La culture afro-caribéenne défile à la Carifiesta

Richard Burnett

La Carifiesta est l’un des défilés les plus colorés et passionnants de Montréal, présentant aussi bien des groupes de steel-pan que des participants, avec leurs costumes faits de plumes flamboyantes et leurs bâtons rebondissants en fibre de verre.

Cette année, la 43e édition de la Carifiesta démarrera le 30 juin avec un défilé pour les enfants et se conclura par le grand défilé au centre-ville de Montréal le 7 juillet.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité

Enracinée dans l’esclavage

À Trinidad et à Tobago, les colons français organisaient de gigantesques bals masqués trois jours avant le mercredi des Cendres. À cette occasion, leurs esclaves, qui avaient droit à une journée de repos, festoyaient également en se moquant de leurs maîtres durant leurs propres fêtes. De cette tradition est né le fameux carnaval de Trinidad.

L’idée a migré vers le nord dans des villes comme Miami, New York, Toronto et Montréal. Cette année, les chars en compétition ou mas bands (mas étant le diminutif de mascarade) jouent tous à se déguiser. Il existe plusieurs mas camps partout dans la ville, où l’on crée les costumes et les chars. Chaque mas band doit se choisir un thème et avoir au moins 30 personnes déguisées dans des tenues à plumes colorées accompagnées de bâtons rebondissants en fibre de verre.

« Notre défilé est important parce qu’il nous rappelle notre histoire et notre culture caribéennes », explique Everiste Blaize, le président de la Caribbean Cultural Festivities Association (CCFA), qui organise la Carifiesta.

Thumbnail

Montréal s’affiche

Au moment de publier, de nombreux groupes de musique et camions présentant de la musique steel-pan et des DJ jouant des rythmes soca sont prévus pour prendre part au défilé du 7 juillet. En raison de contraintes budgétaires, il n’y a ni concours de King et de Queen cette année ni jury sur le parcours du défilé. Il y aura toutefois un kiosque VIP à l’intersection de la rue Peel et du boulevard René-Lévesque, où les mas bands feront valoir leurs costumes et présenteront leurs numéros.

Thumbnail

Fêtes et défilés

Le 7e carnaval des enfants du 30 juin se mettra en branle à midi au parc Van Horne (près de la station de métro Plamondon) à l’aréna Bill Durnan puis, après un parcours dans les rues du quartier Côte-des-Neiges, aboutira au parc Mackenzie-King (près de la station de métro Côte-Sainte-Catherine).

Le grand défilé du 7 juillet se déroulera au centre-ville de Montréal, boulevard René-Lévesque, depuis la rue Guy, à midi, jusqu’à la rue Bleury. Plus de 250 000 spectateurs sont attendus à cet événement familial, avec ses chars colorés, sa soca endiablée et sa foule festive.

Des fêtes sont également organisées durant le week-end, dont Jabday Meets Delinquents J’Ouvert le vendredi 6 juillet, dans le cadre de la série Week-ends du monde à Montréal et la 37e Jamaica Day qui présente de la musique live toute la journée, dont le lauréat d’un prix Junon Blessed, Dan « Fiyah » Beats, le Fiyah Flames Band et The Fitz Patrick Sisters. Jamaica Day sera animée par King Shadrock au parc Jean-Drapeau le 7 juillet, de midi à 23h, et passera en plein régime après la conclusion du défilé.

Thumbnail

L’héritage de la Carifiesta

Everiste Blaize est très fier que le défilé de la Carifiesta soit autant éducatif que divertissant. « C’est une façon amusante pour nos enfants, de même que pour toute la communauté, d’en apprendre sur l’histoire du carnaval et ses origines », affirme Blaize.

Cliquez ici pour aller au site officiel de la Carifiesta et ici pour voir sa page Facebook.

Richard Burnett

Richard Burnett, blogueur

Richard « Bugs » Burnett est un auteur, rédacteur, journaliste, blogueur et chroniqueur canadien. Il écrit pour des hebdomadaires indépendants ainsi que des publications grand public et LGBTQ. De plus, Bugs connaît Montréal comme une drag queen connaît les produits de beauté.

Blogue / Facebook / Twitter / Instagram / Google +

Pour consulter la liste de nos collaborateurs habituels, cliquez ici.