Les Championnats du monde ISU de patinage artistique

Malheureusement, cet événement a été annulé.

En dehors des Jeux olympiques, c’est l’événement de patinage artistique le plus important de l’année, réunissant la crème des patineurs artistiques devant des dizaines de milliers d’amateurs du sport. En 2020, Montréal a l’honneur d’accueillir les prestigieux Championnats du monde ISU de patinage artistique, qui verront des athlètes de haut niveau comme le double champion du monde Nathan Chen, le double champion olympique Yuzuru Hanyu et les couples canadiens Kirsten Moore-Towers–Michael Marinaro et Piper GillesPaul Poirier.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Cette année, les Championnats du monde ISU de patinage artistique se tiennent au Centre Bell du 16 au 22 mars. C’est la 11e fois que cet événement aura lieu au Canada et seulement la deuxième fois qu’il se tient à Montréal ; la dernière fois remonte à 1932. Les championnats ISU marquent le moment le plus fort du patinage artistique de l’année, attirant plus de 300 millions de téléspectateurs dans le monde entier, avec 200 concurrents de haut niveau de 50 pays dans quatre disciplines : hommes, femmes, danse sur glace et patinage en couple. Vu l’importance de l’événement, pour les athlètes, la préparation est essentielle.

« La préparation pour les championnats du monde est toujours un peu différente », déclare le patineur canadien Paul Poirier, partenaire de Piper Gilles (ensemble, ils sont deux fois médaillés aux championnats des quatre continents, champions aux Internationaux Patinage Canada en 2019 et champions nationaux canadiens en 2020). « Ce n’est pas parce que la compétition est plus importante, mais plutôt parce que c’est la fin de la saison ; ça fait presque toute une année que nous travaillons les programmes. À ce stade de la saison, nous sommes aux améliorations, aux détails les plus subtils. Ainsi, l’objectif de l’entraînement change toujours un peu à l’approche de la fin de la saison de compétition. »

Thumbnail

Mais le défi auquel sont confrontés les patineurs ne se limite pas à la mise au point de certains aspects de la performance : parfois, le défi le plus imposant est celui qu’on ne voit pas.

« Je trouve que le plus grand défi que nous avons à relever lors des championnats du monde se situe entre les deux oreilles », affirme Piper Gilles. « Rendus là, nous avons effectué d’innombrables répétitions de chaque programme, ce qui devrait nous donner suffisamment de confiance pour le mener à bien. Mais dans un sport, des choses peuvent arriver. »

« À mon avis, à partir du moment où la préparation est adéquate, le plus grand défi de chaque épreuve est de laisser la mémoire musculaire vous porter pendant la performance sans tomber dans le piège du pilote automatique, sans quoi on perd l’âme de la prestation », explique Poirier. « Il faut être présent à 100 % dans l’exécution si vous voulez convaincre et engager par votre performance. »

Thumbnail

Nouveauté de cette année, les amateurs de patinage artistique auront droit à la toute première édition des Prix de patinage ISU, qui saura jumeler le divertissement du traditionnel gala d’exhibition avec le côté glamour d’un spectacle de remise de prix. Les médaillés des championnats du monde 2020 y présenteront un numéro qui sera assorti d’actes musicaux en direct et de numéros de production passionnants qui conjuguent la danse et le patinage contemporains. Des prix seront décernés à des athlètes d'exception, à un entraîneur ou une entraîneuse et à un ou une chorégraphe, dans sept catégories, dont la meilleure tenue de patinage, le patineur le plus utile/la patineuse la plus utile et le prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations.

« À la fin des championnats du monde, on annoncera les tout premiers gagnants », explique Gilles. « Je pense que c’est une excellente chose non seulement pour le public et les téléspectateurs, mais aussi pour les athlètes. Oui, les athlètes qui se trouvent sur la plus haute marche du podium sont incroyables, mais il y a de beaux programmes réalisés par les autres athlètes de haut niveau. On apprécie vraiment tout le beau travail que les gens font d’année en année. »

Thumbnail

D’autant plus qu’accueillir les championnats à Montréal présente une occasion délectable aux patineurs en dehors de la glace.

« Comme c’est bientôt la saison, je veux absolument visiter une cabane à sucre après la compétition », explique Poirier. « Surtout puisque je n’ai pas pu voir ma famille élargie à Noël, ce sera l’occasion de faire le plein de tourtière et de toutes les autres choses merveilleuses dont je profite habituellement pendant les vacances. »

Fidèle partenaire, Gilles est en parfaite synchronisation.

« À Montréal, j’ai tellement hâte de visiter une cabane à sucre quand nous aurons fini », dit-elle. « Je vais tout napper de sirop d’érable. »

Jamie O’Meara

Jamie O’Meara, rédacteur

Jamie O’Meara est rédacteur en chef pour C2 Montréal. Il a été le rédacteur en chef du journal alternatif hebdomadaire HOUR Magazine.

Consultez la liste de nos collaborateurs habituels.

[COVID-19] Pour vous tenir au courant de la situation actuelle
En savoir plus