Quoi faire à Montréal du 16 au 22 mars

Isabelle Wolfmann

Cette semaine, on se sucre le bec dans le Vieux-Port et on sacre le printemps à la Place des Arts, on voit L’Idiot sur la scène du TNM, Santana au Centre Bell et Cœur de pirate… à l’église!

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

La première cabane à sucre en ville

À Montréal, on aime tellement les produits de l’érable que nous n’attendons pas que les arbres coulent : nous installons des cabanes à sucre en ville et nous allons nous sucrer le bec! Pour la septième édition du Chef à l’érable, dans le Vieux-Port, c’est le chef Hakim Chajar, du resto Miel, qui est aux fourneaux. Rillettes de maquereau et oreilles de porcelet; os à moelle et fèves aux lards; tarte Tatin aux bananes et pouding chômeur : son menu quatre services est une joyeuse (et copieuse) composition de tradition et de modernité. Petits appétits s’abstenir (du 16 mars au 15 avril).

Vous trouverez dans Le temps des sucres à Montréal d’autres adresses pour faire le plein en ville.

Thumbnail

L’hiver en prolongation

Cette année, l’hiver s’en donne à cœur joie. Certains s’en désolent, mais c’est tant mieux : les adeptes du patinage, des glissades, de la randonnée, du ski de fond et de la raquette, dont vous êtes sûrement, sont aux oiseaux avant le changement de saison! Les amis de la montagne peuvent aussi vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole, sur le mont Royal. Et une séance de yoga neige, ça vous dit? Sur votre tapis ou votre couverture, emmitouflé dans des vêtements chauds mais confortables, votre salutation au soleil matinale sera inoubliable (aux parcs La Fontaine et Laurier).

Vite, c’est la dernière fin de semaine pour glisser sur la patinoire Natrel du Vieux-Port! Vue spectaculaire en prime (jusqu’au 18 mars). Au Parc olympique, le Village d’hiver V propose un dispose d’un sentier réfrigéré et glacé où patiner sans bourse délier (jusqu’au 25 mars).

Thumbnail

Les effets positifs de la lumière

Dans le Vieux-Montréal, à la tombée de la nuit, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire et le spectacle multimédia Aura, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront plein la vue. Et n’oubliez pas de jeter un œil émerveillé sur le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et de l’énergie de la ville.

Thumbnail

Les activités pour les frileux

Patinez à la patinoire de l’Atrium le 1000, puis prenez de la hauteur et profitez d’un incroyable panorama sur la ville dans la Grande roue de Montréal (chauffée), la plus haute du Canada (60 mètres), à la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie. Au 44e étage de cette dernière, mettez-vous au yoga au sommet des mardis soirs. Le top!

Le Canadien de Montréal, notre équipe de hockey, est en ville et affrontera les Panthers de la Floride, le 19. Vous pouvez acheter des billets individuels sur le site de revente officiel de l’équipe, La voûte aux billets. C’est simple (et sécuritaire) et, croyez-nous sur parole, vous ne regrettez pas votre expérience dans les gradins remplis de partisans survoltés. La veille, à 14 h, pour 8,50 $ seulement, vous pouvez prendre part à un Face à face des célébrités. Ce match amical entre personnalités publiques promet quelques luttes mémorables et de gros fous rires.

Thumbnail

À l’Espace pour la vie, le complexe muséal qui abrite le Jardin botanique, le Biodôme, l’Insectarium et le Planétarium, cela bourdonne d’activités : des milliers de beautés ailées virevoltent dans la grande serre du Jardin botanique pour Papillons en liberté (jusqu’au 29 avril) et des spectacles pour les tout-petits (de 4 à 8 ans) et pour les plus grands (7 ans et plus) sont proposés au Planétarium. Détails et horaires ici.

 

Saviez-vous qu’à Montréal, on pouvait faire du lèche-vitrines sans mettre le nez dehors? Lisez notre guide de magasinage du Montréal souterrain, Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici et Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est. Enfin, rien ne vaut un bon livre, et les librairies en ville regorgent des succès de la littérature québécoise.

Thumbnail

Pourquoi ne pas réserver dans une des nouvelles tables montréalaises; ouvrir une bouteille dans un restaurant « apportez votre vin » ou découvrir les nouveaux restos montréalais où casser la croûte? Sinon, avalez une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat (cafés indépendants, salons de thé) ou trouvez un coin douillet pour prendre l’apéro (siroter un cocktail, bars cachés, sorties nocturnes). N’oubliez pas de goûter à notre poutine nationale!

En complément, lisez: Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal.

Vous trouverez également une foule d’idées de choses à faire à l’intérieur ou au grand air dans Les activités gratuites à faire à Montréal ce printemps.

Thumbnail

Les salons

À petites foulées, dirigez-vous vers le Palais de congrès où trouver chaussure à votre pied au Salon de la course à pied de Montréal (du 16 au 18).

Si vous n’avez pas de place dans vos bagages pour rapporter une armoire de cuisine, un tapis ou un panneau solaire, vous pouvez toujours trouver l’inspiration au Salon national de l’habitation, à la Place Bonaventure, qui se termine en fin de semaine (jusqu’au 18 mars).

Les expos

La 10e édition du festival Art souterrain transforme le réseau intérieur piétonnier en galerie d’art. Son parcours vous fera découvrir des œuvres d’artistes d’ici et d’ailleurs. Thème de cette année : Labor Improbus. Le travail, sous toutes ses coutures. Allez, au boulot! (Jusqu’au 25 mars.)

À lire en complément : Quand la ville souterraine devient galerie d’art.

« Napoléon est mort à Sainte-Hélène/ Son fils Léon lui a crevé l’bidon ». Quelle tragique destinée, quand même, pour celui dont la taille est inversement proportionnelle à la légende! Heureusement, le premier empereur des Français n’est pas seulement l’objet de comptines et de chansons (« C’est la faute à Napoléon, prétendait Annie Cordy) : le Musée des beaux-arts de Montréal lui consacre une superbe expo, Napoléon : art et vie de cour au palais impérial, qui fait « revivre l’ambiance de la cour de Napoléon depuis son couronnement, en 1804, jusqu’à son exil en 1815 ». Conçue par le musée montréalais, avec la participation du Château de Fontainebleau et le soutien du Mobilier national de France, elle documente la pompe, le faste et la vie quotidienne du souverain, avec force œuvres et objets d’art (jusqu’au 6 mai).

Thumbnail

Au Musée McCord, voyez Michel Campeau — Avant le numérique. La collection de clichés de l’artiste montréalais porte un regard ému et amusé sur la photo avant l’ère du numérique et donne à voir des portraits de famille et des scènes de la vie quotidienne qui ne laisseront personne indifférent (jusqu’au 6 mai).

Consacrez le reste de la semaine aux autres grandes expos en ville : A Crack in Everything / Une brèche en toute chose, en hommage à Leonard Cohen, au Musée d’art contemporain (jusqu’au 9 avril 2018); Le monde de l’art à Montréal, 1960-1980 et Porter son identité — La collection des Premiers Peuples, au Musée McCord, (jusqu’au 29 avril). Et voyez ce qui se trame dans les galeries : Centre Phi, DHC/ART, Arsenal, Never Apart, Fonderie Darling, Galerie de l’UQAM et Belgo, notamment.

À voir également, dans l’atrium de l’édifice Wilder, la 20e édition de Parlez-moi d’amour Montréal, une exposition-enchères dont tous les bénéfices sont remis aux Impatients, un organisme qui offre des ateliers de création aux personnes ayant des problèmes de santé mentale. Sur les murs, des œuvres de « vrais » artistes établis et de participants des ateliers, les dernières n’ayant parfois rien à envier aux premières. (Jusqu’au 28 mars). Catalogue de l’exposition ici.

Les spectacles de danse

Les Grands Ballets canadiens présentent Le sacre du printemps et L’Oiseau de feu, deux classiques du répertoire revisités par deux jeunes chorégraphes, Étienne Béchard et Bridget Breiner. Stravinski renflammé, à la Place des Arts (au Théâtre Maisonneuve, jusqu’au 24 mars). À la cinquième salle de cette dernière, voyez Le cri des méduses, d’Alan Lake (du 20 au 24).

À la Tohu, il reste trois représentations de Celui qui tombe, un « spectacle vertigineux qui oscille entre cirque et danse contemporaine, de Yohann Bourgeois (les 16 et 17).

Le théâtre

Cette semaine, L’Idiot, de Fiodor Dostoïevski, prend l’affiche au Théâtre du Nouveau Monde, dans une mise en scène de Catherine Vidal et avec une belle brochette d’acteurs québécois (Évelyne Brochu, Paul Ahmarani, Macha Limonchik…).

Toujours à l’affiche : Les Marguerites, de Stéphanie Jasmin, à l’Espace Go (jusqu’au 17 mars); Jean dit, d’Olivier Choinière, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (jusqu’au 17 mars); Dans la tête de Proust, à L’Espace libre (jusqu’au 17 mars); Le chemin des passes-dangereuses, de Michel Marc Bouchard, chez Duceppe (jusqu’au 24 mars); Hamster, de Marianne Dansereau, à La Licorne (jusqu’au 24 mars); La déesse des mouches à feu, de Geneviève Pettersen, au Théâtre de Quat’Sous (jusqu’au 30 mars).

Et pour trouver d’autres idées de sorties culturelles, consultez les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

La musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps!

Chaud devant! Carlos Santana est en ville au Centre Bell pour sa tournée Divination 2018 (le 21 mars). Cœur de pirate fait aussi une apparition… à l’église! Entourée du quatuor à cordes Molinari, l’artiste montréalaise se produira en toute intimité, à l’église Saint-Jean-Baptiste (le 16)

Jusqu’au 7 mai, les Francouvertes, concours et festival de musique tous azimuts visant à favoriser l’émergence des artistes de la relève, présentent une belle brochette de jeunes musiciens francophones. Voyez ici.

Les groupes de musique indépendante donnent leur 110 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, aux légendaires Foufounes électriques et Quai des brumes, au Verre bouteille, au Divan Orange, au O Patro Vys, au Petit Campus et au Café Campus, au National et à La Tulipe, au Centre Phi, au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle et au Bar Le Ritz PDB et au Café Atomic, entre autres.

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone se produisent à la Place des Arts au Centre Bell, au MTELUS, au Club Soda (Hommage aux Rolling Stones, le 17 ), à L’Astral, au Théâtre Corona (Atmosphere, le 17; Valy, le 18) et au Théâtre Fairmount (Beth Ditto, le 16).

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill (Paulo Ramos, le 16; Tevet Sela, le 17), au Dièse Onze (Alain Caron, les 17 et 18), au Café Résonance et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon ou le Casino de Montréal.

Exprimez-vous en vous époumonant dans les karaokés montréalais et dansez ensuite jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGn, New City Gas, Newspeak, Circus Afterhours, StereoBar, Stereo, Datcha, Le Belmont, Club Electric Avenue, Salon Daomé, Unity, École Privée, La Voûte, Soubois et Velvet.