Le Festival du film black rend hommage à Oliver Jones

Richard Burnett

Les cinéastes noirs du monde entier convergent chaque automne à Montréal pour participer à un événement très couru, le Festival international du film black de Montréal, le plus important du genre au Canada, dont la 13e édition se déroulera du 27 septembre au 1er octobre.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Action!

Depuis sa création, le festival a attiré de nombreuses stars du cinéma, dont Harry Belafonte, Spike Lee et Danny Glover. La programmation de l’édition de 2017 comprend 66 films de 25 pays.

« Il s’agit d’une occasion unique pour le public noir comme pour tous de voir nos histoires au grand écran, explique la présidente et fondatrice de l’événement, Fabienne Colas. Nous recevons des invités et projetons des films qu’on ne verrait pas ailleurs. Voilà pourquoi nous sommes uniques et contribuons à diversifier et à enrichir le milieu culturel montréalais. »

Les films sélectionnés, les événements spéciaux, les tables rondes et le choix des invités soulignent tous le thème choisi pour cette nouvelle édition, « Speak Up/ Exprime-toi ».

Solomon Mahlangu, un héros sud-africain

C’est le film Kalushi : The Story of Solomon Mahlangu qui sera projeté en ouverture du festival cette année. Il s’agit du récit d’un jeune homme de 19 ans issu des rues de Mamelodi, un ghetto aux abords de Pretoria, qui s’est joint à un mouvement de libération des Noirs sud-africains à la suite des émeutes sanglantes de Soweto de 1976. Accusé de meurtre et de terrorisme en 1977, il sera pendu en 1979. Ce film du réalisateur Mandla Dube, qui faisait partie de la sélection officielle des festivals de cinéma de Seattle et de Durban, sera projeté au magnifique Cinéma Impérial, le 27 septembre.

Black Market ou l’épineuse question du financement

La série Black Market du festival est de nouveau à l’affiche cette année et comprend des classes de maîtres et des ateliers en présence de réalisateurs canadiens et étrangers, qui feront part de leurs expériences de création, de financement, de production, de distribution et du circuit des festivals. Elle comprend également une table ronde sur l’épineuse question du financement et une autre sur les différentes stratégies de marketing afin de séduire son auditoire.

Kafou ou la nouvelle génération de cinéastes haïtiens

On dit parfois de l’industrie cinématographique haïtienne qu’elle est une « guérilla » non subventionnée carburant à la créativité, à l’amour, à la passion et à la détermination. Une discussion sur les défis auxquels fait face le cinéma haïtien et sur sa nouvelle génération de réalisateurs fera suite à la projection de Kafou, le film de Bruno Mourral, le 30 septembre, à l’Université Concordia.

Un hommage à Oliver Jones

Le 30 septembre, un hommage sera rendu à Oliver Jones, avec la projection d’Oliver Jones : Mind Hands Heart, le documentaire de Rosey Ugo Edeh.

Né à Montréal en 1934 dans une famille du quartier de la Petite-Bourgogne, le légendaire pianiste de jazz Oliver Jones était un enfant prodige qui se produisait déjà au Café St-Michel, à l’âge de neuf ans, en 1943, alors que Montréal est surnommée « Ville du péché ».       

« Les cabarets faisaient partie de notre univers et ma famille ne voyait pas de mal à ce que j’en fasse partie, m’a confié le musicien en 2007. Le Café St-Michel était en face du Rockhead’s Paradise, qui fut le premier à appartenir à un Noir au Canada. Le St-Michel était un peu plus déluré. J’y ai vu beaucoup de choses que je n’aurais pas dû voir, comme des pin-up et des effeuilleuses. Mais il y avait toujours quelqu’un là-bas qui s’occupait de moi. »

Durant sa longue carrière, Oliver Jones a enregistré 20 albums et s’est produit dans le monde entier. Il recevra le Grand prix hommage du festival à la projection du 30 septembre.

Pour découvrir la programmation du festival et acheter des billets, allez à montrealblackfilm.com

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +