La Journée nationale des peuples autochtones

Daniel J. Rowe

Cet article a été mis à jour le 12 juillet 2019.

C’est au square Cabot que sera donné le coup d’envoi de cet événement qui présente le meilleur de la culture, de la musique, des arts et de la gastronomie autochtones ce mois-ci à Montréal.

Le 21 juin marque la Journée nationale des peuples autochtones et, si vous êtes dans les environs du square Cabot, entre l’avenue Atwater et la rue Sainte-Catherine, laissez-vous guider par le son de la guitare de Corey Diabo, du groupe Jonas and the Massive Attraction. Sa mission? Faire résonner ses notes rock dans ce lieu en pleine revitalisation urbaine pour mieux encore accueillir de tels rassemblements, qui témoignent de l’effervescence culturelle autochtone à Montréal.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

La journée sera marquée par des performances de Buffalo Hat Singers, de Nina Segalowitz, de Moe Clark et du danseur de cerceaux (et champion du monde!) Moontee Sinquah, accompagné de la Sinquah Family Dance Troupe. Les spectacles commencent à 15 h et seront filmés par HITLAB, qui produira ultérieurement un documentaire.

Un événement qui se prolongera tout l’été, grâce au lancement des Vendredis autochtones, qui se dérouleront dans le square à compter du 29 juin. Au programme : des ateliers de réalisation de capteurs de rêves, des démonstrations de sculpture de stéatite, des concerts et une foule d’autres activités, jusqu’au 16 août, date à laquelle un concert soulignera la fin de la saison.

De l’authentique cuisine autochtone

Si l’on trouve peu de plats typiquement autochtones dans les restaurants montréalais, des changements sont au menu. Le Café de la Maison ronde, au square Cabot, est fier d’être le seul café autochtone de la métropole. Depuis 2015, il est le rendez-vous des amateurs de tacos autochtones, de hamburgers au saumon, de bannique – ce pain traditionnel autochtone – et de café du torréfacteur de Kanesatake Moccasin Jo.

Si vous êtes prêts à prendre la route, il est possible de goûter d’autres plats typiquement autochtones en vous rendant à Kahnawake, située de l’autre côté du pont Mercier, où vous pourrez savourer des tacos autochtones dans plusieurs restaurants, parmi lesquels Messy Kitchen Catering et The Rail Coal Fire Bistro.

Au Purple Dragonfly Trading Post, ouvert tout récemment, on va un peu plus loin en offrant une variété de plats autochtones généralement réservés aux pow-wow, ces rassemblements festifs au cours desquels se déroulent des activités culturelles et traditionnelles. La petite boutique propose également une grande variété de thés, des articles artisanaux, des pépites de poisson, de la bannique, du pâté chinois au gibier et un vaste choix de sandwiches roulés et de tacos cuits à la façon Mohawk. Les clients sont invités à appeler la boutique pour passer leur commande.

La chef mi'kmaq Norma Condo vient d’ouvrir l’unique restaurant entièrement autochtone sur l’île de Montréal, le Miqmak Catering Indigenous Kitchen. À déguster : son riz sauvage, le ragoût des trois sœurs (maïs, haricots et courge) et la banique signature de la chef. Diplômée de la Pearson School of Culinary Arts, cette veuve et mère de cinq enfants dirigeait une entreprise de traiteur depuis novembre 2018 avant d’ouvrir sa cuisine à la fin juin. Situé dans l’Ouest-de-l’Île, le restaurant désire offrir plus de gibier dans les mois à venir et élargir son menu.

Daniel J. Rowe

Daniel J. Rowe, journaliste

De sa côte ouest natale, Daniel J. Rowe a atterri à Montréal après un intermède au Japon. Il s’est notamment distingué par son travail de journaliste et de photographe dans la communauté Kanien’kehá:ka (mohawk) de Kahnawà:ke, au Québec. Fou de culture et maniaque de sport dans le pire sens du terme, c’est aussi un amateur d’alcool et une fine fourchette qui ne dédaigne toutefois pas de manger un hot dog lorsque la tentation se fait trop forte. Roulant à tombeau ouvert sur son vélo, il se fera un devoir de vous reprendre si vous utilisez incorrectement un terme.

Consultez la liste de nos collaborateurs habituels.