Festival TransAmériques : mode d'emploi

Isa Tousignant

Innovant, festif et multilingue, le Festival TransAmériques, ou FTA pour les intimes, est à l’image de la métropole québécoise : vibrant. À l’occasion de sa 12e édition, du 23 mai au 7 juin, il investira sept lieux dans la ville.

 

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

 

Le FTA se consacre à l’avant-garde du théâtre et de la danse. Sa programmation est constituée de nouvelles explorations dans ces deux disciplines ainsi que d’œuvres hybrides conçues par les meilleurs chorégraphes, dramaturges et metteurs en scène du monde entier. Le FTA promeut le dialogue entre artistes et public grâce à des initiatives diverses, des ateliers, des débats et des tables rondes qui font écho aux performances. Son action ne se résume pas au festival : il coproduit toute l’année des spectacles qui partent en tournée aux quatre coins de la planète.

Le FTA en chiffres

1985 date de sa création

865 200 festivaliers depuis ses débuts

459 spectacles présentés depuis ses débuts

Plus de 100 programmateurs qui y assistent chaque année

47 pays représentés depuis ses débuts

Plus de 1 000 000 $ attribués à des coproductions depuis ses débuts

1-866-984-3822 numéro de téléphone pour acheter des billets pour ses spectacles

L’édition de 2018

Du 23 mai au 7 juin, la 12e édition du Festival TransAmériques soulèvera les passions avec des œuvres telles que Kings of War, mis en scène par le Belge Ivo van Hove, de retour à la demande générale avec une lecture personnelle d’une autre trilogie shakespearienne.

« Nouvelle coqueluche de la danse contemporaine chinoise », Tao Ye présentera à Montréal des œuvres hypnotiques, 6 et 9, mettant en évidence le caractère minimaliste et hautement raffiné de son langage chorégraphique.

La nuit des taupes, du Français Philippe Quesne, plongera le spectateur dans un univers souterrain intriguant peuplé de taupes géantes.

Deux des voix les plus importantes et les plus respectées du théâtre québécois, Évelyne de la Chenelière et Marie Brassard, proposeront une pièce qui interrogera le temps, la mort et la mémoire, La vie utile, avec pour protagonistes les actrices Christine Beaulieu et Sophie Cadieux.

Chorégraphe septuagénaire, Paul-André Fortier s’est associé à l’impétueux dramaturge Étienne Lepage pour réaliser Solo 70, sa dernière création au sein de la compagnie Fortier Danse-Création. Une guitare punk ponctuera ce choc de générations.

En clôture du festival, l’œuvre de la chorégraphe canadienne renommée Crystal Pite et du dramaturge Jonathon Young, Betroffenheit, devrait faire mouche. Véritable décharge d’énergie, la pièce qui traite du stress post-traumatique a conquis des publics partout, à l’occasion d’une tournée mondiale qui prend fin au FTA, à Montréal.

Les lieux

Le quartier général du festival

C’est là où artistes et spectateurs se rencontrent, festoient et lèvent leur verre aux spectacles présentés. De jour, on pourra y manger une bouchée concoctée par le traiteur Fou d’ici; de nuit, y faire la nouba. Chaque billet de spectacle donne droit, après celui-ci, à un prix réduit au bar du QG. Entrée gratuite en tout temps.

175, avenue du Président-Kennedy (entre les rues Saint-Urbain et Jeanne-Mance)

Centre Pierre-Péladeau, 300, boulevard de Maisonneuve Est

Édifice WILDER – Espace danse1435, rue de Bleury

Place des Arts175, rue Sainte-Catherine Ouest

Théâtre Denise-Pelletier4353, rue Sainte-Catherine Est

Théâtre ESPACE GO4890, boulevard Saint-Laurent

Usine C1345, avenue Lalonde

BILLETS

En ligne fta.ca

Par téléphone 514 844-3822 ou 1-866 984-3822

En personne La Vitrine, 2, rue Sainte-Catherine Est

de 11 h à 20 h, du mardi au samedi; de 11 h à 18 h, les dimanche et lundi

Isa Tousignant

Isa Tousignant, blogueuse

Isa Tousignant est une journaliste art et style de vie résidant dans le quartier multiculturel Parc Extension de Montréal. Elle est collaboratrice à la rédaction du magazine Canadian Art et écrit à la pige pour une variété de revues et de marques. Elle crée également des bijoux et se passionne pour le costume animalier et son rôle dans l’art contemporain.