Le légendaire dôme de Saint-Joseph sur le mont Royal

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Laissez-vous porter par l’histoire tout en profitant des plus beaux couchers de soleil de la ville en visitant le majestueux oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, plus haut point à Montréal et plus grand lieu dédié à saint Joseph dans le monde.

Saint Joseph’s iconic dome atop Mount Royal

L’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, un lieu historique national du Canada et l’une des plus belles basiliques catholiques du monde, accueille chaque année plus de deux millions de pèlerins et de visiteurs d’un peu partout dans le monde.

Une année spéciale dédiée à Saint Joseph

En 1870, saint Joseph a été nommé saint patron de l’Église universelle par le pape Pie IX. Pour marquer ce 150e anniversaire, le 8 décembre 2020, le pape François a dédié la prochaine année à saint Joseph (jusqu’au 8 décembre 2021). Plusieurs événements spéciaux sont prévus à l’oratoire cette année pour marquer le coup.

Saint André de Montréal

Simplement connu à Montréal comme le frère André, saint André de Montréal a lancé la construction de l’oratoire en 1924 en l’honneur de saint Jospeh, père corporel de Jésus. Saint André (1845-1937) n’a toutefois pas vu de son vivant l’œuvre achevée en 1967.

L’extérieur de la basilique a été conçu selon les lignes de la Renaissance italienne. Sa colonnade présente des piliers de style corinthien et son dôme est l’un des plus imposants de la planète.

Comme l’a indiqué le magazine Time, «l’oratoire Saint-Joseph ressemble à l’idée que se fait Cecil B. DeMille d’une cathédrale. Niché sur le mont Royal, la plus haute colline de la ville, l’oratoire est plus grand que Notre-Dame et son dôme est à peine plus petit que celui de Saint-Pierre.»

Depuis la rue, le public peut atteindre le bâtiment grâce à deux escaliers parallèles de 283 marches qui encadrent 99 marches de bois réservées aux pèlerins qui souhaitent monter à genoux.

Au cœur de l’histoire

Reconnu pour ses miracles, saint André aurait à sa feuille de route des milliers de guérisons miraculeuses. Sa dépouille repose à l’intérieur de l’oratoire. En 1978, il a été nommé «vénérable» (quand le Vatican reconnaît à une personne deux miracles de façon posthume). Il a été béatifié en 1982 et canonisé en 2010

En mars 1973, lors d’un événement qui a marqué les esprits, un ou plusieurs voleurs ont dérobé le cœur de saint André qui était gardé à l’intérieur de la basilique pour protéger les lieux. Dans le magazine Time, on pouvait lire : «Les voleurs ont brisé trois loquets pour ouvrir une porte d’acier et une grille de métal, puis ont détaché l’urne de son réceptacle de marbre – tout ça sans alerter la sécurité. Un journal local a reçu une demande de rançon de 50000$.»

Après avoir cueilli des informations d’une source anonyme, la police a retrouvé le cœur de saint André (la relique la plus précieuse de l’oratoire) dans un sous-sol de Montréal, en décembre 1974. Il a repris le chemin de l’oratoire.

Le jardin du Chemin de croix

Un des secrets les mieux gardés de Montréal est le très calme et luxuriant jardin du Chemin de croix, dessiné par l’architecte paysagiste canadien Frederick G. Todd. Les sculptures ont quant à elles été conçues par Louis Parent, dont le chemin de croix compte 14 des stations traditionnelles. L’artiste a aussi ajouté un monument de marbre dépeignant la résurrection du Christ et un miroir d’eau au bassin de la rédemption.

Le jardin de l’oratoire est une oasis sur le flanc nord du mont Royal, en plein cœur de la ville. L’oratoire, avec son musée et sa boutique de souvenirs, est aussi le plus haut point à Montréal et le théâtre de plusieurs spectaculaires couchers de soleil sur l’île.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité