Quoi faire à Montréal du 2 au 8 mars

Isabelle Wolfmann

La relâche? quelle relâche? Pour cette semaine de vacances scolaires, Montréal a prévu d’occuper petits et grands, jour et nuit. Voici votre calendrier des réjouissances.

Discover more with our partners
Advertising
Thumbnail

MONTRÉAL EN LUMIÈRE

L’édition annuelle de MONTRÉAL EN LUMIÈRE, le festival d’art et de gastronomie qui enchante l’hiver, se termine dimanche. Sur le site extérieur gratuit du festival, on se masse en raison de la clémence du temps. La météo s’annonce bonne dans les prochains jours, alors, à votre tour, prenez de la hauteur sur la glissade et la tyrolienne et dans la grande roue (c’est beau, vu de haut!); dégourdissez-vous les jambes dans la zone sportive et rencontrez des athlètes olympiques à la zone olympique Radio-Canada; rassasiez-vous aux kiosques alimentaires, aux camions de cuisine de rue et aux bistros; réchauffez-vous autour des braseros; et assistez à des spectacles gratuits (DJ et hip-hop, le 2). Pour le volet gastronomie du festival, on a aussi réuni de savoureux ingrédients : des chefs de partout sont à l’honneur dans les meilleures tables de la ville. En salle, les mélomanes, les amateurs de théâtre et de danse seront à la fête. Le mieux est encore de consulter l’énorme et éclectique (Isabelle Boulay et Random Recipe, le 1er; Daniel Lavoie et Dan Bigras, le 2; Stacey Kent, le 3) programmation.

Composante majeure (et réjouissante) du festival, Illuminart, brillant circuit mêlant art et technologie, est de retour cette année. Souvent ludiques, toujours impressionnantes, les œuvres d’artistes, de graphistes, de vidéastes et de scénographes transforment l’espace urbain en un éblouissant terrain de jeu.

Thumbnail

Nuit blanche

Allez, ce n’est pas le temps de faire dodo : la Nuit blanche, c’est en fin de semaine! Le 3 mars, comme des milliers de Montréalais, profitez des quelques 200 activités et événements qui seront proposés jusqu’au petit matin. Deux atouts dans votre jeu pour vous aider dans cette tâche colossale : le métro, ouvert toute la nuit (et pour 5 $ vous pourrez l’emprunter aussi souvent que vous le voulez et danser à la station Berri-UQAM, transformée en piste de danse pour l’occasion); l’application mobile de la Nuit blanche, pour ne pas perdre la carte (il y en contient une, justement, géolocalisée), vos proches (fonction Recherche d’amis) et le fil de la soirée (programmation détaillée). Bonne nuit à tous!

À lire en complément : Se coucher tard pour l’amour de l’art.

Thumbnail

Art souterrain

L’inauguration de la 10e édition du festival Art souterrain, qui transforme le réseau intérieur piétonnier en galerie d’art, coïncide avec la Nuit blanche. Une partie de votre virée nocturne peut donc se faire au chaud sur un parcours ponctué des œuvres spectaculaires d’artistes d’ici et d’ailleurs. Thème de cette nouvelle édition : Labor Improbus. Le travail, sous toutes ses coutures. Allez, au boulot!

À lire en complément : Quand la ville souterraine devient galerie d’art.

Thumbnail

Activités extérieures

La neige fond? L’air se radoucit? Vite! il reste peu de temps pour profiter de l’hiver! Patinage, glissades, randonnée, ski de fond ou raquette, donnez-vous-en à cœur joie, avant le changement de saison. Les amis de la montagne peuvent aussi vous aider à faire le choix d’une activité nature, en plein cœur de la métropole, sur le mont Royal. Et une séance de yoga neige, ça vous dit? Sur votre tapis ou votre couverture, emmitouflé dans des vêtements chauds mais confortables, votre salutation au soleil matinale sera inoubliable (aux parcs La Fontaine et Laurier).

Dans le Vieux-Montréal, à la tombée de la nuit, les gigantesques tableaux numériques de Cité mémoire et le spectacle multimédia Aura, à la basilique Notre-Dame, vous en mettront aussi plein la vue. Et n’oubliez pas de jeter un œil émerveillé sur le pont Jacques-Cartier qui, chaque soir, brille de mille feux changeant au gré des saisons et de l’énergie de la ville.

Dans le Vieux-Port, la patinoire Natrel fait le bonheur des amateurs de glisse et de nouba : la glace offrant la vue la plus spectaculaire sur Montréal est aussi un lieu de divertissement, avec ses mardis cardio sur glace, ses mercredis rythmes chauds, ses jeudis DJ et ses feux d’artifice du samedi. Au Parc olympique, le Village d’hiver V propose un tout nouveau sentier réfrigéré et glacé où patiner sans bourse délier.

Dans Le guide des activités à faire en famille durant la semaine de relâche, vous trouverez aussi une foule d’idées pour occuper vos bambins.

Thumbnail

Activités nature

Vos mousses sont des explorateurs en herbe? Nous avons ce qu’il vous faut. À l’Écomuseum, seul zoo extérieur de l’île de Montréal situé à 25 minutes seulement du centre-ville, ils pourront admirer de beaux spécimens de la faune québécoise (loups, loutres, lynx, alouette!) et profiter de la foule d’activités prévues pour la relâche scolaire : animations mettant en vedette les animaux, concours photo, tirage pour un déjeuner avec les animaux, et plus encore.

À l’Espace pour la vie, le complexe muséal qui abrite le Jardin botanique, le Biodôme, l’Insectarium et le Planétarium, cela bourdonne d’activités : des milliers de beautés ailées virevoltent dans le grande serre du Jardin botanique pour Papillons en liberté (jusqu’au 29 avril) et des spectacles pour les tout-petits (de 4 à 8 ans) et pour les plus grands (7 ans et plus) sont proposés au Planétarium. Détails et horaires ici.

Thumbnail

Activités intérieures

Au chaud, patinez à l’intérieur, à la patinoire de l’Atrium le 1000, puis prenez de la hauteur et profitez d’un incroyable panorama sur la ville dans la Grande roue de Montréal (chauffée), la plus haute du Canada (60 mètres), à la Tour de Montréal au Stade olympique ou à l’Observatoire à 360° de la Place Ville Marie. Au 44e étage de cette dernière, mettez-vous au yoga au sommet des mardis soirs. Le top! Jouez en famille ou entre amis à La Galerie des jeux du Musée Stewart; entreprenez une tournée des lieux où rôtir au coin d’un feu de cheminée; réservez dans une des nouvelles tables montréalaises; ouvrez une bouteille dans un restaurant « apportez votre vin » ou découvrez les nouveaux restos montréalais où casser la croûte; avalez une bonne tasse de café, de thé ou de chocolat (cafés indépendants, salons de thé); trouvez un coin douillet pour prendre l’apéro (siroter un cocktail, bars cachés, sorties nocturnes). Et, en complément, lisez: Où se connecter au wifi à Montréal et Applis utiles quand on visite Montréal.

Jusqu’au 11 mars, les Bibliothèques de Montréal, en collaboration avec la Banque TD, présentent la sixième édition de Montréal joue, sur le thème de l’inclusion et de la diversité. Jeux de société, jeux vidéo, jeux de rôle… Détrompez-vous, ce n’est pas que pour les petits curieux! Enfants et adultes, passionnés ou néophytes, sont conviés à une flopée d’activités ludiques, pour la plupart, gratuites. L’édition 2018 « se veut intergénérationnelle, interculturelle et accessible en plus de favoriser la participation des communautés LGBTQ+ montréalaises. » À vos jeux, prêts…

Le Canadien de Montréal est en déplacement, mais n’oubliez pas que vous pouvez acheter des billets individuels sur le site de revente officiel de l’équipe, La voûte aux billets. C’est simple (et sécuritaire) et, croyez-nous sur parole, vous ne regrettez pas votre expérience dans les gradins remplis de partisans survoltés.

Thumbnail

Saviez-vous qu’à Montréal, on pouvait faire du lèche-vitrines sans mettre le nez dehors? Lisez notre guide de magasinage du Montréal souterrain, Les boutiques montréalaises où trouver des souvenirs vraiment cool, Luxe québécois : la crème des designers d’ici et Où trouver des cadeaux gourmands à Montréal. Et pourquoi ne pas faire un tour dans les boutiques des musées montréalais? Livres, bijoux, beaux objets, tout y est. Enfin, rien ne vaut un bon livre, et les librairies en ville regorgent des succès de la littérature québécoise.

Pour trouver l’endroit idéal pour prendre l’apéro, manger une bouchée entre copains, puis dansez jusqu’au petit matin, nous vous conseillons la lecture de Semaine de relâche à Montréal : mode d’emploi.

 

Cinéma pour grands et petits

Depuis 36 ans, les Rendez-vous Québec Cinéma (RVQC) sont une « véritable pépinière de talents et un lieu de rencontre unique » (jusqu’au 3 mars). Avec ses 300 films, dont 100 premières, et sa trentaine d’activités gratuites, c’est un événement majeur dans l’univers culturel québécois. Cinéphiles, faites-vous une toile sans tarder (consultez l’horaire des films ici).

La 21e édition du Festival du film pour enfants de Montréal (FIFEM) a aussi lieu cette semaine (du 3 au 11 mars). Ce Cannes de la famille, pour ainsi dire, a pour objectif de « former les cinéphiles de demain, en leur offrant un éventail du meilleur cinéma jeunesse mondial ». Comme pour tout festival de cinéma, il y a une compétition officielle et des films à la pelle. Que le meilleur gagne!

Cirque

James Adkins, clown, jongleur et acrobate de renommée internationale, déclenchera des fous rires à la Place des Arts avec son spectacle Espièglerie, le fruit d’une première collaboration avec la tubiste et compositrice Julie Houle.

La TOHU, le cité des arts du cirque de Montréal, présente ses Coups de cœur, des artistes chevronnés de troupes québécoises et étrangères réunis le temps d’un spectacle mis en scène par Fernand Rainville, avec Sébastien Soldevila des 7 Doigts en Monsieur Loyal.

Thumbnail

Cidres et cuvées

Au Complexe Desjardins, dans le Quartier des spectacles, découvrez les produits des cidriculteurs québécois au Mondial des cidres organisé par la Société des alcools du Québec (du 2 au 4 mars). On déguste, ça va de soi, on fait des accords gourmands et on découvre de bons produits d’ici.

La Cuvée d’hiver en est, elle, à sa sixième édition. Au programme : « Boire, manger, se confesser, recommencer ». Voici qui a le mérite d’être clair! Bonnes broues artisanales, gins québécois, bar à bulles et « baptêmes » arrosés : tous les « vices » sont permis. 

Musées et galeries

Au Musée McCord, une passionnante expo intitulée Michel Campeau — Avant le numérique, a pris l’affiche. La collection de clichés de l’artiste montréalais porte un regard ému et amusé sur la photo avant l’ère du numérique et donne à voir des portraits de famille et des scènes de la vie quotidienne qui ne laisseront personne indifférent.

« Napoléon est mort à Sainte-Hélène/ Son fils Léon lui a crevé l’bidon ». Quelle tragique destinée, quand même, pour celui dont la taille est inversement proportionnelle à la légende! Heureusement, le premier empereur des Français n’est pas seulement l’objet de comptines et de chansons (« C’est la faute à Napoléon, prétendait Annie Cordy) : le Musée des beaux-arts de Montréal lui consacre une superbe expo, Napoléon : art et vie de cour au palais impérial, qui fait « revivre l’ambiance de la cour de Napoléon depuis son couronnement, en 1804, jusqu’à son exil en 1815 ». Conçue par le musée montréalais, avec la participation du Château de Fontainebleau et le soutien du Mobilier national de France, elle documente la pompe, le faste et la vie quotidienne du souverain, avec force œuvres et objets d’art (jusqu’au 6 mai).

Consacrez le reste de la semaine aux autres grandes expos en ville : A Crack in Everything / Une brèche en toute chose, en hommage à Leonard Cohen, au Musée d’art contemporain (jusqu’au 9 avril 2018); Passion : hockey, à Pointe-à-Callière (jusqu’au 11 mars); Le monde de l’art à Montréal, 1960-1980 et Porter son identité — La collection des Premiers Peuples, au Musée McCord, (jusqu’au 29 avril). Et voyez ce qui se trame dans les galeries : Centre Phi, DHC/ART, Arsenal, Never Apart, Fonderie Darling, Galerie de l’UQAM et Belgo, notamment.

Théâtre

La détresse et l’enchantement, un montage de textes de l’écrivaine québécoise Gabrielle Roy, a pris l’affiche au Théâtre du Nouveau Monde. Jean dit, une pièce-choc d’Olivier Choinière, est présentée au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui (jusqu’au 17 mars) et Dans la tête de Proust, à L’Espace libre; Le chemin des passes-dangereuses, du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard, est donnée chez Duceppe (jusqu’au 24 mars); et L’Homme éléphant, la pièce de Bernard Pomerance, au Théâtre du Rideau Vert (jusqu’au 3 mars).

Et pour trouver d’autres idées de sorties culturelles, consultez les sites de La Vitrine et de la Place des Arts.

Musique

Montréal est une ville de musique : il y a des concerts partout, tout le temps!

Cette semaine, pensez à consulter la programmation de MONTRÉAL EN LUMIÈRE (voir plus haut), le festival art et culture hivernal. Il y en a pour tous les goûts!

Jusqu’au 7 mai, les Francouvertes, concours et festival de musique tous azimuts visant à favoriser l’émergence des artistes de la relève, présentent une belle brochette de jeunes musiciens francophones. Voyez ici.

Les groupes de musique indépendante donnent leur 110 % à la Casa del Popolo, à La Sala Rossa, à La Vitrola, aux légendaires Foufounes électriques et Quai des brumes, au Verre bouteille, au Divan Orange, au O Patro Vys, au Petit Campus et au Café Campus, au National et à La Tulipe, au Centre Phi, au Lion d’Or, à L’Escogriffe Bar Spectacle et au Bar Le Ritz PDB et au Café Atomic, entre autres.

Les grands noms de la musique pop et de la chanson francophone se produisent à la Place des Arts (Patrice Michaud, le 2; Stacey Kent, le 3), au Centre Bell, au MTELUS, au Club Soda (Kim Churchill, le 2), à L’Astral (Lary Kidd, le 2; Jack Broadbent, le 3), au Théâtre Corona (Lane 8, le 2; Rhye, le 3) et au Théâtre Fairmount.

Découvrez la crème des musiciens de jazz québécois à l’Upstairs Jazz Bar & Grill, au Dièse Onze, au Café Résonance et à la Maison du jazz. Pour une formule souper-spectacle, optez pour le Balcon ou le Casino de Montréal.

Exprimez-vous en vous époumonant dans les karaokés montréalais et dansez ensuite jusqu’au petit matin dans les boîtes les plus animées en ville : ÖriGn, New City Gas, Newspeak, Circus Afterhours, StereoBar, Stereo, Datcha, Le Belmont, Club Electric Avenue, Salon Daomé, Unity, École Privée, La Voûte, Soubois et Velvet.

Isabelle Wolfmann, rédactrice

Touche-à-tout curieuse, voyageuse et musicienne aimant le bon vin et les petits plats, Isabelle est rédactrice et traductrice pour des sites culturels, des maisons d’édition, des magazines de cuisine et de style de vie. Elle s’est fait, malgré l’hiver, un nid douillet à Montréal, où elle vit, à deux pas du pont Jacques-Cartier, avec son homme et son chat.