Cité Mémoire brosse le tableau de l’histoire montréalaise

Cet article a été mis à jour le 18 novembre 2019.

À la nuit tombée, Cité Mémoire fait revivre l’histoire de la métropole. D’illustres Montréalais comme des gens au destin méconnu prennent vie dans cette installation urbaine d’envergure, l’une des plus grandes œuvres multimédias extérieures au monde.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

Un parcours en 25 tableaux

Inaugurée en 2016, l’installation Cité Mémoire comprend 25 tableaux mêlant image, parole et musiques projetées sur des murs, dans des ruelles, sur le sol ou des arbres du Vieux-Montréal et dans le centre-ville.

Cité Mémoire, qu’il aura fallu six ans pour concevoir, est une réalisation de trois des esprits montréalais les plus créatifs, ceux du duo de renommée mondiale formé par Michel Lemieux et Victor Pilon, qui ont travaillé à de grandes productions du Cirque du Soleil, et du célèbre dramaturge québécois Michel Marc Bouchard.

« Nous avons choisi des histoires aux thèmes et aux valeurs qui sont centraux à l’identité montréalaise, explique Michel Marc Bouchard. Notre écran — notre canevas —, c’est la ville elle-même. »

Plus de 800 personnes ont œuvré à ce projet, dont 400 artistes et artisans. « Nous voulions créer quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant, quelque chose d’innovant », confie Victor Pilon.

Saluée par la critique, l’installation connaît en toute saison un grand succès auprès des visiteurs comme des locaux.

De la grande à la petite histoire

Les 25 tableaux de Cité Mémoire racontent l’histoire de grands Montréalais, comme Marguerite Bourgeoys, fondatrice de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal, que l’Église catholique a canonisée, ou de sportifs comme Jackie Robinson ou Maurice « Rocket » Richard, mais ils relatent également d’autres destinées, comme celle de ce soldat homosexuel qui, pour échapper à son exécution après avoir été accusé d’avoir fait l’amour avec un autre homme, devient le premier bourreau de la Nouvelle-France.

Un tableau est consacré au train des enfants juifs, un millier d’orphelins rescapés des camps nazis adoptés par des Montréalais, et un autre à l’incendie qui a détruit le Parlement de Montréal en 1849. On évoque aussi la « Babylone du Nord », la Montréal du jazz (le pianiste Oscar Peterson est natif de la ville), du jeu et des cabarets, sans oublier la Montréal romantique, celle rythmée par Suzanne, la célèbre chanson de Leonard Cohen, un autre illustre enfant du pays.

Cliquez ici pour découvrir tous les tableaux.

Cité Mémoire au centre-ville

En octobre 2017, de nouveaux tableaux de Cité Mémoire ont été dévoilés à l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth.

Projeté en continu sur les murs de l’Agora de l’hôtel, Cité Mémoire est une évocation poétique des grandes périodes de l’histoire montréalaise, de lieux symboliques et de personnages importants.

Le Bed-In, aussi projeté dans l’Agora, rappelle le séjour de John Lennon et de Yoko Ono au Fairmont Le Reine Elizabeth, en 1969, où leur fameux Bed-In for Peace (c’est dans leur chambre que l’air Give Peace a Chance a été composé et enregistré) témoignait du mouvement antiguerre de la fin des années 1960.

Enfin, dans l’allée souterraine menant à la Place Ville Marie, La rivière souterraine s’anime au passage des visiteurs, qui peuvent interagir avec ses éléments et ainsi créer de l’écume, briser sa glace ou encore déplacer des nuages.

Projetés à l’intérieur, ces trois tableaux peuvent être vus de jour comme de nuit et quel que soit le temps.

Grâce à l’application gratuite Montréal en Histoires, on peut aussi revivre la construction et l’histoire de l’hôtel, un édifice d’importance dans la métropole, en réalité augmentée.

Thumbnail

Cité Mémoires, en chiffres

• Pour présenter les tableaux du Fairmont Le Reine Elizabeth, 77 projecteurs ont été installés dans l’hôtel, dont 55 dans l’Agora ;

• L’installation comprend 25 tableaux mêlant image, parole et musiques projetées sur des murs, dans des ruelles, sur le sol ou des arbres du Vieux-Montréal et à l’hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth, au centre-ville ;

• Au total, 156 projecteurs animent les rues du Vieux-Montréal et de l’établissement hôtelier.

Thumbnail

L’application gratuite

Pour faire l’expérience multimédia de Cité Mémoire, il suffit de télécharger gratuitement l’application Montréal en Histoires dans l’App Store ou Google Play. Elle contient la trame sonore du parcours ainsi qu’un contexte historique pour chaque tableau dans quatre langues, le français, l’anglais, l’espagnol et le mandarin.

Outil disponible en tout temps, l’appli comporte, outre le commentaire des 26 tableaux, une centaine de points d’intérêt additionnels et de segments en réalité augmentée. Voici qui devrait agrémenter toute balade dans le Vieux-Montréal, où un réseau wifi gratuit, MTLWiFi, est accessible à tous.

Thumbnail

Horaire des projections

À l’automne-hiver 2019-2020, les projections extérieures dans le Vieux-Montréal ont lieu les vendredis et samedis, de la tombée de la nuit jusqu’à 23 h.

Le Grand tableau est projeté à l’heure juste, au Champ-de-Mars, les soirs de projection, dès la tombée de la nuit.

Durant les fêtes de fin d’année, les projections ont lieu du 20 décembre au 4 janvier, à l’exception des 24 et 25 décembre et du 1er janvier 2020.

Des visites animées de 90 min sont aussi proposées.

Plus de détails à www.montrealenhistoires.com.

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +

Consultez la liste de nos collaborateurs habituels.