la gastronomie y sont représentés. Découvertes et dépaysement garantis, sans quitter la ville (du 1er au 27 mai).

Santé !

Le Concours du Meilleur Sommelier des Amériques a lieu du 21 au 24 mai à Montréal. À défaut de pouvoir goûter à tous les grands crus qui y seront servis, vous pouvez prendre part à la compétition, aux repas, aux réceptions et aux classes de maîtres qui y seront donnés. Elle est pas belle, la vie ? Amateurs de vin, je sais que vous frissonnez déjà d’émotion… On s’inscrit ici.

Thumbnail

Montréal tous azimuts

À lire en préambule : Leçon de géographie montréalaise.

Vue de haut Profitez d’un incroyable panorama sur la ville dans une cabine de la Grande roue de Montréal, la plus haute du Canada (60 mètres), à la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie.

Allumée Dans le Quartier des spectacles, faites la connaissance du Space Monkey dont la silhouette orne les façades des édifices environnants la nuit venue (jusqu’au 31 mai). Dans le Vieux-Montréal, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire (visites animées les vendredis et samedis, jusqu’au 15 septembre) et le spectacle multimédia AURA, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront aussi plein la vue. Et n’oubliez pas de jeter un œil émerveillé sur le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et de l’énergie de la ville.

Mur à mur L’art est partout à Montréal, même sur ses murs. Un circuit reliant les murales qui ornent ses façades vous en convaincra.

Aérée Balancez-vous tout en faisant de la musique grâce à l’installation ludique 21 balançoires, de retour pour une huitième année à l’arrière de la Place des Arts (jusqu’au 27 mai). Plaisir (gratuit) assuré. Allez vous promener au parc La Fontaine, au parc Jean-Drapeau, sur l’île Notre-Dame, au parc Maisonneuve ou sur le mont Royal. Les amis de la montagne peuvent vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole.

Nature Fermé pour rénovation, le Biodôme se refait une beauté, mais au Jardin botanique, à l’Insectarium et au Planétarium de l’Espace pour la vie, cela bourdonne d’activités ! Détails et horaires ici.

La sortie de la semaine : une escapade printanière avec repas champêtre dans un verger organisée par Passion Terre, spécialiste du tourisme durable, le 19 mai. Départ de la gare Lucien-L’Allier.

Sportive Les Montréalais aiment leurs équipes sportives (comme vous pourrez le lire dans Les sports professionnels à Montréal). Vous voulez vous essayer au tir à l’arc extrême, au soccer bulle ou au quidditch ? Voyez ici. Les sportifs de salon peuvent, quant à eux, jouer aux gérants d’estrade dans les meilleurs bars sportifs de Montréal.

Thumbnail

Gourmande Des camions de cuisine de rue sillonnent déjà les rues de Montréal. Où se trouvent ces popotes roulantes ? Voyez ici.

Pour faire vos emplettes, faites la tournée des marchés publics montréalais ou, au centre-ville, rendez-vous au Marché Artisans, l’épicerie fine de l’hôtel Fairmont Reine Elizabeth, où vous trouverez des délices et pourrez manger de bons petits plats au comptoir de votre choix.

Le Château Ramezay, musée et site historique du Vieux-Montréal, vous propose de prendre part au circuit Suivez le chef ! en compagnie du cuisinier du gouverneur de Ramezay… né au XVIIIe siècle ! Il vous entretiendra de l’évolution des goûts et des tendances culinaires depuis l’arrivée des Européens au pays. Quelques bouchées viendront agrémenter cet appétissant parcours, qui a lieu beau temps mauvais temps (jusqu’au 20 mai).

Pourquoi ne pas ouvrir une bouteille dans un restaurant « apportez votre vin », découvrir les nouveaux restos montréalais où casser la croûte, avaler une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat (cafés indépendants, salons de thé) ou trouver un coin douillet pour prendre l’apéro (siroter un cocktail, bars cachés, sorties nocturnes) ?

Et n’oubliez pas de goûter à notre poutine nationale, à notre smoked meat et à nos bagels ! Envie de cuisine traditionnelle ? Voyez ici. Dent sucrée ? C’est ici.

Marchande Lisez notre guide de magasinage du Montréal souterrain, Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici, Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal et Haut de gamme à prix doux. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais ? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est.

Le marché de la semaine : le Marché de mai, où acheter créations artisanales et semis printaniers.

Livresque Les librairies regorgent des succès de la littérature québécoise. Rats de bibliothèque, sachez que Montréal possède un vaste réseau de bibliothèques à la page.

En complément, lisez Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal.

Vous trouverez également une foule d’idées de choses à faire à l’intérieur ou au grand air dans Les activités gratuites à faire à Montréal ce printemps.

Musées et galeries

Passionnante exposition que D’Afrique aux Amériques : Picasso en face-à-face d’hier à aujourd’hui, qui « permet de raconter une histoire de la décolonisation du regard sur un siècle, celui de Picasso » en exposant en contrepoint aux œuvres de ce dernier des tableaux d’artistes contemporains africains ou d’ascendance africaine. En complément, une autre exposition, Nous sommes ici, d’ici : l’art contemporain des Noirs canadiens est aussi présentée (sa visite est incluse dans le prix d’entrée). À découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal (jusqu’au 16 septembre), où voir également Bon appétit ! Arts de la table au Québec aujourd’hui, Nadia Myre : Scattered Remains / Tout ce qui reste (jusqu’au 27 mai) et Mnémosyne : quand l’art contemporain rencontre l’art du passé (jusqu’au 5 août).

Architecture, littérature, médecine, art ou gastronomie, les apports des Juifs québécois à la métropole sont multiples. Au Musée McCord, Shalom Montréal : histoires et contributions des communautés juives rassemble témoignages, vidéos et photos servant à tisser la fibre culturelle et humaine de la ville (jusqu’au 11 novembre).

Transportez-vous en Égypte ancienne au musée Pointe-à-Callières, la cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, où l’exposition Reines d’Égypte est à l’affiche. Vous y ferez la connaissance de femmes aux destins exceptionnels en contemplant quelque 350 œuvres et objets (statues, fresques, sarcophages) présentés pour l’occasion. Oui, il y a une momie (jusqu’au 4 novembre) ! Sur place, voyez également les expositions permanentes du musée qui vous en apprendront un rayon sur les bâtisseurs et les dessous (littéralement) de la métropole. Allô, Montréal ! Les collections historiques de Bell remonte le fil de la téléphonie, dans une scénographie ludique et colorée (jusqu’au 6 janvier 2019).

Thumbnail

Consacrez le reste de la semaine aux autres grandes expos en ville : Les prophètes (jusqu’au 26 août) et C’est ainsi qu’entre la lumière (jusqu’au 18 août) au Musée d’art contemporain ; Porter son identité : la collection des Premiers Peuples, au Musée McCord ; Faire la classe (jusqu’au 26 août); et Culte du labo : une histoire non conformiste des rapports entre la science et l’architecture (jusqu’au 2 septembre), au Centre canadien d’architecture. Et voyez ce qui se trame dans les galeries : Centre Phi, DHC/ART, Arsenal, Never Apart, Fonderie Darling, Station 16, Galerie de l’UQAM, 1700 La poste et Belgo, notamment.

Si vous voulez momentanément échapper au brouhaha urbain, faites un tour au Musée de Lachine, rouvert pour la saison. À 10 km du centre-ville, en bordure du Saint-Laurent, sur un site patrimonial bucolique, on y expose une collection archéologique classée et de grandes sculptures dans un jardin (du 2 mai au 8 novembre).

À lire en complément : Le MBAM en 2018 et À voir au MAC en 2018.

Thumbnail

Théâtre

On donne du Pinter au Théâtre du Rideau Vert, dans Le Plateau-Mont-Royal, où Trahison est à l’affiche, dans une traduction de Maryse Warda et une mise en scène de Frédéric Blanchette. Dans l’intimité d’un triangle amoureux.

Le Théâtre du Nouveau Monde présente sa dernière pièce de la saison, Les chaises, d’Eugène Ionesco. Les deux grands comédiens québécois Monique Miller et Gilles Renaud défendent avec brio ce fleuron du théâtre de l’absurde (du 8 mai au 2 juin).

Également à l’affiche : La vie utile, d’Évelyne de la Chenelière, à l’Espace Go (jusqu’au 1er juin) ; Alpha et Oméga, une expérience participative pour laquelle on demande aux spectateurs de laisser téléphones et tablettes allumés, à l’Espace libre (jusqu’au 19 mai) ; Le bizarre incident du chien pendant la nuit, de Simon Stephens, au Théâtre Jean-Duceppe (jusqu’au 19 mai) ; et Le tigre bleu de l’Euphrate de Laurent Gaudé, au Théâtre de Quat’Sous (jusqu’au 26 mai). Pour trouver d’autres idées de sorties culturelles, consultez les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

À lire en complément : Le guide pratique des théâtres montréalais et Théâtre : quoi voir sur les planches en 2018.

Opéra

Depuis que ce bon William a mis en scène la profonde inimitié entre les Montaigu et les Capulet, nous savons que les histoires d’amour finissent mal… en général ! Gounod n’a pas réservé de destin plus enviable à ses protagonistes, même si les airs des premiers actes de Roméo et Juliette ne manquent pas de vivacité et de pétillant. Mais les deux tourtereaux courent à leur perte…

Dans le rôle de Juliette, la Québécoise Marie-Ève Munger fait des étincelles, et c’est Ismael Jordi qui, en Roméo Montaigu, unit son sort funeste à celui de la soprano lyrique originaire du Saguenay. Une tragédie en 5 actes d’une durée de 3 h (dont 2 entractes), à ne pas manquer à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts (les 19, 22, 24 et 26 mai).

Musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps !

Attention, bête de scène : l’immense Gérard Depardieu chante Barbara à l’Olympia de Montréal. Tout est dit. Réservez ! (les 23 et 24 mai).

Punkattitude : du 18 au 20 mai, c’est la huitième édition du Pouzza Fest. Le Pouzza 8 (un mot formé de la première syllabe de « poutine » et de la dernière de « pizza ») devrait brasser (en tout respect, les punks sont des gentils) son public captif, dehors (le QG est le parterre du Quartier des spectacles) et dedans (Foufounes électriques et Katacombes, entre autres). Têtes d’affiche ici.

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone sont à la Place des Arts, au Centre Bell, au MTELUS (Nathaniel Rateliff & The Night Sweats, le 19), au Club Soda (Coone, le 18; Carla’s Dream, le 19; TesseracT, le 23), à L’Astral, à L’Olympia (Depardieu chante Barbara, les 23 et 24 ; Vald, le 25), au Théâtre Corona (The Damn Truth, le 18; Shakey Graves, le 20; Satyricon, le 24) et au Théâtre Fairmount (Isaac Delusion DJ Set, le 19 ; Emmure, le 22).

Les groupes de musique indépendante donnent leur 100 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, aux légendaires Foufounes électriques et Quai des brumes, au Verre bouteille, au O Patro Vys (Ramon Chicharron, lancement d’album, le 24), au Ministère, au Centre Phi, au Petit Campus et au Café Campus (Kalmunity Vibe Collective, le 22), au National et à La Tulipe (Avec pas d’casque, le 24), au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle, au Ritz PDB et au Atomic Cafe, entre autres.

À lire en complément : La musique indépendante montréalaise.

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill (Paulo Ramos, le 18 ; Colin Hunter, le 19), au Dièse Onze (Susie Arioli, Florian Hoefner, le 19 ; Soul Therapy avec The Brooks et invités, le 23), au Resonance Café (Kevin Dean, Kate Wyatt, le 19) et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon (Les sixties au Balcon, le 18 ; Une soirée soul, motown et disco, le 19) ou le Casino de Montréal (Three’s Company, les 18, 19 et 20).

La nuit

Vous pouvez vous exprimer en vous époumonant dans les karaokés montréalais, puis danser jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGnNew City GasNewspeakCircus, StereoBarStereoBar DatchaLe Belmont, Club Electric Avenue, Salon DaoméUnityÉcole PrivéeLa VoûteRestaurant Soubois et Velvet Speakeasy.

Isabelle Wolfmann, rédactrice

Touche-à-tout curieuse, voyageuse et musicienne aimant le bon vin et les petits plats, Isabelle est rédactrice et traductrice pour des sites culturels, des maisons d’édition, des magazines de cuisine et de style de vie. Elle s’est fait, malgré l’hiver, un nid douillet à Montréal, où elle vit, à deux pas du pont Jacques-Cartier, avec son homme et son chat.