Les bars où il fait bon prendre un verre à Montréal

Richard Burnett

Les brûlantes journées d’été et la froideur de l’hiver font que les Montréalais aiment s’installer au frais ou au chaud pour prendre un verre. En ville, les bars où il fait bon se retrouver ne manquent pas. Voici quelques-uns de mes préférés, de Saint-Henri (à l’ouest) au Plateau (à l’est).

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Typique taverne

Pour siroter un drink dans un endroit relax, choisissez le Bar de Courcelle (4685 rue Notre-Dame Ouest), typique taverne montréalaise dans le quartier aux racines ouvrières de Saint-Henri. Depuis quelques années, les concerts qui y sont organisés et le décor vintage (carrelage en damier noir et blanc, lambris) en ont fait un troquet branché. Vous pourrez y manger une bouchée (snacks et classiques de bar), et les barmans y sont très sympas.

Bar de ruelle

Vous préférez commander un cocktail dans un cadre plus chic ? Rendez-vous, une dizaine de pâtés de maisons plus à l’est, dans la Petite-Bourgogne, à l’Atwater Cocktail Club (512 avenue Atwater), un bar fondé par l’équipe du bistro adjacent, Foiegwa, et dont l’entrée se situe à l’arrière (dans la ruelle). Dans un décor de speakeasy classieux (plancher en bois, bar magnifique, miroirs au plafond), vous pourrez déguster alcools, cocktails et petits plats servis par un personnel attentionné.

Pub irlandais

Au centre-ville, le tout premier McKibbin’s (1426 rue Bishop) occupe un édifice centenaire doté d’un bar à chacun de ses trois étages. Le premier, très fréquenté, est chaleureux à souhait avec ses boiseries, sa collection d’objets typiquement irlandais et son superbe bar en noyer garni d’une tireuse aux nombreuses bières pression. Des groupes de musique s’y produisent (Liam Gallagher, du groupe Oasis, s’est joint à un jam du dimanche après-midi en 2017, alors qu’il était de passage en ville pour jouer au festival Osheaga). Le McKibbin’s offre un très chouette menu de classiques de pub, et on peut y suivre les compétitions sportives sur de grands écrans à plasma. Au sous-sol, on se sent tout aussi bien au Speakeasy, plus intime, où officie le légendaire barman montréalais Kevin (les gars des autres établissements du quartier aiment venir lui commander un verre après leur service).

Taverne Midway sur la Main

Un peu plus à l’est, boulevard Saint-Laurent (point de division entre l’est et l’ouest de la ville), que les locaux surnomment la Main, se trouve Taverne Midway (1219 boulevard Saint-Laurent), ouverte en 1927 en plein cœur de ce qui était alors le red-light district montréalais, au croisement de l’animée rue Sainte-Catherine. Bien sûr, le coin – devenu Quartier des spectacles –, comme le bar, s’est embourgeoisé. Mais avec sa touche rétro et sa super carte de cocktails, la populaire Taverne Midway est l’endroit tout indiqué pour prendre un verre avant ou après un spectacle. Le décor y est chaleureux, avec ses notes cuivrées, son bois et ses briques. Montréalais à l’os.

Chez la « marraine du punk »

De la Taverne Midway, marchez en direction nord pour aller au Else’s (156 rue Roy Est), une institution du Plateau fondée il y a un quart de siècle par une blonde norvégienne du nom d’Else Smith et qui s’était autoproclamée « marraine du punk ». Décédée en 2000, Else veille encore sur son troquet de quartier (son portrait y trône toujours), sombre, confortable et peuplé d’habitués et d’artistes, comme il se doit. Au bout du bar se trouve un piano que le regretté musicien de jazz montréalais Vic Vogel aimait faire résonner. Else’s n’a pas de licence complète de bar: il vous faudra donc commander quelque chose à manger avec votre boisson (nachos, tapas ou tout un repas). Vous pourrez également y déguster une part de gâteau au fromage du légendaire pâtissier Johnny Cheesecake, qui fournit l’endroit depuis son ouverture.

Soirs de scotch

Dernière étape de cette tournée des grands-ducs, L’Île noire (1649 rue Saint-Denis) est véritablement la Mecque du scotch : ce pub écossais a plus de 300 whiskys à sa carte! Son personnel en connaît un rayon et le cadre est élégant et chaleureux. Bref, c’est le paradis de l’amateur de whisky. On y programme des groupes de musique le lundi soir.

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +

Pour consulter la liste de nos collaborateurs réguliers, cliquez ici.