Les expositions à ne pas manquer à l’hiver et au printemps 2019

Le couturier Thierry Mugler, le peintre cri Kent Monkman, l’artiste américain Alexander Calder et le vidéaste allemand Julian Rosefeldt, dont le Manifesto met en vedette Cate Blanchett, sont au nombre des créateurs qui seront à l’affiche des expositions à ne pas manquer à l’hiver et au printemps de 2019.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Une passerelle pour le musée

Pour faire suite aux expositions consacrées à Yves Saint Laurent et à Jean Paul Gaultier, qui ont toutes deux connu un franc succès, le Musée des beaux-arts de Montréal poursuit son incursion dans l’univers fascinant de la mode avec une toute première rétrospective Thierry Mugler, le célèbre couturier français et l’habilleur de stars telles que Diana Ross, David Bowie, Lady Gaga et Liza Minnelli, sans oublier les icônes québécoises que sont Céline Dion et Diane Dufresne.

Thierry Mugler : Couturissime, qui prendra l’affiche, en première mondiale, le 2 mars 2019, réunira 130 tenues créées entre 1973 et 2001 ainsi que des documents d’archives inédits et des clichés de photographes de mode réputés. Exploration de l’univers de Mugler, couturier visionnaire, metteur en scène, photographe et parfumeur, l’exposition expliquera les choix audacieux de l’artiste, l’usage, entre autres, de matériaux inusités dans ses créations tels le métal, la fausse fourrure, le vinyle et le latex.

« Depuis toujours, je suis fasciné par le plus bel animal sur terre, l’être humain. J’ai utilisé tous les outils qui étaient à ma disposition pour le sublimer, la mode, la mise en scène de spectacles, les parfums, la photographie, la vidéo […] », commente Thierry Mugler à ce sujet.

Cette exposition très attendue sera présentée du 2 mars au 8 septembre 2019.

Un inventeur radical

Au Musée des beaux-arts de Montréal, Alexander Calder - Un inventeur radical est la première grande rétrospective canadienne consacrée à l’artiste américain Alexander Calder, particulièrement aimé à Montréal, où sa sculpture monumentale Trois disques — créée à l’occasion d’Expo 67 et plus connue sous le nom Homme de Calder — est une œuvre emblématique.

L’exposition donne à voir une centaine d’œuvres de l’artiste, enfant prodige qui, dans les années 1920, a créé son propre langage en fréquentant les cercles influents de l’époque, côtoyant, à Paris, la crème des artistes et intellectuels de l’avant-garde, Cocteau, Miró et Le Corbusier, notamment. En introduisant une quatrième dimension à la sculpture — le temps —, Calder a changé la façon dont les objets animent l’espace, plus particulièrement avec les mobiles, dont il est l’inventeur.

Alexander Calder - Un inventeur radical est à l’affiche jusqu’au 24 février 2019.

Les photos d’un collectionneur passionné

États d’âmes, esprit des lieux présente une centaine de clichés d’artistes canadiens et étrangers appartenant à la vaste collection de photos du Montréalais Jack Lazare. Edward Burtynski, Astrid Kruse Jensen, Isaac Julien et l’avant-gardiste Julia Margaret Cameron sont au nombre des photographes de l’exposition.

États d’âmes, esprit des lieux est à l’affiche au Musée des beaux-arts de Montréal jusqu’au 28 avril 2019.

Thumbnail

Le retour de Kent Monkman

Au Musée McCord, l’art des Premières Nations est mis en lumière en 2019, avec une exposition consacrée à Kent Monkman, une à Hannah Claus et une autre à l’art haïda.

Kent Monkman, Honte et préjugés : une histoire de résilience marque le retour de l’artiste cri réputé Kent Monkman au Musée McCord, où il a été artiste en résidence en 2013.

« Mon identité gay est généralement au centre de mon travail ; je ne cherche jamais à m’en cacher », m’avait confié l’artiste à l’époque. C’est encore vrai de cette nouvelle exposition mettant en scène Miss Chief Eagle Testickle, son alter ego spirituel, témoin silencieux des moments clés de l’histoire des Premières Nations. La peinture de Monkman illustre les effets dévastateurs du colonialisme sur les peuples autochtones canadiens.

Kent Monkman, Honte et préjugés : une histoire de résilience sera à l’affiche du Musée McCord du 8 février au 5 mai 2019.

Artiste multidisciplinaire d’origine kanien’kehá:ka (mohawk), Hannah Claus est l’actuelle artiste en résidence au Musée McCord. Ses œuvres y seront présentées du 7 mars au 11 août 2019.

Par ailleurs, une exposition sur l’art haïda, à l’affiche du 19 avril au 27 octobre 2019, présentera des objets rares issus des collections du musée.

Manifestes

Les manifestes sont à l’honneur au Musée d’art contemporain (ou MAC, pour les intimes), où voir Manifesto, de Julian Rosefeldt, une surprenante installation de treize canaux, dans laquelle l’actrice Cate Blanchett campe treize rôles, qui rend hommage à la tradition et à la beauté littéraire des manifestes d’artistes. Manifesto a été installée une bonne dizaine de fois dans le monde entier. Sa présentation à Montréal n’est que la deuxième en Amérique du Nord, après celle du Park Avenue Armory Hall, à New York.

Une rétrospective est également consacrée à la formidable artiste québécoise Françoise Sullivan, cosignataire du manifeste Refus global. Partitions, une exposition documentaire donnant à voir des originaux de manifestes historiques, complète la thématique.

Ces trois expositions sont présentées au MAC du 20 octobre 2018 au 20 janvier 2019. Le MAC sera ensuite fermé pour rénovation.

De Paris à Montréal

Pointe-à-Callières, la cité d’archéologie et d’histoire de Montréal, est le plus important musée d’archéologie au Canada. Il se situe dans le Vieux-Montréal, à l’endroit même où la ville a été fondée, en 1642. Outre ses expositions permanentes multimédia, Pointe-à-Callière propose une nouvelle exposition sur ses racines culinaires intitulée À Table ! Le repas français se raconte, qui documentera l’histoire et les secrets de la gastronomie française et de l’étiquette, à la table des monarques comme chez les artisans.

À Table ! Le repas français se raconte prendra l’affiche le 17 mai 2019 et sera présentée jusqu’au mois d’octobre.

Au Musée Stewart, on peut visiter Paris sans quitter Montréal, grâce à Paris en vitrine - Les boutiques au 18e siècle, une exposition reconstituant des boutiques de la Ville Lumière du XVIIIe siècle dans trois de ses quartiers historiques, la Cité, la Ville et l’Université. Quelque 300 artéfacts issus de la collection permanente du musée recréent ces échoppes parisiennes et évoquent les marchands d’une société de consommation en devenir. Jusqu’au 24 mars 2019.

Paris en vitrine - Les boutiques au 18e siècle est présentée jusqu’au 24 mars 2019.

Du cinéma à l’architecture

Le Centre canadien d’architecture n’est pas seulement un joyau architectural au cœur de la ville, c’est aussi un musée de renommée mondiale et « une institution de recherche internationale qui repose sur l’idée que l’architecture est d’intérêt public ».

L’exposition du CCA Récits pour un monde nouveau : scénarimages par Alessandro Poli explore comment les divers éléments d’un film — l’image, le scénarimage, le scénario et le son — ont créé un nouveau langage architectural dans l’œuvre d’Alessandro Poli, un architecte, designer et artiste italien, membre du Superstudio de 1970 à 1972.

Sa présentation est prolongée jusqu’au 26 mai 2019.

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +

Pour consulter la liste de nos collaborateurs habituels, cliquez ici.