Musées montréalais : les expositions du printemps

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Ce printemps 2021, les musées montréalais proposent de nombreuses expositions à ne pas manquer, dont une consacrée au peintre Jean Paul Riopelle et une autre au couturier Christian Dior.

Note : En raison des directives de santé publique actuelles, certains commerces et certaines attractions peuvent être temporairement fermés ou avoir des heures d’ouverture ou services réduits. Nous vous recommandons d’appeler ou de visiter leur site Internet afin d'obtenir l’information la plus à jour. Pour plus de renseignements sur la situation actuelle à Montréal, cliquez ici.

Des mesures de sécurité dans tous les musées montréalais

Le port du masque ou d’un couvre-visage à l’intérieur est obligatoire et de nombreuses mesures ont été prises dans tous les musées, afin d’assurer la sécurité des visiteurs et des employés. Les mesures de sécurité et les directives prises par les musées sont indiquées sur le site web de ces derniers.

Riopelle au MBAM

Au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), l’exposition Riopelle : à la rencontre des territoires nordiques et des cultures autochtones a été prolongée jusqu’au 12 septembre. Elle comprend 175 œuvres et 200 documents et artéfacts illustrant la fascination qu’exerçait la nordicité canadienne sur le peintre québécois. Elle jette un nouvel éclairage sur la production de l’artiste des années 1950 aux années 1970, en évoquant les voyages et les influences qui ont nourri son intérêt pour les territoires nordiques et les communautés autochtones. En mettant en lumière les thèmes et motifs autochtones utilisés par l’artiste, elle pose enfin la question de l’appropriation culturelle et de son évolution au cours des dernières années.

Également à l’affiche du MBAM ce printemps, trois expositions s’intéressant à des sujets de société dans l’œuvre d’artistes contemporains.

Écologies : ode à notre planète explore la relation entre l’humain et la nature et les perturbations des écosystèmes en raison de l’intervention humaine (jusqu’au 27 février 2022).

En avril seront inaugurées deux expositions monographiques consacrées à des artistes contemporains montréalais, Yann Pocreau, qui s’est intéressé à la cosmologie pour ses récentes explorations photographiques (du 10 avril au 1er août), et Caroline Monnet, dont l’œuvre évoque avec une grande sensibilité les conditions de vie précaires des communautés autochtones canadiennes (du 21 avril au 1er août).

GRAFIK ! Cinq siècles d’arts graphiques allemands et autrichiens est toujours présentée. L’exposition qui connaît un franc succès réunit plus de 80 œuvres graphiques issues de la collection du MBAM et des collections publiques et privées canadiennes (jusqu’au 2 mai).

La boutique de l’exposition Riopelle ainsi que la boutique-librairie du musée sont ouvertes. Les services suivants ne sont néanmoins pas offerts en ce moment : le vestiaire ; la location d’audioguides sur place ; le restaurant et le café ; les ateliers ; les visites guidées ; et les activités éducatives.

Les visiteurs doivent obligatoirement acheter leur billet en ligne au préalable et choisir le jour et l’heure de leur visite, afin de contrôler l’affluence au musée. Cette nouvelle règle assure une visite sécuritaire et plus intime des expositions.

De nombreuses mesures ont été prises par le MBAM afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés.

Benvenuto a Montréal !

À Pointe-à-Callière, l’exposition Montréal à l’italienne explore le riche héritage de la communauté italienne locale, de la fin du XIXe siècle à nos jours. Les quelque 325 objets, apportés d’Italie ou faits ici, prêtés par 46 individus et familles italo-montréalaises qui y sont présentés témoignent du quotidien des centaines de milliers immigrants d’origine italienne et de l’influence de la plus vieille et plus vaste communauté culturelle de la métropole.

Pensée durant la pandémie de COVID-19, cette exposition est conçue pour respecter toutes les mesures actuelles de distanciation physique. Elle est présentée jusqu’au 9 janvier 2022.

Train, transporteur de rêves est toujours à l’affiche (jusqu’au 6 septembre). L’exposition s’intéresse au monde des petits trains et des maquettes, et une rare voiture DeLorean, comme celle que l’on voit dans le film Retour vers le futur, y est présentée.

Complètement repensée, l’exposition permanente À l’abordage ! Pirates ou corsaires ? fera le bonheur des familles.

Le musée invite les visiteurs à acheter préalablement leur billet en ligne. De nombreuses mesures ont été prises par Pointe-à-Callière afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés.

L’âge d’or de la haute couture

L’exposition phare du Musée McCord consacré à Christian Dior est prolongée jusqu’au 2 mai. Elle réunit plus de 50 tenues spectaculaires de la légendaire maison couvrant la période allant de 1947 à 1957 qui illustrent le génie du couturier derrière ces créations qui ont relancé le secteur de la haute couture parisienne après la Deuxième Guerre mondiale. Certains modèles proviennent du vaste fonds Dior du Musée royal de l’Ontario, d’autres de la collection Costumes, mode et textiles du Musée McCord et d’autres, enfin, ont été prêtés par Dior Héritage.

Meryl McMaster, l’artiste en résidence au Musée McCord, présente une nouvelle exposition de photographies grand format, d’objets sculpturaux et de vidéos intitulée Il fut un chant (du 2 avril au 15 août). Chapleau – Profession : caricaturiste, consacré au célèbre caricaturiste québécois Serge Chapleau, est toujours à l’affiche (jusqu’au 9 janvier 2022) et réunit 150 caricatures, esquisses et illustrations originales. 

De nombreuses mesures ont été prises par le Musée McCord afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés. Les billets doivent être achetés en ligne au préalable.

OASIS immersion

 

OASIS immersion est une série d’expositions temporaires immersives présentées dans 2000 m2 au rez-de-chaussée du Palais des congrès s’inspirant des individus, des lieux et des courants qui façonnent notre monde.

La première exposition, Inspirations, illuminée de 105 projecteurs au laser et sonorisée par un système audio ambiophonique transporte les visiteurs dans les univers de la pianiste et compositrice Alexandra Stréliski, le vidéaste Émile Roy et l’architecte visionnaire Zaha Hadid, entre autres. Les visiteurs peuvent également revivre le périple de l’astronaute canadien David Saint-Jacques durant la mission Expédition 58/59 à la Station spatiale internationale.

Prévoyez 75 minutes pour la visite d’OASIS immersion. Des départs sont prévus toutes les 20 minutes. Nous vous recommandons vivement d’arriver 10 minutes avant l’heure de la visite, comme cela est indiqué sur le billet.

De nombreuses ont été prise par OASIS immersion afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés. Les billets à heure fixe doivent obligatoirement être achetés au préalable sur le site d’OASIS immersion ou de TicketPro.

Des artistes québécois au MAC

Au Musée d’art contemporain, La machine qui enseignait des airs aux oiseaux, à l’affiche jusqu’au 25 avril, rassemble 34 artistes de Montréal et des environs qui n’ont pas (ou ont peu) été exposés au MAC. L’exposition s’est construite à la suite de quelque 80 visites dans les ateliers d’artistes d’ici. Le résultat est une présentation qui innove et reflète l’époque tumultueuse dans laquelle nous vivons.

L’installation vidéo à trois canaux de l’artiste britannique de renommée internationale John Akomfrah, Vertigo Sea, restera au musée jusqu’au 18 avril, et Des horizons d’attente, réunissant les œuvres de 21 artistes évoquant des enjeux politiques, féministes, sociaux, spirituels et écologiques, entre autres, est présentée en première au MAC jusqu’au 19 septembre.

De nombreuses mesures ont été prises par le MAC afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés, ainsi que des mesures d’hygiène reconnues et recommandées par le gouvernement du Québec.

Les visiteurs doivent réserver leur billet en ligne à heure fixe. Les services suivants ne sont actuellement pas offerts : vestiaire ; ateliers au musée ; visites guidées et visites de groupe ; et fêtes d’enfants. Le restaurant et la boutique sont également fermés.

L’avant-garde au PHI

La première exposition solo au Canada du Sud-Coréen Lee Bae, Lee Bae : UNION, est toujours à l’affiche à la Fondation PHI pour l’art contemporain (jusqu’au 20 juin). Une quarantaine des œuvres présentées a recours à des approches multiples, abstraites ou figuratives, et une installation de grande envergure met en lumière la corporalité dans l’œuvre de l’artiste et sa capacité à nous transporter dans un lieu de grande profondeur.

Au Centre PHI, Trois mouvements (du 31 mars au 5 septembre) présente des œuvres multisensorielles et des installations interactives de plusieurs artistes — dont les Québécois Alexandra Stréliski, FouKi, Vincent Morisset et Felix & Paul Studios — intégrant à leur pratique des technologies nouvelles et d’avant-garde telles que la réalité étendue (RA, RV ou réalité mixte) et l’art génératif, créé par le mouvement. Il faut compter deux heures à partir de l’heure de visite indiquée sur le billet d’entrée et des départs sont prévus toutes les heures, de 11 h à 17 h. Les visiteurs doivent se présenter 15 minutes avant l’heure de visite indiquée sur leur billet.

Également au Centre PHI, Lignes parallèles réunit les œuvres de dix artistes montréalais — Adam Basanta et Dayna McLeod, notamment — qui ont pris part, l’an dernier, à une résidence virtuelle de 60 jours ayant pour objectif de refléter l’expérience de confinement. Le projet virtuel maintenant physique est présenté jusqu’au 15 juin. La visite est d’une durée d’une heure, et des départs sont offerts toutes les heures, de 11 h à 17 h.

Les locaux du PHI sont conçus et aménagés pour permettre au public de faire une visite dans un environnement sécuritaire et confortable. De nombreuses mesures ont été prises afin d’assurer la sécurité des visiteurs et des employés.

Au Centre canadien d’architecture

Joyau architectural au centre-ville montréalais, le Centre canadien d’architecture est également un musée de réputation mondiale et un centre de recherches dont le credo est que l’architecture est un sujet d’ordre public.

Trois expositions y sont présentement à l’affiche : Les choses qui nous entourent : 51N4E et Rural Urban Framework, dans les salles principales ; De l’œil à la fenêtre : Takashi Homma sur Le Corbusier, dans la salle octogonale ; et Espaces médians : repères de dépossession, dans les vitrines.

Comme aime à le dire Phyllis Lambert, la fondatrice du CCA : « Ce n’est pas un musée qui présente des choses et dit : “l’architecture, c’est ça”. Nous essayons de faire réfléchir les gens. »

Le CCA a été aménagé afin d’offrir aux visiteurs une expérience sécuritaire et agréable, selon les recommandations actuelles de la Santé publique. Les réservations sont nécessaires et chaque période de 90 minutes est limitée à huit personnes.

Au Complexe muséal Espace pour la vie

Les enfants de tous âges peuvent explorer de nouveaux univers à Espace pour la vie, le plus complexe muséal consacré aux sciences de la nature au Canada.

Espace pour la vie comprend le Jardin botanique, le Planétarium et le fameux Biodôme, complètement rénové en 2020. L’insectarium, actuellement en travaux, doit rouvrir plus tard cette année.

Au Planétarium, les dômes des théâtres de la Voie lactée et du Chaos sont équipés de nouveaux projecteurs à laser offrant une incomparable expérience en ultra-haute définition. Un programme double y est offert tous les jours et il est ouvert de 9 h à 17 h 30, du dimanche au mercredi, et jusqu’à 19 h, du jeudi au samedi.

Au Jardin botanique, les serres ont rouvert. Les visiteurs pourront y découvrir ses plantes carnivores, ses passiflores et ses papayers, ses glycines et ses rosiers grimpants. Les serres sont ouvertes tous les jours de 9 h à 17 h.

Le tout nouveau Biodôme est une confortable oasis urbaine qui fait le bonheur de visiteurs de tous âges. Revitalisé et offrant une expérience immersive multisensorielle à travers les cinq écosystèmes des Amériques, c’est une attraction extrêmement populaire.

Réserver ses billets à heure fixe est vivement recommandé ! Prenez également le temps de prendre connaissance des mesures sanitaires mises en place par Espace pour la vie avant votre visite.

Le Château Ramezay, musée et site historique de Montréal

Le Château Ramezay, construit en 1705 par Claude de Ramezay, alors gouverneur de Montréal, qui veut en faire sa résidence, est le plus vieux musée d’histoire privé au Québec. Des expositions permanentes et temporaires consacrées à l’histoire de Montréal y sont présentées. Le bâtiment lui-même est un site historique d’intérêt, puisqu’il a servi de quartier général canadien à l’armée révolutionnaire américaine, en 1775 et 1776, et que Benjamin Franklin y a séjourné, lorsqu’il a demandé à Montréal de rallier la révolution.

L’exposition temporaire Paysages montréalais : œuvres d’art de la collection Power Corporation du Canada présente trente peintures de Montréal de quinze artistes différents issues de l’une des plus importantes collections d’art au pays. Elle est prolongée jusqu’au 6 septembre.

Le Château Ramezay accueille les visiteurs de 10 h à 16 h 30, les samedis et dimanches. Il n’est pas nécessaire de réserver son billet au préalable.

 Le musée a été aménagé afin d’offrir aux visiteurs une expérience sécuritaire et agréable, selon les recommandations actuelles de la Santé publique. Les activités culturelles, les visites guidées et les conférences sont néanmoins suspendues jusqu’à nouvel ordre.

« Our Lady of the Harbour »

C’est un voyage dans le temps que l’on fait au site historique Marguerite-Bourgeoys, qui abrite la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours, dans le Vieux-Montréal.

Construite en 1771 sur les ruines d’une première chapelle, la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours fait partie d’un musée consacré à Marguerite Bourgeoys, la sœur française et la première enseignante de la colonie qui a fondé la congrégation de Notre-Dame de Montréal en 1653 (elle a été canonisée par le Vatican en 1982). Elle est enterrée dans la chapelle.

La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours est aussi la « chapelle des marins », non seulement parce qu’elle surplombe le port, mais aussi parce qu’elle était un site de pèlerinage pour les marins qui jetaient l’ancre dans le Vieux-Port au XIXe siècle. (C’est aussi « Our Lady of the Harbour », dans la chanson Suzanne, de Leonard Cohen.)

Les visiteurs du site peuvent grimper au belvédère de la chapelle pour admirer aux côtés des anges qui s’y trouvent la vue splendide sur le Vieux-Port et le Vieux-Montréal et voir l’exposition permanente Osez Marguerite ! qui raconte son histoire et documente son héritage.

De nombreuses mesures ont été prises par le site afin d’assurer la sécurité de ses visiteurs comme de ses employés. Les billets peuvent être achetés en ligne ou sur place. La visite de la chapelle est gratuite.

Le musée de cire Grévin

Au centre-ville, dans le Centre Eaton, le Musée Grévin Montréal abrite 128 statues de cire de célébrités, des athlètes Wayne Gretzky, Tiger Woods et Terry Fox aux politiciens Barack Obama, Pierre Elliott Trudeau et Nelson Mandela en passant des vedettes de la pop telles que Céline Dion, Lady Gaga, Elton John, Justin Beiber et la drag-queen montréalaise Mado Lamotte. À vos appareils photo !

Le Musée Grévin est ouvert les vendredis, samedis et dimanches. Les billets sont vendus en ligne et à l’entrée.

De nombreuses mesures sanitaires ont été prises au musée pour assurer la sécurité des visiteurs et des employés.

Le Zoo Ecomuseum

 

Le Zoo Ecomuseum, le seul zoo extérieur de l’île de Montréal, offre une expérience unique avec ses 115 espèces animales de la vallée du Saint-Laurent, dont l’ours noir, le caribou des bois, la loutre de rivière, la tortue, l’aigle et le lynx du Canada. Le parc très fréquenté de onze hectares se situe à Sainte-Anne-de-Bellevue, à 25 minutes du centre-ville. Le stationnement y est gratuit pour les visiteurs.

Le Zoo Ecomuseum est ouvert tous les jours, de 9 h à 17 h. La dernière entrée se fait à 16 h. Les billets doivent être achetés en ligne.

De nombreuses mesures sanitaires ont été prises par le zoo pour assurer la sécurité des visiteurs et des employés. Le port du masque y est obligatoire en tout temps, y compris sur les sentiers extérieurs, pour tous les visiteurs âgés de plus de 10 ans.

L’Écomusée du fier monde

Consacré au quotidien de la classe ouvrière montréalaise, l’Écomusée du fier monde présente De Amherst à Atateken (en prolongation jusqu’au 18 avril), une exposition s’intéressant à cette importante artère montréalaise du XIXe siècle.

Exposition Produits Familex : de l’usine à votre porte (présentée jusqu’au 9 mai) documente les produits domestiques de marque Familex que les familles québécoises et canadiennes utilisaient jusqu’en 1929.

Du 19 au 30 mai, la nouvelle exposition, Variations sur l’art d’ici, présente les œuvres de plus de 60 artistes québécois et canadiens émergents ou de renommée internationale comme Dominic Besner et Jean Paul Riopelle. (Entrée gratuite.)

De nombreuses mesures sanitaires ont été prises par le zoo pour assurer la sécurité des visiteurs et des employés.

Divine architecture

Au Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, l’exposition temporaire Victor Bourgeau : un évêque et son architecte est présenté en prolongation jusqu’au 31 décembre.

Elle permet de découvrir l’œuvre de Victor Bourgeau, l’architecte principal du diocèse catholique de Montréal sous l’épiscopat de Mgr Ignace Bourget. Bourgeau a construit plus de 300 bâtiments au Québec, dont le couvent des sœurs grises et l’Hôtel-Dieu, en 1861. L’exposition s’intéresse au métier d’architecte au XIXe siècle et à ses grandes œuvres conventuelles.

Le musée est ouvert du mardi au samedi, de 10 h à 12 h et de 13 h à 17 h. De nombreuses mesures sanitaires ont été prises par le musée pour assurer la sécurité des visiteurs et des employés.

Art Souterrain

Le festival Art Souterrain transforme chaque année le célèbre réseau piétonnier intérieur montréalais en galerie d’art contemporain de quatre kilomètres. Du 10 au 30 avril, une trentaine d’artistes du monde entier présentent des œuvres et des performances en lien avec le thème de cette édition, Chronométrie, sur un parcours qui va du Palais des congrès à l’Édifice Jacques-Parizeau en passant par le Centre de commerce mondial et la tour de la place Victoria.

Richard Burnett

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Vous ne voulez rien manquer ?

L’infolettre de Tourisme Montréal, c’est toute l’action qui fait vibrer Montréal réunie au même endroit.

Moments à proximité
[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus