Théâtre : quoi voir sur les planches en 2018

Laure Juilliard

Les programmations de 2018 font place autant aux grands classiques qu’aux œuvres contemporaines et expérimentales. Une créativité qui ne vous laissera pas de marbre.

 

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Théâtre classique et contemporain

Préoccupations culturelles et sociales

Au Théâtre Jean-Duceppe, on reste fidèle depuis plus de 40 ans aux œuvres contemporaines traitant des thèmes essentiels de la vie. L’année 2018 s’ouvrira avec Le Chemin des Passes-Dangereuses de Michel Marc Bouchard, une plongée dans les souvenirs d’enfance et les mensonges d’adultes, jusqu’à la révélation d’un secret qui hante trois frères (du 14 février au 24 mars). Elle se refermera avec Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Simon Stephens, mettant en scène un autiste doté d’une logique imparable qui se lance dans une enquête, malgré les interdictions de son père (du 11 avril au 19 mai).

Voyez toute la programmation du Théâtre Jean-Duceppe ici.
 

Thumbnail

Souffle actuel sur les classiques d’hier et de demain

À la fois moderne et nostalgique, le Théâtre du nouveau monde propose pour cet hiver-printemps, Les fourberies de Scapin de Molière, mise en scène par Carl Béchard (du 16 janvier au 10 février); La détresse et l’enchantement de Gabrielle Roy, une coproduction du Théâtre du Nouveau Monde, du Théâtre du Trident et des Trois Tristes Tigres (du 27 février au 10 mars); L’idiot de Dostoïevski, une création de Catherine Vidal et Étienne Lepage (du 20 mars au 14 avril); et Les chaises de Ionesco, mise en scène par Frédéric Dubois (du 8 mai au 2 juin).

Voyez toute la programmation 2018 du TNM ici.

Tout beau, tout neuf!

Après d’importants travaux d’agrandissement, le Théâtre ESPACE GO est de retour sur la scène culturelle avec une vision ambitieuse et courageuse, valorisant la contribution des femmes artistes. Il accueille aussi une nouvelle compagnie en résidence associée : UBU. Le spectacle de réouverture, Les Marguerite(s), de Stéphanie Jasmin, vous emmène sur les traces de Marguerite Porete, une philosophe humaniste du 14e siècle condamnée au bûcher pour son livre Le miroir des âmes simples et anéanties (du 20 février au 17 mars). La résidence d’artiste d’Evelyne de la Chenelière se conclut avec La vie utile, où suite à une chute à cheval, une femme refait le parcours de sa vie et s’interroge sur ce qui a formé son imaginaire, sa morale et son rapport au monde (du 24 avril au 31 mai). Enfin, en première montréalaise, l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal présente Svadba (mariage, en serbe), un opéra de chambre a cappella d’Ana Sokolović, dans une mise en scène de Martine Beaulne (du 24 au 31 mars).

Voyez toute la programmation du Théâtre ESPACE GO ici.
 

Du théâtre libre, d’ici et d’ailleurs

À La Licorne, la compagnie de théâtre de création La Manufacture fait place aux œuvres contemporaines québécoises et à la dramaturgie étrangère. D’autres compagnies étonnantes et fortes de propositions créatives y sont aussi les bienvenues. En 2018, voyez La Meute de Catherine-Anne Toupin, autour du thème de la vengeance (du 16 janvier au 17 février); le solo cru et intime Chaloupe de Sylvianne Rivest-Beauséjour (du 22 janvier au 9 février); Invisibles de Guillaume Lapierre-Desnoyers, sur le thème de la solitude articulé autour de la fugue d’une adolescente; Hamster de Marianne Dansereau, qui touche aux univers de la déception amoureuse, de la solitude, de l’errance et de la perte de repères (du 6 au 24 mars); le puissant monologue Des promesses, des promesses de Douglas Maxwell (du 19 mars au 6 avril); Comment je suis devenu Musulman de Simon Boudreault, une comédie dramatique inspirée de la vie de l’auteur sur les thèmes profonds de la mort, la spiritualité, l’identité et la peur de l’autre (du 3 au 21 avril); le huis clos empreint d’humanité sur le sujet du suicide assisté, Béa de Mick Gordon (du 16 avril au 4 mai); et Amour et information de Caryl Churchill, une pièce qui pose un regard acéré sur les rapports que nous entretenons avec notre société (du 1er au 19 mai).

Voyez toute la programmation 2018 de La Licorne ici.

Thumbnail

Nouveau souffle créatif

Au Théâtre de Quat’Sous, sous l’égide du nouveau directeur artistique Olivier Kemeid, on commence 2018 avec le happening Notre bibliothèque sous la direction artistique de Christian Lapointe. Vingt quatre lecteurs relèveront le défi de la lecture à vue avec des textes qu’ils n’ont jamais lu, accompagnés par des musiciens qui se prêteront eux aussi au jeu de l’improvisation (du 24 au 26 janvier). Suivront, La déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen, un déluge tumultueux de l’adolescence (du 5 au 30 mars); et Le tigre bleu de l’Euphrate de Laurent Gaudé, un monologue fiévreux sur l’humanité, la mort, la haine et l’amitié qu’aurait pu prononcer Alexandre le Grand à la fin de sa vie (du 17 avril au 26 mai). La saison s’achèvera avec L’autre et moi, épilogue d’une série de lectures dirigée par James Hyndman et son complice Stéphane Lépine (le 5 février, 6 mai et 7 mai).

Voyez toute la programmation ici.

Plus de découvertes

Au Monument-National, le plus ancien théâtre québécois encore en fonction, allez voir le théâtre musical à succès Les Choristes dont la mise en scène est signée Serge Denoncourt (du 23 mai au 17 juin). Faites également le plein de culture au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, au Théâtre du Rideau Vert, au Théâtre Denise-Pelletier, et sensibilisez vos bouts de chou aux arts de la scène avec la programmation de la Maison Théâtre.

Théâtre expérimental

Avant-garde artistique pluridisciplinaire et jeune création

Entre théâtre écorché, danse et performance à vif, pratique nouvelle et multidisciplinaire, La Chapelle propose une programmation bilingue qui transcende les formes artistiques. 2018 lève le voile sur l’opéra-théâtre actuel de Rachel Burman Opéra Foe, « une fenêtre intime, privilégiée – mi-rêvée, mi-réelle – sur une famille québécoise des années 70... et sur l'esprit effréné de celle qui s'en souvient » (du 9 au 11 février). Cap ensuite sur la performance théâtrale de Christian Lapointe et Nadia Ross, P.O.R.N. (Portrait Of Restless Narcissism), où les deux artistes démontent les mécanismes de la pornculture (du 9 au 11 mars). On continue avec le spectacle solo de Jean-François Boisvenue La dette de Dieu, un essai scénique métaphorique où le crédit régit la mécanique de nos vies (du 9 au 13 avril). La saison se refermera avec le solo numériqueTEMPS UNIVERSEL +1 de Julien Blais, basé sur le monologue de l’auteur allemand Roland Schimmelpfennig (M.E.Z) (du 8 au 12 mai).

Voyez toute la programmation ici.

 

Thumbnail

Territoires culturels contrastés

Au Théâtre Prospero on présente les dramaturgies singulières de plusieurs productions théâtrales internationales. Sur les planches de la scène principale, voyez Warda de Sébastien Harrisson, une quête initiatique qui vous transporte comme dans les légendes de tapis volants de Londres à Anvers, en passant par Paris, Bagdad et Québec (du 16 janvier au 3 février). Le Titus de Shakespeare prend vie ici dans une mise en scène et adaptation d’Édith Patenaude (du 13 au 24 février). Voyez également Le poisson combattant de Fabrice Melquiot, une pièce qui évoque la perte et la quête de soi (du 6 au 17 mars), et Le nom de Dominique Leduc, un huis clos familial où rien n’est normal malgré une apparente stabilité (du 3 au 21 avril). Dans la salle intime du théâtre, le metteur en scène et acteur Frédéric Sasseville-Painchaud entraîne le spectateur au plus profond d’une relation toxique, entre performance musicale, théâtre et spoken word, avec Le désert (du 16 janvier au 3 février). Mélanie sans extasy d’Édith Paquet parle de dépression, de dépendance, et de la peur maladive d’une vie normale (du 27 février au 17 mars). Enfin, la comédie noire Madame Catherine prépare sa classe de troisième d’Elena Belyea vous prépare une leçon d’une importance capitale, dont votre survie dépend (du 27 mars au 14 avril).

Voyez toute la programmation ici.

Thumbnail

Plus de découvertes

L’Usine C signe une deuxième partie de saison indisciplinée où l’expression artistique ne connait ni limite, ni censure, ni mépris. L’incubateur théâtral le Théâtre Aux Écuries rassemble les rêves de ses compagnies résidentes et propose des spectacles créatifs et atypiques. Enfin, Espace Libre vous invite à la rencontre de l’humain, car « le théâtre sert à regarder collectivement ce que nous sommes : des âmes qui cherchent à donner un sens à ce maintenant que nous traversons ensemble ».

À découvrir également, les programmations en anglais ou bilingue du Théâtre Sainte-Catherine, du Centre Segal, du Théâtre Mainline, du Geordie Productions et du Théâtre Centaur.

Laure Juilliard

Laure Juilliard, blogueuse

Laure est la fondatrice du blogue « Une Parisienne à Montréal ». Rédactrice et gestionnaire de communautés, Laure est aussi une globe-trotteuse épicurienne toujours en quête de concepts innovants et de bonnes adresses. Début 2016, elle a cofondé Slow Journeys, un webzine sur le tourisme écoresponsable et design.

Blogue / Facebook Instagram / Twitter / Linkedin