Quoi faire à Montréal du 16 au 22 février

par Isabelle Wolfmann

Cette semaine, on se dit bonne année (du chien), on profite de l’hiver avant qu’il ne soit trop tard, on se magasine une canne à pêche, on rend hommage aux photographes amateurs et on retrouve avec bonheur la verve et les personnages hauts en couleur de Fred Pellerin.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

C’est 4716, bonne année du chien!

Selon le calendrier lunaire, le Nouvel An, c’est le 16 février. Toute la communauté asiatique montréalaise est en liesse : le faux argent coule à flots dans des enveloppes rouges, le grand ménage de la maison a été fait et on passera bientôt à table pour manger des délices de circonstance. Profitez-en pour faire un tour dans le quartier chinois, où des troupes de danseurs-acrobates se produiront sous une structure de dragon, une sympathique créature de bon augure. Tous nos vœux de douceurs et d’aventures, dans la proportion de votre choix, pour 4716 (dans le zodiaque chinois, le chien appelle à la prudence, mais nous vous souhaitons tout de même de faire quelques folies).

Thumbnail

La vie au grand air

Sentez-vous ce redoux, cette lumière qui se fait printanière? Vite! il reste peu de temps pour profiter de l’hiver! Patinage, glissades, randonnée, ski de fond ou raquette, donnez-vous-en à cœur joie, avant le changement de saison. Cela ne vous coûtera rien, si l’on juge par le grand nombre d’activités gratuites à faire cet hiver à Montréal. Les amis de la montagne peuvent aussi vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole, sur le mont Royal.

À la tombée de la nuit, dans le Vieux-Montréal, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire et le spectacle multimédia Aura, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront aussi plein la vue. Surtout, zieutez le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et des activités de la métropole.

Et une séance de yoga neige, ça vous dit? Sur votre tapis ou votre couverture, emmitouflé dans des vêtements chauds mais confortables, votre salutation au soleil matinale sera inoubliable (aux parcs La Fontaine et Laurier).

Dans le Vieux-Port, la patinoire Natrel fait le bonheur des amateurs de glisse et de nouba : la glace offrant la vue la plus spectaculaire sur Montréal est aussi un lieu de divertissement, avec ses mardis cardio sur glace, ses mercredis rythmes chauds, ses jeudis DJ et ses feux d’artifice du samedi. Au Parc olympique, le Village d’hiver V propose un tout nouveau sentier réfrigéré et glacé où patiner sans bourse délier.

En attendant le printemps

On se magasine une canne à pêche, du matériel de chasse ou de camping à la Place Bonaventure, au bien nommé Salon plein air, chasse pêche et camping (jusqu’au 18 février). Une horde d’exposants et de conférenciers vous y attendent. Horaires ici.

On patine à l’intérieur, à la patinoire de l’Atrium le 1000, puis on prend de la hauteur et on profite d’un incroyable panorama sur la ville dans la Grande roue de Montréal (chauffée), la plus haute du Canada (60 mètres), à la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie. Au 44e étage de cette dernière, on se met au yoga au sommet des mardis soirs. Le top! On joue en famille ou entre amis à La Galerie des jeux du Musée Stewart; on entreprend une tournée des lieux où rôtir au coin d’un feu de cheminée; on réserve dans une des nouvelles tables montréalaises; on sirote une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat (cafés indépendants, salons de thé); on trouve un coin douillet pour prendre l’apéro (siroter un cocktail, bars cachés, sorties nocturnes). Et, en complément, on lit : Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal.

Saviez-vous qu’à Montréal, on pouvait faire du lèche-vitrines sans mettre le nez dehors? Lisez notre guide de magasinage du Montréal souterrain, Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici et Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est. Enfin, rien ne vaut un bon livre, et les librairies en ville regorgent des succès de la littérature québécoise.

Sur la glace du Centre Bell, les joueurs du Canadien de Montréal sont plus habiles sur leurs patins que de simples quidams sur le pavé. Vous pouvez acheter des billets individuels sur le site de revente officiel de l’équipe, La voûte aux billets. C’est simple (et sécuritaire) et, croyez-nous sur parole, vous ne regrettez pas votre expérience dans les gradins remplis de partisans survoltés (emportez quand même une petite laine; malgré l’ambiance, le fond de l’air est frais).

Thumbnail

Pour trouver le soleil intérieur

En attendant les agapes du prochain grand festival culinaire montréalais (bientôt MONTRÉAL EN LUMIÈRE!), le temps des sucres et le retour des terrasses, faites un pied de nez à la morosité en savourant des cuisines exotiques. Mes suggestions de la semaine : une soupe vietnamienne dans le quartier chinois (le Pho Bang New York est un must, et c’est le Nouvel An); un korma indien dans Parc Extension (Malhi Sweets est un peu excentré mais vaut le détour, et une photo de Catherine Deneuve au resto est en vitrine, c’est vous dire si on y mange bien!); un bol hawaïen dans le Village (bruit de vagues garanti au Kamahameha). En dessert, un beignet à la crème que vous n’êtes pas près d’oublier, chez Arte & Farina, non loin de là. Voilà. Vous vous serez régalé, et, en prime, vous aurez visité plusieurs quartiers montréalais.

Thumbnail

Un héritage immense à célébrer

Février est le Mois de l’histoire des Noirs et cette commémoration de l’apport historique de la communauté noire à la société québécoise est toujours l’occasion, à Montréal, d’événements passionnants. Pour l’occasion, on rend hommage au défunt Prince à l’Espace culturel Georges-Émile-Lapalme de la Place des Arts. L’exposition multidisciplinaire Sa Majesté pourpre y est à l’affiche jusqu’au 3 mars (entrée gratuite). Gourmands, sachez qu’un atelier de cuisine créole est offert dans un resto du Plateau (le 17 février, de 14 h 30 à 16 h). Calendrier d’activités (fourni) ici.

Thumbnail

Musées et galeries

Au Musée McCord, une passionnante expo intitulée Michel Campeau — Avant le numérique, prend l’affiche cette semaine. La collection de clichés de l’artiste montréalais porte un regard ému et amusé sur la photo avant l’ère du numérique et donne à voir des portraits de famille et des scènes de la vie quotidienne qui ne laisseront personne indifférent.

« Napoléon est mort à Sainte-Hélène/ Son fils Léon lui a crevé l’bidon ». Quelle tragique destinée, quand même, pour celui dont la taille est inversement proportionnelle à la légende! Heureusement, le premier empereur des Français n’est pas seulement l’objet de comptines et de chansons (« C’est la faute à Napoléon, prétendait Annie Cordy) : le Musée des beaux-arts de Montréal lui consacre une superbe expo, Napoléon : art et vie de cour au palais impérial, qui fait « revivre l’ambiance de la cour de Napoléon depuis son couronnement, en 1804, jusqu’à son exil en 1815 ». Conçue par le musée montréalais, avec la participation du Château de Fontainebleau et le soutien du Mobilier national de France, elle documente la pompe, le faste et la vie quotidienne du souverain, avec force œuvres et objets d’art.

Consacrez le reste de la semaine aux autres grandes expos en ville : A Crack in Everything / Une brèche en toute chose, en hommage à Leonard Cohen, au Musée d’art contemporain (jusqu’au 9 avril 2018); Passion : hockey, à Pointe-à-Callière (jusqu’au 11 mars); Le monde de l’art à Montréal, 1960-1980 et Porter son identité — La collection des Premiers Peuples, au Musée McCord, (jusqu’au 29 avril). Et voyez ce qui se trame dans les galeries : Centre Phi, DHC/ART, Arsenal, Never Apart, Fonderie Darling, Galerie de l’UQAM et Belgo, notamment.

Sur les planches

Fred Pellerin, le conteur québécois à la langue colorée et bien pendue est la Place des Arts pour y donner son sixième spectacle, Le village en trois dés. Courez-y, c’est un ordre! (jusqu’au 18 février; et des dates de représentation en mars).

Chez Duceppe, Le chemin des passes-dangereuses, du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, a pris l’affiche. Une émouvante « tragédie routière » à voir ou à revoir, qui met en évidence la difficulté des hommes à communiquer.

L’Homme éléphant, de Bernard Pomerance, au Théâtre du Rideau Vert; La Meute, de Catherine-Anne Toupin, à La Licorne (jusqu’au 17 février); The Baklawa Recipe (en anglais), au Théâtre Centaur (jusqu’au 18 février); et Hurlevents, l’adaptation libre du roman d’Emily Brontë par Fanny Britt, au Théâtre Denise-Pelletier (jusqu’au 24 février), sont toujours à l’affiche.

Et pour trouver d’autres idées de sorties culturelles, consultez les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

En avant la musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps!

Les groupes de musique indépendante donnent leur 110 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, aux légendaires Foufounes électriques et Quai des brumes, au Verre bouteille, au Divan Orange, au O Patro Vys, au Petit Campus et au Café Campus, au National et à La Tulipe, au Centre Phi, au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle et au Bar Le Ritz PDB et au Café Atomic, entre autres.

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone se produisent à la Place des Arts (Noel Gallagher’s High Flying Birds, le 18), au Centre Bell, au MTELUS (Celebrating David Bowie, le 17; Tyler The Creator, le 18) au Club Soda (Vieux Farka Touré, le 22), à L’Astral, au Théâtre Corona et au Théâtre Fairmount (Mr Carmack, le 20).

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill, au Dièse Onze, au Café Résonance et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon ou le Casino de Montréal.

Exprimez-vous en vous époumonant dans les karaokés montréalais et dansez ensuite jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGn, New City Gas, Newspeak, Circus Afterhours, StereoBar, Stereo, Datcha, Le Belmont, Club Electric Avenue, Salon Daomé, Unity, École Privée, La Voûte, Soubois et Velvet.

Isabelle Wolfmann, rédactrice

Touche-à-tout curieuse, voyageuse et musicienne aimant le bon vin et les petits plats, Isabelle est rédactrice et traductrice pour des sites culturels, des maisons d’édition, des magazines de cuisine et de style de vie. Elle s’est fait, malgré l’hiver, un nid douillet à Montréal, où elle vit, à deux pas du pont Jacques-Cartier, avec son homme et son chat.