Quoi faire à Montréal du 26 janvier au 1er février

Isabelle Wolfmann

Cette semaine : JKF est à l’opéra et Koltès à l’Usine C; les bolides sont au Salon de l’auto et les meilleurs DJ de la planète à Igloofest; la fête de neiges est au parc Jean-Drapeau; et le Festival du film de montagne de Banff à… Montréal!

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

Les joies de l’hiver

Ouf! Le « lundi bleu », la journée qu’on dit être la plus déprimante de l’année est heureusement chose du passé. Un petit vague à l’âme mine néanmoins votre enthousiasme légendaire? Qu’à cela ne tienne, à Montréal, on garde sa bonne humeur en prenant de bons bols d’air frais. Alors, c’est parti pour une séance de patinage, de glissades, de randonnée, de ski de fond ou de raquette! Et cela ne vous coûtera rien, si l’on juge par le grand nombre d’activités gratuites à faire cet hiver à Montréal. Les amis de la montagne peuvent aussi vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole, sur le mont Royal. Vite! inscrivez-vous sans tarder aux randonnées en raquette des vendredis et samedis soir de janvier.

Et une séance de yoga neige, ça vous dit? Sur votre tapis ou votre couverture, emmitouflé dans des vêtements chauds mais confortables, votre salutation au soleil matinale sera inoubliable (aux parcs La Fontaine et Laurier).

Au parc Jean-Drapeau, la Fête des neiges de Montréal est un événement familial dont la mission est de « découvrir et célébrer les joies de l’hiver ». Ce sera chose faite quand, après un court trajet en métro (Jean-Drapeau), vous rejoindrez la foule des Montréalais qui, en fin de semaine, profite de la pléthore d’activités offertes sur le site : traîneaux à chiens, ateliers de bricolage, lancer de hache, tyrolienne, glissades, animation, spectacles, trottinette, alouette!

Dans le Vieux-Port, la patinoire Natrel fait le bonheur des amateurs de glisse et de nouba : la glace offrant la vue la plus spectaculaire sur Montréal est aussi un lieu de divertissement, avec ses mardis cardio sur glace, ses mercredis rythmes chauds, ses jeudis DJ et ses feux d’artifice du samedi. Au Parc olympique, le Village d’hiver V propose un tout nouveau sentier réfrigéré et glacé où patiner sans bourse délier.

La nuit venue, dans le Vieux-Port, c’est à Igloofest qu’on garde la forme. On enfile une combinaison (préférablement fluo) et on danse à la belle étoile jusqu’au petit matin sur l’électro des meilleurs DJ de la planète.

L’hiver? Quel hiver?

Thumbnail

Plein les mirettes

Faites une cure de lumière en enfourchant les bascules brillantes et sonores de Luminothérapie, ce qui vous donnera l’occasion d’admirer la vidéoprojection Les Lointaines (jusqu’au 28 janvier). À la tombée de la nuit, dans le Vieux-Montréal, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire et le spectacle multimédia Aura, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront plein la vue. Surtout, zieutez le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et des activités de la métropole.

Thumbnail

Au chaud

Les frileux peuvent patiner à l’intérieur, à la patinoire de l’Atrium le 1000, puis prendre de la hauteur et profiter d’un incroyable panorama sur la ville dans la Grande roue de Montréal, la plus haute du Canada (60 mètres), la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie. Au 44e étage de cette dernière, ils pourront aussi essayer le yoga au sommet des mardis soirs. Le top!

À faire également : la tournée des lieux où rôtir au coin d’un feu de cheminée et la liste des idées géniales pour se réchauffer (lisez les activités gratuites à faire cet hiver).

 

En complément : Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal

Sur la glace du Centre Bell, les joueurs du Canadien de Montréal sont plus habiles sur leurs patins que de simples quidams sur le pavé. Vous pouvez acheter des billets individuels sur le site de revente officiel de l’équipe, La voûte aux billets. C’est simple (et sécuritaire) et, croyez-nous sur parole, vous ne regrettez pas votre expérience dans les gradins remplis de partisans survoltés. Vendredi, les Hurricanes de la Caroline sont en ville.

À Montréal, on peut faire du lèche-vitrines sans mettre le nez dehors, comme l’illustre notre guide de magasinage du Montréal souterrain. En ce moment, on peut faire de bonnes affaires dans toutes les boutiques de la ville (faites le plein de vêtements chauds!). Lisez Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici et Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est. Enfin, rien ne vaut un bon livre, et les librairies en ville regorgent des succès de la littérature québécoise.

Thumbnail

Miam

L’exercice, le magasinage, ça ouvre l’appétit. Les grandes tables ne manquent pas à Montréal, tout comme les festivals culinaires. Voyez d’ailleurs notre liste des nouvelles tables montréalaises. Ce mois-ci, grâce au Happening gourmand, profitez d’une table d’hôte à prix d’ami dans un des huit restaurants participants du Vieux-Montréal (11 janvier au 4 février).

Quoi de mieux qu’une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat chaud pour se réchauffer après une sortie de janvier ? Vous avez jusqu’au 28 janvier pour siroter une des douces boissons concoctées pour La grande tournée du chocolat chaud. L’initiative n’est pas seulement délicieuse, elle est aussi caritative (au bénéfice de l’organisme La tablée de chefs). Consultez aussi notre liste des cafés indépendants et notre sélection de salons de thé. Ou bien trouvez un coin douillet pour prendre l’apéro dans nos articles consacrés aux endroits où siroter un cocktail et aux bars cachés et dans nos suggestions de sorties nocturnes.

 

Connaissez-vous le marché Artisans ? C’est une épicerie fine située dans le chic hôtel Fairmont Le Reine Elizabeth où l’on trouve des produits frais et des mets préparés. Vous y dénicherez, en plein centre-ville, une foule de souvenirs appétissants, comme des chocolats, des thés, de petites douceurs et des pains d’épices, présentés dans de jolies boîtes. L’offre est toute aussi alléchante dans les marchés publics montréalais.

Vroum

Lamborghini, Rolls-Royce, Maserati rutilent au Salon international de l’auto de Montréal, dont c’est la 50e édition consécutive et le 75e anniversaire depuis son inauguration. Mais les modèles de rêve et de luxe ne sont pas les seuls exposés : vous pourrez aussi y magasiner une citadine, une électrique ou une hybride, et vous rincer l’œil de bolides modifiés dans la Zone performance. Toutes les infos ici.

Nature et aventure

Le Festival du film de montagne de Banff est en tournée au Québec. Depuis 40 ans, il sélectionne des œuvres relatant des expéditions spectaculaires, réalisées par des pros comme par des amateurs. Une sélection de courts et de moyens métrages est ensuite faite pour une tournée mondiale qui fait une halte au Québec. Chaque représentation dure 3 h (avec entracte) et les films sont présentés en VO avec sous-titres français. De toute façon, le frisson (garanti) est universel et n’a pas besoin de traduction. Réserver pour samedi ou dimanche.

Sur les planches

À l’Usine C, un centre de création et de diffusion à l’est du centre-ville, on présente cette semaine Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, dans une mise en scène de Brigitte Haentjens. Sur scène, Hughes Frenette et Sébastien Ricard campent les protagonistes entre lesquels s’engage « une troublante joute verbale où il est question de la logique du désir et de l’inéluctable entre les êtres. » Percutant.

Ont pris l’affiche cette semaine : Voyage(s), au Théâtre La Chapelle (jusqu’au 3 février); « Master Harold » and the Boys (en anglais), au Centre Segal des arts de la scène (jusqu’au 11 février); The Baklawa Recipe (en anglais), au Théâtre Centaur (jusqu’au 18 février); Le Brasier, en reprise au Théâtre d’aujourd’hui (jusqu’au 10 février); et Dis merci, à l’Espace libre (jusqu’au 10 février).

Sont toujours à l’affiche : Enfant insignifiant! de Michel Tremblay, au théâtre Jean-Duceppe (jusqu’au 3 février); Nyotaimori, de Sarah Berthiaume, au Théâtre d’Aujourd’hui (jusqu’au 3 février); La Meute, de Catherine-Anne Toupin, à La Licorne (jusqu’au 17 février); Les Fourberies de Scapin, de Molière, au TNM (jusqu’au 10 février); Warda, de Sébastien Harrisson, au Théâtre Prospero (jusqu’au 3 février); et Temporel, un spectacle de cirque multimédia, à la Cinquième salle de la Place des Arts (jusqu’au 27 janvier).

En danse, The Eternal Tides, du Legend Lin Dance Theatre (Taipei), est présenté au Théâtre Maisonneuve (jusqu’au 27 janvier), et Résistances plurielles, à l’Agora de la danse.

 

Vous trouverez d’autres idées de sorties culturelles sur les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

Thumbnail

Dans les musées et les galeries

Au Musée d’art contemporain, voyez A Crack in Everything / Une brèche en toute chose, l’exposition entièrement consacrée à Leonard Cohen (jusqu’au 9 avril 2018). À Pointe-à-Callière Passion : hockey vous aidera à comprendre pourquoi, ici, le hockey est une religion (jusqu’au 11 mars). Au Musée des beaux-arts, mettez le cap à l’Ouest sans tarder avec Il était une fois… le western (jusqu’au 4 février). Au Musée McCord, une très belle exposition est consacrée au photographe canadien d’origine hongroise, Gabor Szilasi, Le monde de l’art à Montréal, 1960-1980 (jusqu’au 29 avril).

Voyez aussi les expos du moment au Centre Phi et à la DHC/ART (Bill Viola : naissance à rebours, jusqu’au 11 mars), à l’Arsenal, au Centre canadien d’architecture, au centre Never Apart, à la Fonderie Darling, à la Galerie de l’UQAM et au Belgo. À la Galerie Cazeault, consacrée à l’art canadien, Les peintres et la neige, est une belle expo de saison (jusqu’au 30 janvier).

Musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps!

En collaboration avec le Fort Worth Opera et l’American Lyric Theatre, l’Opéra de Montréal présente JFK. L’œuvre du compositeur David T. Little et du librettiste Royce Vavrek relate les dernières heures que John Fitzgerald Kennedy a passées à Dallas avec son épouse, Jackie, avant son funeste assassinat (2 h 10 avec entracte; 27 et 30 janvier, 1er et 3 février).

À la Salle Bourgie, on présente le concert de musique de chambre Vienne et Paris 1800. Trio de Jadin et septuor de Beethoven au programme (le 26 janvier).

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone se produisent à la Place des Arts, au Centre Bell, au MTELUS (Collie Buddz, le 26; Dua Lipa, le 30), au Club Soda (Sleeping with Sirens, le 25; Souldia et Manu Militari, le 27), à L’Astral (Sass Jordan, le 26; Sleigh Bell, le 17), au Théâtre Corona (Busty and the Bass, le 26) et au Théâtre Fairmount.

Les groupes de musique indépendante donnent leur 110 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, au Divan Orange, au Quai des Brumes, au O Patro Vys, au Petit Campus et au Café Campus, au National et à La Tulipe, au Centre Phi, au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle et au Bar Le Ritz PDB et au Café Atomic, entre autres.

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill (Kevin Dean, le 26; Ron di Lauro, le 27), au Dièse Onze (Yannick Rieu, le 26; Al McLean, le 27), au Café Résonance et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon ou le Casino de Montréal.

Exprimez-vous en vous époumonant dans les karaokés montréalais et dansez ensuite jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGn, New City Gas, Newspeak, Circus Afterhours, StereoBar, Stereo, Datcha, Le Belmont, Salon Daomé, Unity, École Privée, La Voûte, Soubois et Velvet.