Ça groove au MEG

Robyn Fadden

La fin de semaine de la fête du Travail sera énergique et sonore grâce au MEG, un événement réunissant des créateurs d’ici et d’ailleurs dans une ville connue pour son effervescence nocturne et ses réjouissances de plein air.

Découvrez-en plus avec nos partenaires
Publicité
Thumbnail

La 19e édition de MTL Electronique Groove présente des musiciens établis et émergents innovant dans les genres du rock indé, de la pop expérimentale, de l’électro et des hybrides hip-hop. Ces têtes chercheuses se produiront en fin de soirée dans des bars et salles de spectacles de la ville, du 31 août au 3 septembre.

Électro de plein air

Cette année, le festival MEG innove en suivant la tendance des défilés technos avec son Électro Parade, une déambulation tapageuse dans les rues de Montréal, une première en Amérique du Nord. Elle se mettra en branle le 2 septembre, dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, pour le plus grand plaisir des locaux, friands de réjouissances musicales en plein air, qui se déhancheront au passage de chars allégoriques équipés de la techno dernier cri sur lesquels œuvreront des DJ du monde entier.

Nouvelle garde

L’« électro-house organique » du trio canadien Afrikana Soul Sister se produira en ouverture du festival, le jeudi 31, au Belmont. Il sera suivi du rappeur aux inspirations multiples L. Teez et d’un set du producteur et beatmaker français GUTS, qui entremêlera hip-hop, soul et électro. Le lendemain, au Théâtre Fairmount, on pourra s’éblouir de l’électro pop rêveuse de la Québécoise Ghostly Kisses, des pulsations brumeuses du Japonais Rei Brown, des rythmes accrocheurs de Brtrnd et de l’électro inspiré de Cri.

Explorations hip-hop

Le vendredi soir, le hip-hop de tout crin sera à l’honneur au Divan Orange, avec la verve introspective et déliée du rappeur français KillASon, la poésie « post hyper-sexualisation » du collectif montréalais féminin Bad Nylon, la gouaille du Torontois iLLvibe, avec Myer Clarity, et le hip-hop électro du groupe montréalais Ragers.

Manigances transcendantales

Après l’Électro Parade du 2 septembre, la Jeunesse Cosmique se réunira au Café Atomic pour en mettre plein les yeux et les oreilles, avec des collaborations créatives audiovisuelles entre le multi-instrumentiste SIN ORI et l’artiste vidéo Myriam Boucher, le producteur japonais de gorge Kazuki Koga et l’artiste visuelle Charlotte Clermont, les musiciens Hazy Montagne Mystique, Me Float et Space Clouds et le cinéaste avant-gardiste Guillaume Vallée, et les explorateurs du synthé modulaire Paraphonique et François Létourneau.

Électromanie

Autre nouveauté cette année, la passe Électromania ravira les fans d’électro en quête d’éclectisme et de découvertes. Elle comprend le set de GUTS et plus, au Belmont, Cri et invités, au Théâtre Fairmount, et la soirée de clôture du Newspeak avec les producteurs français Clément Bazin et Douchka, le producteur local Robert Robert et le chanteur et producteur d’électro mélodique montréalais Ryan Playground. Des laissez-passer d’une journée (de 12 $ à 20 $) sont aussi offerts. Détails sur la page web de l’événement.