Quoi faire à Montréal du 2 au 8 février

Isabelle Wolfmann

Cette semaine, on passe à l’Ouest au musée; on se fait un IGLOO dans le Vieux-Port; on entreprend une tournée des tavernes du Plateau; et on mange de la poutine à toutes les sauces.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

En selle pour le western

Au trot enlevé, filez au Musée des beaux-arts de Montréal avant qu’Il était une fois… le western, « la première exposition pluridisciplinaire sur les mythes et les stéréotypes associés au genre western » ne quitte l’affiche. Œuvres d’art, artéfacts et extraits de films feront de votre visite une expérience aussi plaisante qu’enrichissante. Les jeunes cow-boys trouveront dans l’espace ludique Le petit Western de bonnes raisons de déconstruire les histoires qui entourent la conquête de l’Ouest (jusqu’au 4 février).

Thumbnail

Consacrez le reste de la semaine aux autres grandes expos en ville : A Crack in Everything / Une brèche en toute chose, en hommage à Leonard Cohen, au Musée d’art contemporain (jusqu’au 9 avril 2018); Passion : hockey, à Pointe-à-Callière (jusqu’au 11 mars); Le monde de l’art à Montréal, 1960-1980, au Musée McCord, (jusqu’au 29 avril). Et voyez ce qui se trame dans les galeries : Centre Phi, DHC/ART, Arsenal, Never Apart, Fonderie Darling, Galerie de l’UQAM et Belgo, notamment.

Un off très in

Chaque année, le bien nommé Igloofest, le festival électro qui se rit de l’hiver, réunit des milliers de Montréalais qui, chaudement vêtus — préférablement de combinaisons de ski fluo vintage —, se déhanchent toute la nuit dans le Vieux-Port (oui, dehors), sur les rythmes des meilleurs DJ de la planète.

Samedi après-midi, de 14 h à 19 h, un événement gratuit s’adresse à tous ceux qui veulent danser en plein jour : conviez votre douce moitié, vos mousses, grand-maman et mon oncle Georges à l’Off-Igloo, où ils pourront peaufiner leurs chorégraphies, jouer (Iglooglisse, poches et souk à la corde), lancer du sapin, se ravitailler (grillades, burgers, guimauves) et faire une visite guidée de l’arrière-scène principale du festival. Tout le monde dehors!

Thumbnail

La vie au grand air

Comment font les Montréalais pour garder leur joie de vivre légendaire? Ils prennent, toute l’année, de bons bols d’air frais. Faites comme nous, payez-vous une séance de patinage, de glissades, de randonnée, de ski de fond ou de raquette! Cela ne vous coûtera rien, si l’on juge par le grand nombre d’activités gratuites à faire cet hiver à Montréal. Les amis de la montagne peuvent aussi vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole, sur le mont Royal.

À la tombée de la nuit, dans le Vieux-Montréal, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire et le spectacle multimédia Aura, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront plein la vue. Surtout, zieutez le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et des activités de la métropole.

Et une séance de yoga neige, ça vous dit? Sur votre tapis ou votre couverture, emmitouflé dans des vêtements chauds mais confortables, votre salutation au soleil matinale sera inoubliable (aux parcs La Fontaine et Laurier).

Au parc Jean-Drapeau, la Fête des neiges de Montréal est un événement familial dont la mission est de « découvrir et célébrer les joies de l’hiver ». Elle sera accomplie quand, après un court trajet en métro (Jean-Drapeau), vous rejoindrez la foule des Montréalais qui, en fin de semaine, profite de la pléthore d’activités offertes sur le site : traîneaux à chiens, ateliers de bricolage, lancer de hache, tyrolienne, glissades, animation, spectacles, trottinette, alouette!

Dans le Vieux-Port, la patinoire Natrel fait le bonheur des amateurs de glisse et de nouba : la glace offrant la vue la plus spectaculaire sur Montréal est aussi un lieu de divertissement, avec ses mardis cardio sur glace, ses mercredis rythmes chauds, ses jeudis DJ et ses feux d’artifice du samedi. Au Parc olympique, le Village d’hiver V propose un tout nouveau sentier réfrigéré et glacé où patiner sans bourse délier.

Thumbnail

Et si vous voulez bouder le froid…

Patinez à l’intérieur, à la patinoire de l’Atrium le 1000, puis prenez de la hauteur et profitez d’un incroyable panorama sur la ville dans la Grande roue de Montréal (chauffée), la plus haute du Canada (60 mètres), la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie. Au 44e étage de cette dernière, essayez le yoga au sommet des mardis soirs, le top!

À envisager également : faire une tournée des lieux où rôtir au coin d’un feu de cheminée; réserver dans une des nouvelles tables montréalaises; siroter une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat (cafés indépendants, salons de thé); trouver un coin douillet pour prendre l’apéro (siroter un cocktail, bars cachés, sorties nocturnes).

En complément : Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal

Thumbnail

Sur la glace du Centre Bell, les joueurs du Canadien de Montréal sont plus habiles sur leurs patins que de simples quidams sur le pavé. Vous pouvez acheter des billets individuels sur le site de revente officiel de l’équipe, La voûte aux billets. C’est simple (et sécuritaire) et, croyez-nous sur parole, vous ne regrettez pas votre expérience dans les gradins remplis de partisans survoltés (gardez quand même une petite laine; malgré l’ambiance, le fond de l’air est frais).

Saviez-vous qu’à Montréal, on pouvait faire du lèche-vitrines sans mettre le nez dehors? Lisez notre guide de magasinage du Montréal souterrain, Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici et Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est. Enfin, rien ne vaut un bon livre, et les librairies en ville regorgent des succès de la littérature québécoise.

Thumbnail

Poutines à gogo

Qu’est-ce qui est l’encas préféré des Montréalais, l’objet de débats sans fin et est aujourd’hui servi à New York et à Paris? La poutine! objet de vénération ou de détestation, et, officieusement, notre plat national. Autant de bonnes raisons d’y consacrer un festival. À des prix inversement proportionnels à sa teneur en calories, la Semaine de la poutine vous en propose une multitude de variations dans une foule de restaurants participants (du 1er au 7 février). « Poutineux » maniaques ou débutants, votez pour votre poutine préférée! Succomberez-vous à la Daffy, à la Royale 2.0, la Scooby ou la « Chocisse »? Tous les détails ici.

Vous avez encore un petit creux? Grâce au Happening gourmand, profitez d’une table d’hôte à prix d’ami dans un des huit restaurants participants du Vieux-Montréal (11 janvier au 4 février).

Thumbnail

Un héritage immense à célébrer

Février est le Mois de l’histoire des Noirs et cette commémoration de l’apport historique de la communauté noire à la société québécoise est toujours l’occasion, à Montréal, d’événements passionnants. Lundi, l’ex-première dame des États-Unis, Michelle Obama, prendra la parole au Palais des congrès. Vite! vérifiez s’il reste des billets pour sa conférence!

La deuxième édition du gala Dynastie, dont la mission est de « faire rayonner l’excellence black au Québec » aura lieu ce samedi à la TOHU. Les hommages seront nombreux. Tous les détails sur le Mois de l’histoire à Montréal ici.

Sur les planches

Au Théâtre Denise-Pelletier, dans Hochelaga-Maisonneuve, Hurlevents, l’adaptation libre du roman d’Emily Brontë par la dramaturge québécoise Fanny Britt, a pris l’affiche cette semaine.

Aussi à voir : La Meute, de Catherine-Anne Toupin, à La Licorne (jusqu’au 17 février); The Baklawa Recipe (en anglais), au Théâtre Centaur (jusqu’au 18 février); Dans la solitude des champs de coton, de Bernard-Marie Koltès, à l’Usine C (jusqu’au 10 février); « Master Harold » and the Boys (en anglais), au Centre Segal des arts de la scène (jusqu’au 11 février); Le Brasier, au Théâtre d’aujourd’hui (jusqu’au 10 février); Dis merci, à l’Espace libre (jusqu’au 10 février); Les Fourberies de Scapin, de Molière, au TNM (jusqu’au 10 février); Voyage(s), au Théâtre La Chapelle (jusqu’au 3 février); Enfant insignifiant! de Michel Tremblay, au théâtre Jean-Duceppe (jusqu’au 3 février); Nyotaimori, de Sarah Berthiaume, au Théâtre d’Aujourd’hui (jusqu’au 3 février); Warda, de Sébastien Harrisson, au Théâtre Prospero (jusqu’au 3 février).

Trouvez d’autres idées de sorties culturelles sur les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

En avant la musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps!

La Taverne Tour est l’occasion idéale de découvrir un quartier emblématique de la ville, le Plateau-Mont-Royal, et d’excellents musiciens d’ici. Mara Tremblay, Fred Fortin, We are Wolves, Antoine Gratton et Dany Placard sont notamment de la partie dans ce festival qui met en vedette les fameuses tavernes de l’avenue du Mont-Royal. Programmation (fournie) ici.

Les groupes de musique indépendante donnent aussi leur 110 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, aux légendaires Foufounes électriques et Quai des brumes, au Verre bouteille, au Divan Orange, au O Patro Vys, au Petit Campus et au Café Campus, au National et à La Tulipe, au Centre Phi, au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle et au Bar Le Ritz PDB et au Café Atomic, entre autres.

Il est encore temps de voir JFK, l’opéra qui relate les dernières heures que John Fitzgerald Kennedy a passées à Dallas avec son épouse, Jackie, avant son assassinat (2 h 10 avec entracte; les 1er et 3 février). Le jeune virtuose du violoncelle, Stéphane Tétreault, se produit avec l’Orchestre Métropolitain sous la baguette de Tania Miller à la Maison symphonique, où la Passion selon saint Matthieu est aussi au programme, le 3 février.

Thumbnail

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone se produisent à la Place des Arts (Dumas, les 2 et 3), au Centre Bell, au MTELUS (Yung Lean, le 03), au Club Soda, à L’Astral, au Théâtre Corona (Wardruna, le 4) et au Théâtre Fairmount.

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill (Marianne Trudel, les 2 et 3), au Dièse Onze (Normand Guilbeault, le 2; Yannick Rieu, le 03), au Café Résonance et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon ou le Casino de Montréal.

Exprimez-vous en vous époumonant dans les karaokés montréalais et dansez ensuite jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGn, New City Gas, Newspeak, Circus Afterhours, StereoBar, Stereo, Datcha, Le Belmont, Club Electric Avenue, Salon Daomé, Unity, École Privée, La Voûte, Soubois et Velvet.